AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

 :: The Story :: Grandline - Paradise :: Water Seven :: Q.G. du Nouvel Ordre Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Magouille Nocturne [PV Noah Gregorio]

avatar
Messages : 197
Date d'inscription : 24/01/2017

Feuille de personnage
Unité de Puissance (UP): 5651
Points de Technique (PT): 784
Équipage:
Voir le profil de l'utilisateur




Jessie Mary
Dit "La Flèche Noire" | 240,000,000 Berrys
Lun 20 Fév - 11:28

Magouille Nocturne

feat Noah Gregorio



Water 7... Décidément, ces derniers temps entre Sabaody et Alabasta je retourne sur les lieux qui ont fait ma renommée. Mais cette fois si, ce n'était pas pour un meurtre... Non, mais pour une mission personnel, une mission qui m'est propre et dont je suis la seule à connaître l'objectif et le résultat voulu. C'est donc en pleine nuit, par une lune nouvelle que je commence à m'introduire en toute furtivité dans le Quartier Général du Nouvelle Ordre pour la seconde fois... 

Visiblement depuis mon dernier passage, j'ai laissé une leçon, la garde était plus renforcée, plus de ronde également... J'avais tout mon matériel caché sous ma cape... Grenade fumigène, flash, quelques poisons, chloroforme qui est imbibé dans un mouchoir, grappin et bien évidemment mon arc, ma dague et mes flèches. 

Pour commencer mon infiltration, je devais savoir ou était déjà ma cible... Noah Gregorio, tout le monde s'accorde à dire que c'est en quelque sorte le Chef ici, cependant la bâtisse était grande, avec de nombreuses pièces, ça allait me prendre du temps... Ma dague à la main et mon crochet dans l'autre, je décide de lancer mon grappin sur le mur le plus accessible et le moins surveillé sur l'heure. Tirant fortement sur la corde pour être sûr qu'elle soit stable et sûre, je me lance donc à l'attaque de cette forteresse avant de planter ma dague dans les joints des murs afin de rapidement me stabiliser. 

Généralement... Si on souhaite garder quelqu'un en vie, on va y mettre des gardes à sa porte, je suppose, ou au moins une patrouille qui y fait de temps à autre un tour. Cependant, j'allais quand même faire les étages un à un pour ne rien louper. La nuit était vraiment sombre, les zones d'ombre étaient donc mes alliés les plus importants pour cette mission. 

Mes habits me permettaient un camouflage quasi-parfait dans l'obscurité et le décor est également à mon avantage. Table... Placard, tonneau, tout était là pour se cacher dessous, dedans ou derrière ces derniers. L'éclairage laissait à désirer lui aussi. 

Il m'a fallu quand même plus d'une heure et demi, je pense avant de trouver mon objectif, et j'avais vu juste, il y a bien un garde devant la porte... Cependant est-ce que la porte était fermée à clef ? Car même si je le tuais, ou arrivais à faire diversion, je ne le saurais jamais. Pour être certaine de mon coup, je prends mes précautions en me cachant dans le placard le plus proche avant de faire sortir mon âme de mon corps. 

Je pouvais me sentir... Totalement libre sous cette forme, mon aura de couleur violette sombre, je me déplace le plus discrètement possible pour pas que le garde voit un fantôme et hurle à l'aide. Cependant au dernier moment, je me montre face à lui avant d'entrer dans sa bouche et de prendre possession de son corps. Je pouvais sentir une nouvelle force dans mes doigts, un force primaire bien plus puissante que la mienne, en même temps... Le gaillard que je possède est censé être entrainer pour les champs de bataille ou connerie du genre. Normal...

Je commence donc à chercher dans mes nouvelles poches une clef ou quoi que ce soit, mais je me rends compte que je devrais peut-être utiliser la porte... Je prends donc doucement la poignée que je tente d'ouvrir, mais... Rien à faire, elle est fermée. J'allais devoir passer par l'extérieur vu que visiblement, ce garde n'a rien sur lui également à part son arme. 

C'était assez haut maintenant, je devais bien être à 5-7 mètres voir 9 mètres du sol maintenant, mais j'étais encore visible par les gardes, si du moins, ils avaient l'idée de regarder vers moi... Mais sans lumière, c'était compliqué de me voir à l'œil nu. Utilisant de nouveau mon grappin pour atteindre la fenêtre de ma cible. J'arrive plutôt rapidement vers sa fenêtre avant de remarquer qu'il était bel et bien dans sa chambre... Visiblement, il n'avait pas l'air de m'avoir remarqué...

J'attends donc le moment opportun pour rentrer, c'est-à-dire quand l'homme rentre dans ce que je suppose être sa salle de bains pour forcer la fenêtre avec ma dague pour rapidement entrer et refermer la fenêtre. Pour un chef d'un armée révolutionnaire défiant le Gouvernement Mondial... Je pensais que ça serait plus... Riche comme pièce, pas grand chose de valeur à prendre aussi d'ailleurs... 

Voyant qu'il risquait de mettre un peu de temps, j'en profite pour installer un petit piège avec une grenade sur la porte ou cas ou un garde déciderais de rentrer alors qu'il ne devrait pas et je ne me fais pas désirer pour prendre une bouteille de vin qui semble traîner là avec un beau verre à remplir. Suite à ça, je me pose dans le fauteuil bien installé dans la pénombre, on pouvait à peine me distinguer si on ne faisait pas attention. 

Alors que l'homme ressort ou du moins ouvre sa porte pour faire échapper toute la chaleur de la salle de bain, je pues remarquer une chose... Une chose très intéressante, mais que je garderais pour moi jusqu'à la petite conversation que j'aurais avec lui. 

Visiblement, voyant qu'il ne m'avait pas encore remarqué, je fais un léger toussotement en faisant tourner le vin dans mon verre. J'étais là, sur son fauteuil, les jambes croisées et le verre dans ma main d'une manière assez noble. Mais yeux rouges se faisait bien voir à travers la pénombre maintenant :

- Je dérange, j'espère... 


Fiche de RP (c) Miss Yellow
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 115
Date d'inscription : 13/12/2016
Age : 21

Feuille de personnage
Unité de Puissance (UP): 6172
Points de Technique (PT): 265
Équipage:
Voir le profil de l'utilisateur




Noah Gregorio
Dit "L'Alchimiste" | Général de l'armée du Nouvel Ordre | 102.000.000
Mer 8 Mar - 19:30

— Jessie —
TURN I

Magouille Nocturne
PARTIE PREMIERE.
Depuis la disparition de Uemura, le général des forces armées de la révolution avait complètement changé. En effet, Noah avait passé les jours suivants enfermé dans ses quartiers à travailler. Ce n'était pas par contrariété – après tout, nul ne savait ce qu’il avait bien pu advenir de son camarade de fortune… pas même lui – mais en raison du sentiment de culpabilité qu'il ressentait vis-à-vis de son impuissance soudaine face à une telle situation. Plus rien ne semblait réellement pouvoir intéresser le jeune homme. De même que le jour se confondait avec la nuit sans la présence de son fidèle Makoto ou même d’une tierce personne, Noah finirait par perdre totalement un rythme de vie digne de ce nom. D’ailleurs à la mine que vous tirez, j’ose supposer que cette journée-là non plus n'avait pas fait exception. Ce dernier avait veillé suffisamment tard pour que son intendant le trouve au même endroit, que celui où il l'avait laissé en lui souhaitant bonne nuit.

Délaissant finalement ses éternels songes pour quelques heures – ou minutes plutôt – Noah se suprit à s’en aller faire un brin de toilette pour ne pas avoir l'air trop débrayé s'il avait la visite surprise de quelqu'un, chose qui arrivait rarement – pour ne pas dire jamais – il était vrai !

Soit. Douche froide qui éveille les sens, frisson au contact de cette eau qui contraste avec la froidure de sa peau ; il profite de cet instant de sérénité, lavant les taches de blessures que la disparition de Makoto a créé. Soupir long et las alors qu'il laisse le jet d'eau froide laver les traces de sa journée, un bon coup de jus pour revenir à la réalité. Ne pas y rester trop longtemps ? Il n'avait aucunement l'intention de laisser sa base trop longtemps loin de son champ de vision. Peur ? Ouais, le patriarche des Leoxses avait peur, pas pour lui, mais pour sa base. Après tout, c'était le seul lieu qui lui permettait de s’échapper, il n’avait nullement envie de la voir brûler. Serviette bloquée autour de la taille, il attrape de nouveaux vêtements propres, prenant soin de placer les anciens dans sa machine à laver ; Soupir de dépit, le jeune homme s'habille à vitesse grand v et c'est en dégainant une clope qu'il ferma à double tour derrière lui.

En entendant cette jeune femme l’interpeller de la sorte, Noah fut premièrement étonné et après un rapide coup d’œil à l'horloge ancienne qui trônait sur la commode à ses côtés, il se demanda si quelque chose de grave n'était pas arrivé. Comme dit, rares étaient les visiteurs et lorsqu'il en avait, c'était toujours parce que sa présence en tant que membre de la révolution devenait… Dérangeante.

Enfin le Général Noah n’allait pas lui en vouloir de ne pas donner de date et d’heure précise pour un rendez-vous, ce que celle-ci était la première à agir de cette manière – un certain je ne sais plus pouvait en témoigner. En tant normal, surement notre jeune ami aurait mis fin à une telle mascarade, mais, avoir une telle audace pour oser pénétrer dans un quartier général de la révolution en soi, ce n’était pas le genre de chose qui lui déplaisait au contraire. Personne n’était à l’abris de ce genre de situation – le comble pour lui qui avez pris le temps de d’enfiler au moins un pantalon. Du coup, par précaution, ce dernier venait de se faire la promesse de toujours enfiler quelque chose au cas où ce genre d’évènements imprévus ce reproduirait.

Pour faire simple sinon, Noah ne put s’empêcher d’avoir un léger sourire quand il fut interpellé. Elle, au moins, pouvait le voir, contrairement à lui qui faisait face à cet attirail sombre. C’est en posant son regard sur elle, alors qu’il décida de lui répondre. Un rictus acerbe surplombait la pulpe de ses lèvres rosées et jusqu'à ce que ses commissures articulent un mot, Noah referma délicatement son poing jusqu'à l'entente glacée d'un bruissement d'os. A ce moment précis celui-ci relâcha promptement la pression et croisa ses bras contre son buste, obliquant une moue faussement consternée.

ㅡ « J’imagine que chez vous, peut-être on n’utilise pas la porte d’entrée. » Le ton se voulait léger, il ne tenait pas spécialement à la mettre dans l'embarras quoique. « Est-ce que je vais devoir faire refaire une autre serrure ? » Ce n'était pas une critique, le sourire qui se dessinait sur ses lèvres le montrait clairement.

ㅡ « Je crois que je vais finir par enchanter les serrures pour qu’elle m’avertisse des visites, ça vous évitera de rencontrer comme un voleur chez moi. Ah j'oubliais vous me voulez ? [...] » reprit de plus belle Noah s'allongeant sur son lit et tournant les pages de son shonen jump




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 197
Date d'inscription : 24/01/2017

Feuille de personnage
Unité de Puissance (UP): 5651
Points de Technique (PT): 784
Équipage:
Voir le profil de l'utilisateur




Jessie Mary
Dit "La Flèche Noire" | 240,000,000 Berrys
Jeu 9 Mar - 19:44

Magouille Nocturne

feat Noah Gregorio

Visiblement, ce Noah Gregorio avait la mémoire courte, la petite altercation à Sabaody ne l'a peut-être pas tant marqué que ça après. C'est un général révolutionnaire après tout, ça doit être son quotidien le danger. Plongeant doucement le bord de mes lèvres dans le liquide rouge, je me délecte une nouvelle fois de l'arôme de ce vin ma foi vraiment bon. Observant le comportement de l'objet de ma visite.

À Sabaody, je n'avais pas vraiment testé ses pleines capacités, cependant, il est selon moi d'un autre niveau que le mien. C'est un général de l'armée révolutionnaire et du Nouvel Ordre après tout. Ce n'est pas jojo le clodo qui ramasse sa pitance dans les vide-ordure. Après, de ce que j'ai pu voir... C'est le genre de gars qui a eu une vie bien merdique avant d'arriver à ce stade donc... On peut dire qu'il mérite sa place.

Je pouvais le voir un peu se contracter avec ce rictus également inscrit sur ses lèvres. Il faut dire que malgré le fait que je soit morte, j'avais encore une certaine attirance que ce soit pour la gente masculine ou féminine. Et je dois l'avouer... Il a quand même son charme cet homme en face de moi. Ses remarques me font doucement sourire tandis que je change mes jambes de position afin de les croiser de nouveau.

- Il n'est pas dans ma nature de prendre l'entrée principale pour me présenter, et on sait aussi bien toi et moi que je ne suis pas une simple voleuse. Une simple voleuse n'arriverait certainement pas à venir jusqu'ici, je pense déjà... Et... Tes serrures ne sont pas vraiment un problème.

D'un geste lasse, je lui pointe du bout de mon doigt en renversant ma main la paume vers le ciel la fenêtre par laquelle je suis rentré.

- Sois tranquille, je ne suis pas venu ici pour te tuer, et généralement, si je viens pour un assassinat, ma cible n'a pas l'occasion de me voir.

Le voir s'allonger sur le lit avec son foutu magazine piqua un peu mon orgueil, il ne me prenait absolument pas au sérieux, j'ai l'impression. En tout cas, c'est l'impression qu'il donne en agissant de la sorte. Buvant de nouveau mon verre cette fois-çi jusqu'à la fin, je pose ce dernier avant de lever ma main au niveau de mon visage, faisant apparaître des feu follet vert éclairant doucement mon visage froid et mes yeux rouge sang.

- J'aurais très bien pu brûler ton âme jusqu'à ce que tu me demandes d'arrêter cependant, je suis venu non pas pour te tuer comme je te l'ai déjà dit, mais... Pour une chose bien précise et qui je pense pourrait t'intéresser... La chute de Barbe Noire...

Là, je tentais de ferrer le poisson, il me prend pour une simple pirate au service d'un Yonkou comme parmi tant d'autres. Avec cette phrase, je devais attirer son attention afin qu'il me prenne au sérieux. Faisant disparaître les feux follets, je le regarde droit dans les yeux en retirant ma capuche afin qu'il puisse voir mon visage entier ainsi que tous mes traits de mutante.

- Faisant disparaître les feux follets, je le regarde droit dans les yeux en retirant ma capuche afin qu'il puisse voir mon visage entier ainsi que tous mes traits de mutante. Je ne vais pas te la faire longue, mais le Gouvernement Mondial est aussi dans le coup et est prêt à s'allier temporairement afin de se battre contre un ennemi commun. Ennemi dont je peux donner le maximum d'information afin que la mission soit un succès. Le deal est simple, tu m'aides, et en échange le Nouvel Ordre obtient encore plus de faveurs du peuple et vous prenez le dessus sur le Gouvernement Mondial si vous faites du meilleur boulot qu'eux. Et moi, j'aurais ma vengeance... Pas très compliqué, non ?

Évidemment, le Gouvernement Mondial n'était pas tout à fait d'accord avec cette alliance, car justement, ça aller créer une course de popularisation auprès des civils. C'était un risque à prendre pour chacun d'eux qu'ils doivent prendre afin de gagner la foule. J'aurais pu juste me tenir à l'aide du Gouvernement Mondial, mais je doute sincèrement de leurs capacités et les révolutionnaires ont des forces de frappe à ne pas négliger. Une attaque sur 3 front ne pourra pas être gérée par Kurohige et je le sais au plus profond de mes tripes pourries.

- Maintenant que tu as toutes les informations en main, je te laisse faire ton choix, un simple oui ou non. Tu peux également y réfléchir en me parlant de détails que tu souhaites ou simplement, je te donne un Den Den Mushi de ma ligne privée pour que tu me contactes. Mais je suis sérieuse dans mes propos et je n'aurais pas fait tous ces efforts pour me moquer de toi.


Fiche de RP (c) Miss Yellow


HRP : Exemple des feux follets http://gioluengo.deviantart.com/art/Sylvanas-Windrunner-WOW-539731774
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 115
Date d'inscription : 13/12/2016
Age : 21

Feuille de personnage
Unité de Puissance (UP): 6172
Points de Technique (PT): 265
Équipage:
Voir le profil de l'utilisateur




Noah Gregorio
Dit "L'Alchimiste" | Général de l'armée du Nouvel Ordre | 102.000.000
Ven 10 Mar - 15:40

— Jessie —
TURN II

Magouille Nocturne
PARTIE PREMIERE.
Il était si étrange de se retrouver dans une telle situation… Noah était là, calé calmement contre l’un de ses oreillers traversant simplement et toujours encore les mêmes pages. Uemura lui en aurait certainement fait la remarque que le prochain Shonen Jump ne sortirait que la semaine prochaine et qu’il avait déjà lu celui-ci des dizaines de fois. Et pourtant rien, si ce n’était cette jeune demoiselle si on pouvait l’a qualifié comme tels. Grâce à son fruit du démon, Noah ressentait une puissante énergie provenant de celle-ci. Rien de bien inquiétant toutefois.

ㅡ «Il n'est pas dans ma nature de prendre l'entrée principale pour me présenter, et on sait aussi bien toi et moi que je ne suis pas une simple voleuse. Une simple voleuse n'arriverait certainement pas à venir jusqu'ici, je pense déjà... Et... Tes serrures ne sont pas vraiment un problème.. »


Quand bien même elle semblait prête à nouer le contact avec son interlocuteur, Noah lui se voyait pourtant présent dans la salle aux côtés de feu Makoto, deux ans en arrière, souriant et se tordant de rire face au comportement dérisoire que pouvait adopter ce jeune voyou ; pleurant de joie face aux objectifs immortalisant leur union. Le patriarche des Leoxses se le remémorait très clairement dans ce sombre accoutrement qui l’avait rendu si légendaire, cet homme dont les flammes demeuraient toujours en lui. Ce feu sacré qui n’aurait aucun mal à embraser les lieux de toute sa splendeur, virevoltant au gré des hurlements, crépitant telle une mélodie à la fois posée et cacophonique que le vent lui-même, chef d’orchestre, rythmerait à son goût. Ce cadeau que lui avait offert Makoto, l’avait ému non pas aux larmes mais pas loin. Il n’y avait d’ailleurs pas eu depuis un présent plus magique que celui-ci dans son entière existence, et celui-ci avait même offert à Noah ce qu’il avait le plus désiré sur cette Terre et cela dans sa vie entière : la force, son petit trésor si précieux et fragile, le pouvoir d’enfin faire changer les choses.

Alors pourquoi avait-il fallu que tout se brise encore une fois… ? Il ne comprenait pas et se sentait la victime d’un destin tourmenté et maudit.

Makoto était le seul souvenir de Gregorio qu’il lui restait. Et Dieu seul savait à quel point Noah aimait sa famille. A quel point il l’avait toujours aimé déraisonnablement. Et pourtant, aujourd’hui, il leur en voulait, il en voulait terriblement à Dieu, à la hauteur du rêve qu’il avait piétiné et peut-être détruit. Il lui en voulait d’être partie, il lui en voulait de lui avoir retiré son seul et unique ami. Qu’avait-il, maintenant ? Que pouvait-il espéré de plus que quelques miettes de jours pour profiter d’une future liberté qui s’éloignait peu à peu ? Aimant ? Miséricordieux ? Dieu aimait ses enfants ? Mais ne fallait-il pas être cruel pour couper court à ce bonheur pour lequel ils avaient tant soufferts, pour lequel il s’était battu des années… Le destin. Dieu avait tout foutu en l’air soit. Mais désormais plus personne ne déciderait pour Noah. En ces précieux instants, il se l’était promis.

Scellant comme le passage d’une vie, cette page qu’il tournait, ce chapitre qu’il terminait agissait tel le témoin d’une promesse éternelle tandis que rugissait au cœur de la nuit les tristes bruits de ces pages qui tournent.  

Aussi n’avait-il pas su comment accueillir la proposition de la dernière chance, l’ultime tentative avant la chute dans l’oubli et l’enlisement dans la peine qui annihilerait ses sentiments et égards vis-à-vis des autres. Etait-ce donc là, ce que la vie avait à lui offrir ? Un vulgaire face à face avec une vile pirate bas-de-gamme amassant ses deniers sur les folles espérances de Grandeur de Barbe Noire ? Il en avait été aussi amusé que blessé. Sa fierté, sans doute mal placée, avait été malmenée. Il ne pouvait s’empêcher de se sentir sous-estimé mais tout de même diverti par une telle situation qui finalement ne faisait que danser au creux de sa main. Ainsi pourtant, et pourtant… Il avait baissé les armes, et s’était à son tour raccroché à cet espoir un peu bancal, un peu désespéré, si attirant que lui offrait son interlocutrice.

ㅡ «J'aurais très bien pu brûler ton âme jusqu'à ce que tu me demandes d'arrêter cependant, je suis venu non pas pour te tuer comme je te l'ai déjà dit, mais... Pour une chose bien précise et qui je pense pourrait t'intéresser... La chute de Barbe Noire… Je ne vais pas te la faire longue, mais le Gouvernement Mondial est aussi dans le coup et est prêt à s'allier temporairement afin de se battre contre un ennemi commun. Ennemi dont je peux donner le maximum d'information afin que la mission soit un succès. Le deal est simple, tu m'aides, et en échange le Nouvel Ordre obtient encore plus de faveurs du peuple et vous prenez le dessus sur le Gouvernement Mondial si vous faites du meilleur boulot qu'eux. Et moi, j'aurais ma vengeance... Pas très compliqué, non ? Maintenant que tu as toutes les informations en main, je te laisse faire ton choix, un simple oui ou non. Tu peux également y réfléchir en me parlant de détails que tu souhaites ou simplement, je te donne un Den Den Mushi de ma ligne privée pour que tu me contactes. Mais je suis sérieuse dans mes propos et je n'aurais pas fait tous ces efforts pour me moquer de toi.. »


Les paroles de celle-ci résonnaient amèrement aux oreilles de l’aristocrate. Comment un être ayant servi avec tant d’instance Barbe Noire pouvait s'opposer à lui si aigrement ? Un silence en suspension nappa la pièce. Noah demeura muette un instant, son regard fixant le visage âpre de la Flèche Noire. Le sien fut soudainement tiré dans un rictus d'exécration primale, fielleux. Il n'avait nullement le droit de laisser, à nouveau, les émotions singulières de son âme vernir ses iris. Là encore, Noah vint quérir des réponses dans le gouffre de ses pupilles, y décelant une vie qu'il avait due ressuscitée, quelque chose à désirer à nouveau, un objectif, un but. Un phénix dont les ailes incandescentes avaient bordé les terres de Water Seven, quartier général d'un conte lascif. Il tâcha donc de rassembler ses facultés mentales, lesquelles étaient sorties de leurs rails au milieu de toute cette passion. Depuis le départ de son ami, son esprit avait été un tourbillon qui avait aspiré la moindre pensée et les avait toutes recrachées, criblées de suspicion. Mais depuis peu, il était aussi limpide et transparent que l'air.

Noah souriait, rien de plus. Il observait cet espèce de monstre tout droit sorti de l’esprit loufoque d’Usopp non, du Laboratoire de Vegapunk. Après un rire aux éclats plutôt long, c'est avec son flegme habituel que le général de l’armée Révolutionnaire s'adressa à son convive sans jamais apposer son magazine.

ㅡ « Je suis ravi de voir que l’équilibre du monde semble vous importer autant qu'à moi, Flèche Noire. De même que mon délicieux vin ravi vos papilles. Toutefois sachez que c’est la dernière fois que vous vous permettez de tels agissements en ma présence, j’espère que vous en êtes consciente. »

Il n'était jamais certain que les personnes qui lui étaient opposées puissent désirer la même chose que lui. A vrai dire Noah avait trop souvent croisé la route d'individus qui se réjouissaient d'être en rivalité avec de « Gros Bonnets » tel que lui. Mais lorsque vous deviez garder l'anonymat et que certains organismes gouvernementaux vous surveillaient déjà, mieux valait ne pas se faire d'autres ennemis pensait-il.
ㅡ «Autant entrer directement dans le vif du sujet si vous le voulez bien.. » Déposant calmement son Shonen Jump, son regard sonda quasi automatiquement le visage qu’il avait en face de lui avant qu'il ne reprenne. « J’aime qu’on soit honnête avec moi, et je n’ai pas l’impression que ça soit le cas avec vous. » Cet aveu pouvait avoir l'air étrange, mais certainement pas pour une femme comme la flèche noire dont le mensonge était passé dans le domaine de l’art. «Je me disais qu'une bonne entente pourrait apporter une coopération. Je suis certain que, tout comme moi, vous préférez ne pas avoir à vous méfier de mon organisme tout comme vous le faites avec Barbe Noire visiblement. » Une brève pause. « Je sais d’ailleurs que vous sentez puissante et immortelle, vous détentrice du Yomi Yomi no Mi. En quel cas, je vous rassure. Aller à l’encontre de ce que je veux et je me débarrasse de vous sur le champ. » Poursuivit Noah tandis qu’un rictus terrifiant s'esquissa sur ses lèvres




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 197
Date d'inscription : 24/01/2017

Feuille de personnage
Unité de Puissance (UP): 5651
Points de Technique (PT): 784
Équipage:
Voir le profil de l'utilisateur




Jessie Mary
Dit "La Flèche Noire" | 240,000,000 Berrys
Ven 10 Mar - 22:31

Magouille Nocturne

feat Noah Gregorio

Décidément.... Cet homme ne me prend absolument pas au sérieux, j'ai l'impression avec son rire un peu trop long à mon goût. Après, je peux comprendre étant donné que j'ai eu la même réaction quand Dara Mengsk, une agent du CP9 est venue à ma rencontre pour commencer toute cette machination qui allait mettre un tournant dans la vie de tout le monde. J'avais également rit aux éclats en pensant que c'était qu'une simple farce et d'ailleurs c'est un des meilleurs moments de divertissement que j'ai eu depuis mon « renouveau »...

Lorsqu'il me parle du fait que je me fais du souci que l'équilibre du monde, je lâche un petit bruit qui ressemblait à un petit toussotement et un rire. Qu'est-ce que j'en ai à foutre de l'équilibre. Plus rien est comme ça devrait être, le Gouvernement Mondial n'a plus ses Shichibukai et vienne à appeler l'aide de pirate d'empereur afin de les faire tomber, il n'y a plus 4 empereurs, mais 3, et le Nouvel Ordre vient foutre sa merde en faisant la gueguerre de territoire avec le Gouvernement Mondial et la Marine. Par contre, le fait qu'il m'interdit de reboire de ce délicieux vin... J'avoue que j'étais un peu déçue de ne pas pouvoir reprendre un verre. J'utilise donc de mes charmes en me mettant bien en évidence, même si j'étais morte, j'avais toujours ce corps digne d'une Elfe et je pouvais parfois en abuser :

- Dans ce cas... Invite-moi à boire un verre, il faut dire que cette bouteille est d'une délicatesse incroyable et c'est bien le meilleur que j'ai pu boire jusqu'à présent.

Je me lève donc pour me rapprocher du lit, me déhanchant un peu sur la gauche et en posant ma main sur la hanche avant de le regarder. Ça ne me plaisait vraiment pas sa manière de discuter surtout pour une chose assez importante quand on y pense. Si tous les généraux sont comme lui, elle doit être bien l'armée des Révolutionnaires... Un chef qui se comporte ainsi, ça me fait mal au cœur, enfin... Ça me ferait mal au cœur s'il n'avait pas disparu avec ma mort.

Visiblement, il n'avait pas totalement confiance en moi, à juste titre d'ailleurs, je suis un peu un assassin aux ordres de Barbe Noire, prête à tout pour obtenir ce que je souhaite... Donc le mensonge et la manipulation ça me connaît et c'est de cette manière que j'obtiendrais ma vengeance et celle de mon peuple. Après, il marque un point, c'est que je n'aimerais pas voir le Nouvel Ordre manigancer quelque chose à mon égard alors que moi-même je suis déjà occupé à magouiller dans mon coin.

Quand il aborde le sujet de mon fruit du démon, le Yomi Yomi no Mi... Je me mets à ressentir comme... De la crainte ? Comme si mon instinct de survie me disait de fuir cet homme. Noah serait donc capable de l'éliminer une bonne fois pour toute ? Pendant un instant... Je voulais tout arrêter... C'est vrai, a quoi bon... A quoi bon combattre et toujours se relever pour au final vivre une vie de fugitif sans pouvoir famille ni enfant... Sans avoir de semblable autour de soit... Pourquoi pas juste... Tout abandonner, d'ailleurs, j'espère que ça ne s'est pas vu dans mon regard, tout ce désespoir qui était remonté pendant une demi-seconde...

- Je vois que tu ne fais pas dans la dentelle... Tant mieux, je déteste tourner autour du pot trop longtemps. Tant qu'on est dans l'aveu, je préfère être clair, je suis avec Barbe Noire uniquement par obligation. Obligation qui malheureusement n'est plus d'actualité et maintenant, je veux ma vengeance, car je dois mon décès à cause de ce gros dégueulasse. Donc je n'ai pas fait une infiltration jusqu'ici et je n'ai pas accepté l'aide du Gouvernement Mondial pour rien. Je veux la tête de Barbe Noire et je l'aurais, par tous les moyens possibles ! Même si cela implique que je meurs pour une deuxième fois. Cet enfoiré crèvera comme un chien et sa tête sera dans le creux de ma main !

Le rouge de mes yeux devait certainement passer de cramoisi à écarlate sous la colère, c'était bien la seule chose qui fonctionnait encore dans mon corps d'ailleurs. Mes poings se serrent un peu sous la colère avant que je reprenne peu à peu mon calme. Je suis toujours d'une tranquillité sans pareil, mais dès qu'on parle de cet enfoiré de Kurohige, ça me met dans des états pas possibles et j'ai limite besoin de faire un meurtre pour me calmer. D'ailleurs, c'est ce qui arrive parfois quand je reviens sur le navire de Barbe Noire et que je me prends la tête, je tue un mousse ou je le balance par-dessus bord, le premier qui passe sous la main fait l'affaire.

- Après, tu es l'un des seuls à pouvoir mettre un terme à ma vie, entre nous, je pense que si tu m'élimines ici et maintenant, tu rendrais service à beaucoup de gens. Je me battrais jusqu'au bout, mais je reste la proie et toi le prédateur avec ton pouvoir...

Son sourire un peu sadique et pervers ne me faisait ni chaud ni froid, mon visage reste neutre face à sa menace malgré cette réponse que je donne qui me mets en position de faiblesse. Toujours debout face à lui, je le dévisage clairement depuis le début afin qu'il me parle un peu avec sérieux et « d'égal à égal ».

- Je ne vais pas attendre mille ans ta décision sachant que je risque un peu ma liberté en me pointant ici. Et je n'ai pas envie qu'on me surprenne ici en train de te parler. Ça ferait tache de savoir que la Flèche Noire vient sur un endroit sans pour autant faire une victime...


Fiche de RP (c) Miss Yellow

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 115
Date d'inscription : 13/12/2016
Age : 21

Feuille de personnage
Unité de Puissance (UP): 6172
Points de Technique (PT): 265
Équipage:
Voir le profil de l'utilisateur




Noah Gregorio
Dit "L'Alchimiste" | Général de l'armée du Nouvel Ordre | 102.000.000
Lun 13 Mar - 20:05

— Jessie —
TURN III

Magouille Nocturne
PARTIE PREMIERE.
Cela ne vous est-il jamais arrivé que de vous questionner sur le pourquoi du comment « le destin » fonctionnait ? Sur le comment vous en étiez arrivé là ? Sur ces évènements qui font qu’aujourd’hui, en ce moment précis, nous sommes enfin vous êtes la personne que vous êtes ? Sur ces choses qui ont motivé les choix que vous avez pu prendre ? Les décisions que vous avez prises ? Ou même juste vous demander pourquoi tout simplement ?

Et bien des fois, dans des moments de pures quiétudes, il se le demande. Après tout qui aurait dire que ce jeune homme allait devenir un membre aussi important de la Révolution ?

Que dire ? Après tout, les prémices de sa vie, ne sont en rien un épisode très joyeux. C’était un enfant prédestiné à suivre les pas de son père quoiqu’il eût imaginé. N’étant rien de plus qu’un outil formaté à l’image de ce que d’autre désiraient, un moyen de poursuivre cette longue lignée d’aristocrates qu’était les Leoxses. Certainement que s’il avait pu s’amuser avec d’autres enfants de son âge, Noah aurait pu questionner de tels agissements, cette éducation arriérée ; se demander s’il n’y avait pas « plus » derrière cette histoire, si par le plus grand des hasards, il n’était pas « plus » que ce que laissait transparaître les apparences. A vrai dire tout le monde pouvait considérer sa condition comme familiale compliquée, aussi peu tragique soit-elle. Pourtant la vie du petit garçon appelé « Noah » n’avait nul à envier ni même à jalouser. Ce n’était rien d’autre qu’un ouvrage vierge dont, quand bien même les chapitres ne s’apparentaient à quelques vulgaires lignes par ci par là, représentait les épisodes de sa vie. Beaucoup seraient tenté de comparer sa vie à celle d’une princesse Sarah ou encore d’une malheureuse Sophie ; toutefois, tout cela changea quand ce dernier abandonna l’idée d’une vie paisible, l’idée d’être Noah avant d’être un membre de la famille Leoxses…

C’est ainsi que peu à peu, il fut tenté par ces luxures qu’offrait la facilité, motivé par cet engouement qu’il portait désormais à la vie ; abandonnant petit à petit l’envie de se comporter de la « bonne façon ». Au fond, quand bien même les gens ne s’en rendaient jamais réellement compte, les contes avaient pour morale de toujours laisser les méchants triompher des gentils. (Non. Ne me dites surtout pas que Blanche-Neige est heureuse à la fin. Qui pourrait échanger son père et sa mère contre la richesse ? Alors que la belle-mère, faut dire qu’elle se retrouve avec un miroir magique.) C’est qu’entre l’amour, la vie, l’amitié ou tout autre chose de la sorte, il y’avait tant à sacrifier pour peu en soit. Et tout ça pour quoi ? Rien d’autre que pour aller dans le sens des mœurs. Il y’avait tant de choses que nous autres, ceux de bons côtés de la barrière perdaient au nom de cause perdues, de causes que nous étions les seuls à servir. Enfin qu’il était les seuls à servir.

Soit. Les questions n’avaient de cesser de tournoyer dans son esprit tandis qu'il contemplait avec nonchalance la nécromancienne qui déambulait désormais devant lui. Au vu de sa réaction et des dires de son interlocutrice Noah pinça d'ailleurs des lèvres suite à ses réponses. Il se doutait qu'elle n'avait pas apprécié la tournure qu’avait pris les évènements, surtout si celle-ci était habitué à orchestrer de tels évènements. Peut-être était-ce parce que celui-ci n’eut pas même daigner l’a salué convenablement ? Non.

Pourtant, chacun de ses mots, chacun de ses mouvements avait éveillés des réactions et des retours chez le général de l’armée révolutionnaire.

ㅡ « Laisse-moi être franc avec toi. Se mentir à soi-même ne t’aidera pas à venir au bout de tes craintes. Servir un gouvernement corrompu, est-ce attester de son rôle de pion ? Pour ma part oui. Avoir servi Barbe Noir restera à jamais un poids marquant surtout pour toi, détentrice d’une vie immortelle. Mais quel est le pire ? Être un pion enchaîné à un Alpha qui t'envoie faire ses besognes ? Ou celle qui désire braver les dangers pour trucider l'homme qui a bousculé les choses de sa vie ? Car n’oublions pas que tu n’en resteras qu’une paria, une traitresse que son équipage prendront en chasse. Ah la la les jeunes… Enfin les vieux du coup. »

L'ultime phrase était en suspens. Les probabilités que l'échange soit comblé de vertus et de respect étaient oscillantes.

Inutile de dire que l'instant avait été véritablement plaisant pour l’homme de la Révolution. Non seulement son offensive semblait avoir fait mouche, mais en plus l'argumentation lancée par son interlocutrice ne lui avait rien fait, ou plutôt, avait échouée. Il lui avait pourtant semblé sentir le froid mordant que dégageait cette femme l’enivré, toutefois cela ne l’avait laissé de marbre, du moins, pas pour le moment. Noah émit un son de gorge pareil à un rire. Son offensive avait fonctionné, et il semblait avoir réussi sa contre-argumentation, ce qui aux yeux de Noah sonnait comme une victoire. Mais pourtant il ne pouvait s'empêcher de l’a sonder visuellement, au cas où la Flèche Noire décide de revenir à la charge, malgré tout. L'atmosphère se voulait électrique, tandis que dehors quelques éclats de voix venaient à se faire entendre. Des silhouettes passaient devant la porte, sans jamais pour autant intervenir ou venir voir avec qui le général parlait.
ㅡ «Je ne pense pas que tu réalises pleinement les conséquences de ce que tu t’apprêtes à commettre. Nul des grands de ce monde ne semble avoir pris des décisions sous le joug de la colère. » Affirma t-il servant délicatement deux verres de ce doux nectar rubicond, dont la bouteille ornait avec élégance le bureau.  « Ne te méprends pas, je ne te jugerais pas pour ta trahison. Et je ne te jugerais pas non plus pour ce que tu as laissé derrière toi. » Poursuivit Noah tandis qu'il s'approchait de sa convive, verre à la main qu'il semblait lui offrir. «Ces corps, ce sang... J'en ai aussi laissé derrière mes pas. Des corps évincés, des viscères... . » Il marqua une brève pause. « Nous sommes tous sur un échiquier, et chacun y a son rôle. Seulement certaines fois, nous pouvons prendre la liberté de nous moirer dans la responsabilité d'un autre.. » Fait-il remarquer, portant gracieusement ce doux millésime à ses lèvres.Tu aurais pu t'arrêter à cette vendetta personnelle. Mais tu as cherché à creuser une frontière plus profonde encore. Alors ma question est simple. Qui es-tu désormais et quel est ton rôle dans l’équation ?




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 197
Date d'inscription : 24/01/2017

Feuille de personnage
Unité de Puissance (UP): 5651
Points de Technique (PT): 784
Équipage:
Voir le profil de l'utilisateur




Jessie Mary
Dit "La Flèche Noire" | 240,000,000 Berrys
Mar 14 Mar - 20:07

Magouille Nocturne

feat Noah Gregorio

Pourquoi j'étais limite fascinée par cet homme ? Dès qu'il ouvrait la bouche, j'étais à la fois en colère mais aussi admirative devant tant de sang-froid (pour ne pas appeler ça du manque de participation à sa propre conversation). Je ne sais pas, il a une des femmes les plus dangereuses en ce moment dans ce monde et il ne hausse même pas un cil, ne montrant aucune réelle réaction à ma présence. C'était frustrant, horriblement frustrant, ça n'allait pas du tout comme je voulais et c'est bien la première fois que je subis ce genre de situation désagréable, mais du coup complètement nouvelle pour moi. Cependant, je pense avoir secoué le bonhomme avec mes réactions étant donné que j'arrive à faire bouger ce malpoli.

Le voilà en train de philosopher... Me mentir à moi-même ? Ce n'est pas mentir si on croit à son propre mensonge, je n'ai plus rien de bon en moi et tout ce que je veux, c'est ma vengeance maintenant... Ni plus, ni moins. Après, le mieux pour moi était d'avoir ma seconde vie entre mes mains et d'avoir un minimum de contrôle sur celle-ci, hors avec Barbe Noire, je n'ai aucun contrôle, ou du moins pas autant que j'en voudrais.

- Je n'ai pas choisi d'être avec Kurohige et le fait que je sois une « traîtresse » n'est pas nouveau pour lui. Tout l'équipage et lui-même savent très bien que tôt ou tard, je vais me rebeller, mais il me garde en « respect » via des stratagèmes de traître fourbe que je compte bien supprimer ou juste ignorer à partir de maintenant. De toute façon, ne me parle pas des grands de ce monde, qu'ils soient en colère ou non, leurs décisions, je m'en moque, je ne suis pas politicienne, je ne suis pas du gouvernement mondial, ni du nouvel ordre. Je suis une Dreadmad, et je suis certainement la dernière de ma race à cause de ce gros tas. La décision a été prise depuis longtemps. Je veux ma vengeance, et je l'aurais. Par tous les moyens et peu m'importe les répercussions sur le monde et sur ma « vie ».

Soudain, je me rends compte que j'étais en train de me confier... Quel sot je suis ! Moi ?! La flèche noire ? L'assassin au cœur de glace venait de s'ouvrir à un général du Nouvel Ordre... Regardant le verre de vin qu'il me propose gentiment, je le prends avant de boire un peu de ce nectar pour me détendre. Je n'étais pas dans mon état normal... Je ne comprenais pas pourquoi tout ce que je venais de dire était sorti comme ça.

Noah repris donc la parole, faisant une allusion sur les ficelles de ce monde et que tout le monde a un rôle à jouer dans l'évolution de ce dernier. Qui suis-je... ? Et quel est mon rôle... ? Buvant une nouvelle gorgée de ce vin rouge, je reste tout de même attentif à toutes ces voix qui se font entendre parfois un peu trop fort. Prête à prendre la poudre d'escampette si besoin.

- Je suis une enveloppe charnelle, rien de plus, une paria comme tu l'as si bien dit. Une femme à qui on a tout enlevé et qu'on a forcée à faire ce qu'elle ne voulait pas, et qui y a pris goût au final. Une personne... Qui se sent... Vivante, seulement quand elle l'ôte la vie de quelqu'un.

Sans me rendre compte, je me rapprochais de lui avant de poser ma main glacial sur son torse et sur son cœur surtout. Plantant un peu mes ongles en le regardant droit dans les yeux :

- Voir une personne partir vers l’au-delà, voilà ce qui m'anime, tandis que moi, je reste sur cette terre, sur cette mer pleine de rebondissement et de danger. Je suis une femme, qui n'aura jamais le droit à une famille, plus le droit à de réel ami en qui je pourrais avoir confiance, une personne ne pouvant plus recevoir la confiance de quelqu'un. Une manipulatrice menteuse qui décide maintenant, de prendre ce monde en main. Et d'en tirer un peu les ficelles afin de créer une chose... L'anarchie. Voilà qui je suis et ce que je compte accomplir. Noah Gregorio...

Serrant les dents, j'avais peut-être un peu trop enfoncé mes ongles dans sa chair tandis que mes lèvres avaient frôlé les siennes. Est-ce que je le draguer ? Clairement, mais pour quelle raison... ? Certainement pour l'avoir sous la botte ou cas où j'aurais besoin. Du moins... c'est ce que je me dis pour me réconforter. Reculant un peu, je reprends une gorgée dans mon verre avant de me diriger vers la fenêtre par laquelle je suis rentrée, tournant le dos à mon interlocuteur :

- Il y a longtemps, on m'avait dit de ne jamais mettre la faute sur quelqu'un, et de toujours aller de l'avant, se relevant à chaque fois qu'on tombe pour devenir plus fort de jour en jour. Et bien, c'est ce que je fais, je prends les choses en main sauf que j'ai zappé la première partie. Barbe Noire est ma cible et je compte bien l'éliminer... Un problème avec ça ? Général ? Si on revenait à notre discussion principale au lieu de rentrer dans l'intimité de l'un et de l'autre ?

Fiche de RP (c) Miss Yellow

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 115
Date d'inscription : 13/12/2016
Age : 21

Feuille de personnage
Unité de Puissance (UP): 6172
Points de Technique (PT): 265
Équipage:
Voir le profil de l'utilisateur




Noah Gregorio
Dit "L'Alchimiste" | Général de l'armée du Nouvel Ordre | 102.000.000
Lun 20 Mar - 23:29

— Jessie —
TURN IV

Magouille Nocturne
PARTIE PREMIERE.
Elle a l’air désarçonné, la jolie zombie si je puis dire. Ses grandes orbes rougeoyantes , un peu humide, creusent d’ailleurs un trou dans le coeur de notre ami Noah, dans son âme. Et pourtant celui-ci jubilait de tout son être ; ainsi donc notre général de l’armée révolutionnaire n’est pas le seul à ressentir toutes cette rancune profonde, cette  envie pressante de faire bouger le monde, ces choses... – quelles qu’elles soient – au fond de lui-même Noah se languissait de quelqu’un de ce genre, quelqu’un qui ne saurait quoi faire de ce coeur qui bat trop fort, quelqu’un qui ne serait pas apte à remédier à ce souffle qui se bloque dans ses bronches. Pour tout dire, il allait sans dire qu’avec les confessions que venait de lui livrer la Flèche Noire désormais Noah se sentait d’autant plus victorieux, ayant remporté cette prétendue bataille d’orateur. Joie que sans doute n’importe qui sait puérile et passagère, mais à laquelle Noah se raccroche malgré tout ne souhaitant nullement se noyer dans cette vague d’émotions purement humaine dans lesquelles il ne se reconnaît pas.

Ignorer ce qui le met mal à l’aise, attaquer l’autre avant d’être blessée ; sa spécialité en somme. Ses mots piquent, Ses mots mordent, Ses mots transpercent. Plutôt ironique quand on sait combien d’êtres elle a transpercée de sa flèche de nombreuses semaines plus tôt. A proprement parler, ce n’était pas comme si quelqu’un voulait l’a voir souffrir. Non, Noah voulait se protéger d’elle ou plutôt se protéger de tout éventualité de retour en arrière et puis ouais il voulait un peu la voir à genoux. Il  voulait qu’elle ait mal comme il avait eu mal en embrassant sa destiné, qu’elle en pleure la nuit et que son souffle se coupe quand elle penserait sans cesse à lui, qui s’inscrusterait bientôt dans le moindres de ses songes... Réflexe ancré en toi, en lui, en nous, réflexe qui remonte à la nuit des temps. Le goût de la vengeance était aussi aussi doux qu’il l’escomptait, il devait bien l’avouer.


Quoique celle-ci l'était moins, motivée, par-dessus tout, par ce désir ardent que manipuler une manipulatrice aussi compétente que feu son paternel. Enfin, son regard a la fois vague et envoûtant rivé sur elle, Noah observait avec une certaine satisfaction la décomposition progressive de la demoiselle. Ses joues rouges, son regard aussi humide que les mers du globe, les traits de son visage contorsionnés en une expression de gêne ou plutôt de colère mêlé au malaise. La fierté semblait l’a prendre par les entrailles, les tournant et les retournant de manière bien agréable. Et voilà une Dreadmad presque à genoux juste avec quelques mots.  Quand bien même en temps normal il n’en aurait pas fallu pas beaucoup plus pour l’achever, Noah restait sur ses gardes. Sans prier garde, son rictus moqueur s’élargit, déformant son visage quelques instants tant la tournure que prenait les choses le réjouissait.


Pourtant Noah n’avait pas l’air convaincu intérieurement, mais ça au comportement que la Flèche Noire adopta, sans doute l’eut-elle compris. En effet, tandis que l’un lui adressait un sourire rassurant, espérant que celui-ci lui fasse oublier sa vile tentative, bien trop usée; l’autre se rapprochait, apposant sa main glaciale sur le torse de notre héros et sur son cœur surtout – peu à peu plantant ses ongles acérés...


Encore une fois, sa tentative ne semble pas bien concluante. Mais Noah s’en fiche. L’homme ne dit rien, se contente de l’observer avec une lueur scrutatrice au fond de son regard sage et avisé – plongeant petit à petit son regard dans le sien – Après tout “Qui ne comprend pas un regard, ne comprendra pas mieux une explication”. Cet instant paru durer de longues secondes – voire même minutes durant – il ne dit rien, leur deux regards s’attirant l’un l’autre. Puis, une quinte de toux – sèche et douloureuse, à en croire les sons qui s’échappent de sa gorge – le secoue durant quelques longues minutes, tandis qu’elle ôte délicatement ses ongles de sa proie comme ayant saisit le message. Il garde le silence ne pouvant s’empêcher d’afficher un petit sourire victorieux puis carnassier, haussant les épaules. N’ayant absolument aucune honte à lui avouer cela, Noah s’amuse même de l’air gêné et inquiet qui virevolte sur son visage. Puis il éclate de rire, les éclats de joie provenant de sa gorge sont rauques et courts. Et les quelques mots qui suivent ses rires sont essoufflés, saccadés.


ㅡ «Ne fuis pas mon regard, comme on dit la possibilité de vivre commence dans le regard de l'autre. Rah … Je n’avais vraiment pas prévu que notre meeting se déroule de cette façon, je t’avouerai mais ca me plait bien. Comptes-tu te saisir de coeur comme si j'étais ta proie. » Demanda Noah amusé.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 197
Date d'inscription : 24/01/2017

Feuille de personnage
Unité de Puissance (UP): 5651
Points de Technique (PT): 784
Équipage:
Voir le profil de l'utilisateur




Jessie Mary
Dit "La Flèche Noire" | 240,000,000 Berrys
Mer 22 Mar - 20:00

Magouille Nocturne

feat Noah Gregorio

La nuit était tellement plus sombre dehors... Regardant l'extérieur à travers la vitre, mon regard se porte sur le reflet du Général qui se met à rire à gorge déployé, de quoi provoquer l'incompréhension des gardes qui doivent se promener dans les couloirs pour monter la garde. Ça doit faire bizarre d'entendre son patron rire comme un fou alors qu'il y est censé de rien avoir dans sa chambre à part lui même.

Seulement moi je savais pas comment le prendre son rire, était-il en train de se moquer de moi ? De ma faiblesse et du fait que je me sois confié à lui ? Ou il se moque de moi parce que je l'ai dragué ? Serrant les dents, j'arrive à les faire grincer tellement que ma mâchoire était sous pression tandis que ma main éclate le verre que j'avais en main. Foutant du vin partout sur le sol ainsi que des bouts de verre. Je lâche « Ralgalaziel » par mégarde ce qui signifie l'équivalent de « Putain » ou « Merde » en plus grossier dans le patois de mon ancien royaume. J'étais assez furax avant d'écouter ce qu'il avait à dire.

Me retournant, je le regarde avec mes yeux rouges écarlates, limite brillant dans le noir avant de me calmer un peu. Il semble apprécier ma compagnie. C'est plutôt une bonne chose, marchant sur les bouts de verre comme si de rien était, je m'avance de nouveau vers lui avec un pas bien plus féminin et aguicheur avant de poser mon index sur son torse :

- N'essaye pas de m'embobiner avec tes jolies mots trésor, ça ne marche pas sur moi, et de toute façon, je suis déjà morte alors ne me parle pas de possibilité de vivre. Si je voulais saisir ton cœur, ça serait de façon littéral, en te l'arrachant de la poitrine. Ça ne me déplairait pas remarque...

Le poussant un peu du bout de mon doigt, je le fais très vite décaler vers le meuble le plus proche, un buffet ou il avait d'ailleurs son vin et ses verres de riche. J'allais sortir un peu le grand jeu :

- Tu as réussi à me faire cracher le morceau sur des choses que je ne voulais pas dévoiler, alors à toi maintenant de répondre à la question... Qui es-tu Noah Gregorio... Tu sembles en avoir vu et causer des meurtres et vaincu pas mal de choses insupportable au vu de ce magnifique tatouage d'esclave des Tenryubitos que tu caches depuis tout ce temps... ça explique pourquoi le Nouvel ordre... Mais tu sembles toi aussi subir les événements et en être ici par un concours de circonstance que par tes propres choix... Ai-je tort... ?

Pendant mes paroles, je dessine quelques cercles sur son torse en lui faisant un peu les yeux doux, du moins du mieux que je peux avec ma tête de zombie mutante. J'avais le reste du corps avec de très belle forme donc il pouvait pas être sans effet ce gugusse à la fin ! Il a voulu jouer à ce jeu de charme, on va jouer, quitte à finir dans le plumard mais c'est lui qui sera à mes pieds et non l'inverse...

Rapprochant un peu mon visage du sien, je viens doucement frôler mes lèvres aux siennes sans pour autant l'embrasser avant de venir lui murmurer à l'oreille :

- Après tout, on est seul ici, et personne ne nous espionne ou nous écoute, on peut tout se dire...

Tout se dire et tout faire aussi, j'en profite d'ailleurs pour venir lui mordiller le lobe d'oreille, on imagine pas à quel point les oreilles peuvent être une zone hautement érogènes si on sait bien y faire. C'est très stimulant et ça ravive l'esprit du congénère ou partenaire selon la situation. Dans mon cas, c'était plus ma victime... Je voulais lui faire subir ce que j'ai pu endurer il y a quelques minutes et je n'allais pas lâcher le morceau. Ma seconde main se pose également sur ses pectoraux tandis que je patiente sagement sa réaction ainsi que sa réponse dans une position des plus gênantes et intime. Si un garde rentrait, il pouvait vite se faire remballer je pense.

- Crois en moi, je peux garder les secrets, mon travail est basé sur la discrétion, tu n'as rien à craindre de moi...  
Fiche de RP (c) Miss Yellow
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 115
Date d'inscription : 13/12/2016
Age : 21

Feuille de personnage
Unité de Puissance (UP): 6172
Points de Technique (PT): 265
Équipage:
Voir le profil de l'utilisateur




Noah Gregorio
Dit "L'Alchimiste" | Général de l'armée du Nouvel Ordre | 102.000.000
Jeu 6 Avr - 23:25

— Jessie —
TURN V

Magouille Nocturne
PARTIE PREMIERE.
Pour un peu, il se serait cru retourné à sa vie passée. Ce sentiment de presque contentement qui semblait l’envahir de toute part. Etait-ce dû à Jessie ou bien à la situation. Tout portait à penser que c’était sans doute la situation Même s’il manquait quelque chose : la présence d’un interlocuteur intéressant pour pouvoir discuter, commenter, analyser la représentation à laquelle il venait d’assister. A quoi cela servait-il, au fond, d’aller assister à ce genre de divertissement s’il n’y avait personne pour partager son ressenti ensuite ? D’en savourer les joies en solitaire, de façon égoïste ? Pas grand-chose, se rendait-il compte douloureusement, et il en étouffait. La solitude était après tout la seule compagne qui ne l’avait jamais abandonnée depuis qu’il était arrivé là ou il en était aujourd’hui, d’une façon paradoxale. Ou plutôt, elle le rongeait comme une maladie, le privant petit à petit de ses joies fantasques qu’offrait la vie, lui donnant des maux de cœur horribles. Ou comme l’eau et le vent qui inexorablement rongeaient les falaises, elle le sapait de l’intérieur. Il prétendait le contraire pourtant. Il prétendait que tout allait bien, devenant chaque jour un peu plus froid, plus inaccessible ; jusqu’à se transformer, un jour, un pur esprit, un être éthéré qui ne vivait pas vraiment parmi les vivants. Et ses moments de faiblesse, rares mais il y en avait eu, ne lui inspiraient que de la honte. Il se devait d’être fort. Fier. Comme un roc. C’était ce que le Royaume d’Alabasta attendrait bientôt de lui ; de Noah Gregorio le patriarche des Leoxses. Et pourtant, il souffrait en ce moment ; l’incongruité de l’instant, les discussions dont il avait eu écho, tout cela apparaissait désormais comme une hideuse parodie de ses souvenirs dorés, les entachant. Le rendant fou peut-être.


Et pourtant quand bien même....


Scintillait en ce ciel sombre les dernières nitescences de l'astre lunaire sur ces terres... Le regard de ses deux étoiles contraires s'entremêlant l’un dans l’autre tandis que vinrent s'abriter dans le ciel quelques nuages, suffisant pour laisser les ombres s'épanouir par-delà les étendues marines de Water Seven. La fraîcheur du crépuscule, les vrombissements lointains des bourrasques pourfendant les côtes avec fracas. Comme si ce monde lui appartenait, Noah flânait sur cet espace sans fin, accompagnée par cette silhouette qui la surplombait désormais. Ses pupilles d'encre et de perle s'étant vu dirigées vers cette femme svelte agile. Ses yeux mordorés se promenèrent sur le visage de la blonde alors qu'il évitait soigneusement de descendre plus bas que son menton. Ce n'était pas dans ses habitudes, mais encore une fois il tenait à ce que les choses se passent aussi bien et aussi professionnellement que possible. Après quelques secondes de silence alors qu'il s'assurait que tout ce qui avait dit était bien assimilé, l’aristocrate reprit la parole d'un ton toujours aussi calme :


ㅡ « Savoir qui je suis ? Entendu.
» acquiesca t-il.

Son regard d’habitude si vitreux s’était assombri en ces heures indomptables d'une journée qui s'était vue énigmatique. Presque tout pouvaient se confondre avec cette pénombre qui n'aurait de cesse de tourmenter le jeune homme si cette éphèbe ne pourfendait pas les ténèbres. Il était certes la personnification de la gloire, une véritable créature onirique se distinguant dans la nuit. Si seul mais pourtant si flamboyant. Parcourant ces terres sauvages qu'était la grandeur, d'une cadence leste et lente, son regard perdu dans l'immense mosaïque ténébreuse.  Son silence persista donc jusqu'à ce qu'elle s'étire sur son torse pour répondre plus franchement à sa proposition – en tout bien tout honneur ! Il devait admettre que sa tendance à se montrer plus gourmande qu'altruiste n'était pas vraiment une surprise. En y réfléchissant bien, ils se ressemblaient beaucoup puisque Noah était dans le même cas de figure : plus prompt à prendre qu'à céder. Il se montra patient jusqu'à ce qu'elle termine sur une question, puis se laissa quelques instants pour réfléchir avant de lui répondre du même ton calme et posé que celui qu'elle avait emprunté un peu plus tôt :


ㅡ « Hormis ses beaux yeux et ce charmant sourire tu veux dire ? » Il était passé à l’humour, il n'allait pas s'ennuyer à rester si rigide alors que les choses devenaient si intéressante. «Je ne sais pas si je devrais me livrer si vite à l’ennemi… Après tout comme tu l’as dit, tu pourrais t’emparer de cet organe qui bat vulgairement en moi. Pourtant,, je dois avouer que ta bonne foi et ton altruisme me plaisaient beaucoup eux aussi.... » Sous son masque, il lui offrit un nouveau sourire. « Plus sérieusement, je ne parle que très rarement de ma personne mais pour toi je me vois bien faire une exception. » poursuivit-il l’allongeant confortablement contre son pieu.

Ainsi lorsque l’Apollon lui permit de relâcher ses courbes, elle fit face à son visage de très près. Plus que jamais personne auparavant. Ses pupilles mordorés scrutant cette femme dans son champ de vision.. Un sourire spontané mais éphémère se dessina sur ses lippes, avant de s'évanouir au creux des oreilles de sa comparse, sous forme de doux fourmillements. Il souriait étrangement encore et toujours.  


ㅡ « Pour te répondre simplement…

» Un long silence vint alors emplir la salle alors le suspens battait son plein. Rien ne laissait présager ce qui allait bientôt se dérouler en ces lieux. Et puis soudain, il vint revêtir un air bien plus effrayant qu’à son habitude, rappelant cet aspect froid de sa personne dont je dressais le tableau antérieurement.  

ㅡ «Je veux tout. » Une phrase prompte, au ton inflexible, envisagée sans la moindre once de frivolité. Glissant délicatement dans le dos de sa partenaire, il ajouta  « De l’illustre histoire d'alabasta aux rivière dorés de Gran Tesoro, je veux tout. Même cette étincelle fébrile qui réside en toi, ma chère. Je veux tout.. » Caressant paisiblement la douce chevelure de celle-ci, il poursuivi. «Je ne suis qu’un homme aux idéaux dantesques. Je laisse la vie suivre son cours, déplaçant peu à peu mes pions sur l'échiquier funeste qu’est le destin. Rien de plus.  Je ne suis animé que par une chose : Ce vigoureux désir de tout conquérir. Voilà qui je suis, ni plus ni moins.. » Il marqua une brève pause.

L’illustre aristocrate n'était guère accoutumé à ce genre de bavardages tardif et reflétait la brume de par son comportement effacé ; feutrée et silencieuse. Malgré tout, le jeune homme ne pouvait que se laisser aller à apprendre les joies relatives de ce genre d'échange. En dépit de son absence émotionnelle, il était indéniable qu'il commençait à avoir une certaine complicité avec la Flèche Noire et leurs âmes entremêlées par les sceaux d'un temps révolu, d’une épopée magnanime les pousseraient inconsciemment à approcher leurs pas l’un de l’autre. En cet instant crépusculaire, les bourrasques étaient les seules pouvant unir leurs âmes au-delà des horizons et des montagnes qui y dépeignent un relief déchiqueté. Ils étaient les monarques de ce décor esseulé ; et dans ce tableau aux tons opposé, une chimère naquit. L'épiderme d'onyx, des apophyses, des crêtes corporelles... Une enveloppe charnelle maudite, le reflet d'un être déchu. Noah restait stoïque ; il avait déjà assimilé les émotions factices de son hôte et les contourna pour analyser chaque détails de son organisme. Surement l’eut-elle ignorée, mais Jessie s'était élancée dans les bras d'un démon, dont les ailes de chairs s'étaient refermées sur son être pour la dévorer jusque dans les flammes des géhennes.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 197
Date d'inscription : 24/01/2017

Feuille de personnage
Unité de Puissance (UP): 5651
Points de Technique (PT): 784
Équipage:
Voir le profil de l'utilisateur




Jessie Mary
Dit "La Flèche Noire" | 240,000,000 Berrys
Ven 7 Avr - 21:47

Magouille Nocturne

feat Noah Gregorio

Tout est allé si vite, j'avoue que je n'avais pas vu la chose venir... Du moins pas de cette manière. Un véritable jeu de drague dans lequel je me suis lancé avec ce général. Les choses tournent peu à peu vers quelque chose de bien plus romantique et torrides que le début de la conversation où je voulais juste l'avoir dans la poche en tant qu'alliés.

Maintenant, il fait de l'humour, semble se détendre malgré encore quelques gestes ou regards sombres et ténébreux ou glacials. Cependant, j'avoue que je reste perplexe lorsqu'il parle de ma bonne foi et de mon... Altruisme. Je ne voyais pas vraiment en quoi j'étais qualifiable de la sorte, et c'était assez perturbant au passage, je me savoir altruiste. Alors que je pense qu'à ma gueule depuis ces dernières années. Sans me rendre compte, je me retrouve allonger sur le lit de l'homme complètement à sa merci. Est-ce qu'il va faire le premier pas... ?

Son visage était proche du mien, je pouvais sentir son souffle chaud sur mon visage froid comme la mort, ses yeux me perçant de part en part, j'avais bien remarqué qu'il n'avait pas louché sur mes arguments et je suis un peu déçu de cela. Je m'attendais à ce qu'il se jette limite le nez dedans, mais visiblement, il semble du genre à respecter ce genre de chose ou juste à être encore moins émotif et démonstratif que moi. Ses lèvres viennent alors doucement me souffler à mon tour des murmures en me dévoilant ce qu'il était, ce qu'il désirait... Je pouvais me sentir partir, le toucher chaud de sa main pouvait limiter, me faire, frissonner d'envie. Il y avait une éternité que je n'avais pas eu ce genre de plaisir...

Inconsciemment, ou pas réflexe, je viens doucement passer une de mes mains derrière sa nuque pour le garder à cette distance tandis que l'autre est posé sur son torse musculeux et encore humide de sa douche. J'avais encore mon carquois et mon arc dans mon dos, mais j'en ai absolument rien à faire, si besoin, je déposerai mes affaires à proximité.

Mais j'ai tellement l'impression qu'il me ressemble... Au final, malgré son statut de conquérant du Nouvel Ordre... Il ferait un terrifiant pirate, s'il n'était pas un ancien esclave, je suis certaine qu'il aurait fini chez un des empereurs ou même devenir un des hommes les plus dangereux du monde. Ses mains dans ma chevelure me font doucement perdre les pédales quelques secondes durant lesquelles je ferme les yeux pour savourer ce moment de tendresse même si l'amour n'y est pas.

Mes yeux mi-clos, je regarde cet homme en train de presque me dévorer du regard... Il y avait une alchimie, je devais le reconnaître. Cependant, ça ne me donnait en aucun cas le droit de craquer et de faire le premier pas. Je veux que ce soit lui qui engage la chose. Je veux qu'il me désire et non l'inverse, un regard assez intense est présent dans mes yeux :

- Un jour, on m'a dit « Plus tu prends... Moins tu possèdes », je n'ai jamais compris le sens de ces mots, mais il est vrai que nos buts sont similaires... Et bien limité... Qu'est-ce que tu feras une fois cette conquête achevée... ? Tu n'auras plus rien à gagner, et tu seras aussi vide qu'une coquille... Tout comme moi. Mon étincelle fébrile est à un point de non-retour, mais si tu te penses à la hauteur... Fonce...

Mes jambes bougent un peu pour retirer mes bottes du mieux que je peux avant de doucement glisser mes pieds froids sur la jambe de Noah qui lui est encore vivant... Cette sensation de chaleur est tellement agréable. Mes deux mains étaient maintenant sur sa tête et mon regard dans le sien. J'attendais qu'une chose, c'est qu'il craque et m'embrasse. Je masse doucement son cuir chevelu en patientant sagement la suite des événements.
Fiche de RP (c) Miss Yellow


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 115
Date d'inscription : 13/12/2016
Age : 21

Feuille de personnage
Unité de Puissance (UP): 6172
Points de Technique (PT): 265
Équipage:
Voir le profil de l'utilisateur




Noah Gregorio
Dit "L'Alchimiste" | Général de l'armée du Nouvel Ordre | 102.000.000
Ven 21 Avr - 23:31











Magouille Nocturne
Noah ne répondit que d’un sourire enjôleur.

L'atmosphère était teintée des fragrances ferreuses. La pression s’était éprise de la situation, le sang quant à lui avait enveloppé l'air respirable et s’évertuait à déverser ce métal enivrant les sens de ces deux corps sans vie. Une odeur habituelle pour des gens qui avaient déjà eut l’occasion de côtoyer la mort de près de ou de loin; ces gens dont les routes souvent pourfendues étaient jonchées de corps et de cibles abattues.Noah nimba son odorat d'une main pour obstruer ses senteurs de la douce chevelure blonde de sa partenaire tandis que derrière chacune de ses actions se dissimulaient un profond malice ; s'ancrant lui même au sein des dalles marbrées. Ses prunelles nitescences étaient éclairées par les luminescences aléatoires qui réchauffaient les parois obscures. Les instants, ainsi, coupaient les deux entités distinctes de leur monotonie, scindant leur passé, leur avenir. Le concept de bien et de mal restait très abstrait dans ses pensées incertaines. Son regard perçant n'avait de cesse d’observer avec insistance Jessie de ses prunelles d'or et d'encre, comme cherchant à s'ancrer dans les profondeurs de son âme afin de la sonder de fond en comble. L’apparition soudaine de celle-ci en ces lieux laissait le patriarche des Leoxses plutôt sceptique. Il était vrai n'avait de cesse de s'interroger sur la véracité potentielle des paroles de son interlocutrice. Surtout depuis que celle-ci gisait sur son lit prête à passer à l’acte. Cette constatation ne pouvait qu'amener encore plus de doutes dans l'esprit du général des forces armées de la révolution, qui restait extrêmement vigilant, fixant son vis-à-vis en chien de faïence. Il ne pouvait que se laisser aller à moult réflexions qui le tiraillaient, le laissant dans une position mitigée malgré le fait que ses paumes voguaient par-delà la peau glaciale de la donzelle. Il était bien trop tard pour faire volte-face et laisser derrière lui cette jeune femme.

Au travers de son œillade, l’errance des ombres. L'apothéose obscure avait assouvi sa soif de conquête, qui bientôt étendrait un règne sans partage sur les domaines aussi bien terrestres que marins ou célestes en leur imposant des nuances obscures. Leurs deux formes noires dansaient dans la pénombre, silencieux fantômes dansant dans le calme poignant qui régnait, faisant circuler respectueusement des brises tant glaciales que chaleureuse dans l'atmosphère. Seul le souffle inaudible des deux êtres qui se confondaient dans cet océan de ténèbres troublait la sérénité imposée par la régence de l'orbe argenté. Noah sentait l'adrénaline monter en lui en l'image de vagues croissantes, bien que totalement contrôlé par le sang-froid absolu qui le caractérisait. Ses muscles étaient tendus, son corps était plus réactif que jamais. Il ne pouvait pas renier ses gênes ; les hommes étaient façonné pour ce genre de chose dans sa lignée (si vous voyez ce que je veux dire). Cette vie avait fait de lui une chimère avide de toute chose. Dans son sillage existentiel, se tapissait un sentier sanglant qui résonnait encore en écho dans son esprit. Le trouble de ces souvenirs de jais avait fait de lui ce qu'il était aujourd'hui. Un paladin sombre inébranlable. Mais pourtant, depuis quelque heures Noah n'avait de cesse de remarquer à quel point il se sentait incomplet face à cette guerrière qui lui ressemblait tant de par son existence austère et de par les émotions que son visage témoignait. Comme si elle n'était plus que l'ombre d'elle-même ou qu'elle vivait à travers cette dernière.

Elle aussi, elle était fissurée. De l'intérieur. A cet instant même, où cette aventure d’un soir était contée, au moment même ou leurs lèvres s’étaient entrecroisées, Noah avait pris conscience de cette troublante réalité. Il ne savait comment l’expliquer mais le regard vide de cette dernière le troublait. Ce dernier n'arrivait même plus qu’à éprouver cette rage viscérale à l'égard de celle qui lui avait offert une telle nuit. Peut-être était-ce dû à ce qu’elle lui rappelait … Pourtant, Dieu seul savait à point sa rage avait la faculté de torturé son esprit ; comment elle seule pouvait déchiqueter son corps pendant des jours et des jours durant, afin de le libérer de cet enfer que lui était la vie. Dans le regard de cette femme, Noah se retrouvait — Suspendu à ce plafond, disséqué, étripé, balafré. Évoquer ces souvenirs n'eut pour effet que d'attiser le sourire amer, acide, du jeune général, toujours muet, le regard voilé par la fainéantise.

On y peut rien, de toute façon.
On n'a aucun pouvoir sur eux.
On n'est jamais que les victimes, dans ces histoires.

A l’inverse de Vivi, Jessie et Noah partageaient la caractéristique d'être acerbe, à ceci près que Noah conservait ce genre de remarque pour lui, préférant de loin intérioriser, puisqu'exprimer ses ressentis reviendraient à ouvrir grande ouverte la porte de l’amour et autre relation du type. Irradiant de mépris, de condescendance, il ne parvenait malgré tout pas à exploiter la rage sanguinaire qui l'animait usuellement. Était-ce là aussi un sentiment préfabriqué, résultat de son enfance malheureuse ? Une émotion factice pour justifier ses élans nihilistes et annihilateur ? Possible.

Il ne savait même pas qui il était, au final.
Il ne savait même pas ce qu'il était supposé ressentir.
Auréole du temps, berceau nocturne et sûr,
Et si je ne sais plus tout ce que j'ai vécu
C'est que tes yeux ne m'ont pas toujours vu.

Les répliques venimeuses et cinglantes de son interlocutrice mêlés à ses courbes auraient dû le pousser à sourire, du moins le forcer à réagir. Mais n'était-il pas trop distant pour ça ? Habitué à se laisser porter par le destin, agissant en spectateur complet de sa propre existence ? Une faiblesse interne qu'il ne parvenait pas à faire se résorber, se contentant de coexister avec. Le parasite, c'était bien lui, au final, dans cette histoire. Accentuation de son rictus dégoûté.

Feuilles de jour et mousse de rosée,
Roseaux du vent, sourires parfumés,
Ailes couvrant le monde de lumière,
Bateaux chargés du ciel et de la mer,
Chasseurs des bruits et sources des couleurs

La pièce fut promptement bercée par des bras algides et des frissons naquirent sur sa peau laiteuse. Encore une fois, l'ébullition de son esprit provoquée par son instinct primaire avait totalement scellé ses pensées. Le général ne parvenait plus à penser à rien ; du moins rien d'extérieur à l'affrontement qui s’était joué dans ces draps, et était totalement focalisé sur ce dernier. Ce n'était pas une forme de démence destructrice, non; il avait été maître de son âme et de ses mouvements. Simplement, l’aristocrate faisait abstraction de tout le reste. Sans doute les deux amants d’un soir avaient été totalement transcendés par la confrontation qui se fut offert à eux. Dans cet état d'éveil, même les cauchemars engendrés par ses obscurs souvenirs se trouvaient enfouis dans les tréfonds de son être. Plus aucune traces de ces ombres intérieures ne subsistait lorsque l'animosité de l’acte s’emparait de son enveloppe charnelle et le portait à l'incandescence dans sa cage de glace indestructible. Et malgré sa concentration inégalable, l’aristocrate de Goa parvenait tout de même à analyser le moindre frémissement de la femme qui lui faisait face et à constater sa réaction téméraire. Taciturne, la Flèche restait placide à l'image d'une princesse de givre. Ses yeux rubis ourlés par des cils aussi noirs que l'onyx auréolèrent ce cadre, déposant son attention sur tous les détails.

Ses oreilles furent alors happées par un écho lointain et dans un mouvement souple, Noah se fit violence avant ondoyer son bras, se saisissant de sa partenaire à la gorge. Soulevant son enveloppe charnelle à l’image d’une feuille qui s’envole. Comme dit plutôt, elle aurait du méfier de cet homme se distinguant du lot de par l'obscurité de l'aura qu'il dégageait. L'atmosphère autour de lui était toujours radicalement différente de celle alentours, comme si un halo spirituel enveloppait perpétuellement son être dans un périmètre défini, imposant une sensation oppressante à quiconque venait à y pénétrer. Il était loin d'être sociable et pas vraiment des plus engageant ; il le savait et se confortait dans cette situation, préférant le calme et le silence de la solitude à l'agitation et au bruit de la compagnie. Nonobstant, en cet instant, un rictus se dessina sur ses lippes lorsque leurs iris se croisèrent à nouveaux et que les teintes hétéroclites se heurtèrent à celles d'un océan glacé.

ㅡ «Tu sembles constamment désireuse d'empiéter là où les autres dominent. Te serrais-tu égaré ? »


D'un mouvement vif, il repositionna son visage en face de cette cible. La général comptait bien remplir ses fonctions de mâle dominant. Ses pupilles ambrés éclataient d'une nitescence immaculée, après que ses paupières se soient fermées un instant pour laisser découvrir un regard exprimant à souhait toute la volonté de son propriétaire. La lueur incandescente de sa détermination donnait un éclat coruscant à ses pupilles d'or. Un panache blanc se formait à son souffle échappé, s'envolant dans les airs avant de s'évanouir en l'espace d'un instant. Chacun de ses muscles était tendu, optimisant sa capacité et sa vitesse de réaction face à cet opposant. Cette discussion s'annonçait on ne peut plus âpre ; il devait être sur ses gardes et ne pas offrir la moindre faille à son vis-à-vis. Figé dans la position de garde qui lui avait été inculquée par celui qui lui avait enseigné jadis les arcanes d'une défense parfaite, il serait prêt à réagir au quart de tour lorsque la flèche Noire tenterait de répliquer, offrant ainsi le signal de départ de cette lutte dantesque. Ils demeuraient là, tous les deux, à se regarder comme de grands fauves, chacun attendant patiemment que l'autre ouvre le bal le premier, et commette le premier pas.

ㅡ «Après avoir passé cette douce nuit avec toi, Flèche Noire… J'ai le sentiment que je peux parler de ce genre de choses avec toi. Je suppose que tu as raison quand tu me pris de faire garde à ne pas devenir comme toi. C’est admirable voire même louable pour une personne telle que toi de faire attention à quelqu’un d’autre. C’est sans doute ce qui me plait chez toi, ce fait que tu me ressembles. Toutefois tu as quand même tenter de me séduire pour avoir ton lot d'informations à mon sujet. Alors laisse-moi donc éclairer ta lanterne » Il marqua une brève pause avant de reprendre.


ㅡ «Tu te méprends quelques peu à mon sujet, My lady. Le fait de tout vouloir posséder en ce bas monde, ne fait pas de moi celui qui voulait devenir l'être le plus important de ce monde » Noah reprit de plus après lui avoir caressé la joue. «Même s'il y'a des personnes plus qualifiées que moi pour diriger ce monde, ca ne change rien. Peut-être ai-je... Non. J'ai un jour, espéré qu'il ait quelqu'un de meilleur et c'est d'ailleurs pour cette raison que je t'ai reçu en cette soirée mais... Vous autres, êtes encore loin de me faire céder mon pouvoir. Je vais t'expliquer pourquoi. Dans un monde irrationnel tel que le nôtre, les Hommes devraient-ils vivre en suivant leur propre volonté ou devraient-ils être guidés par d'autres ? »


Resserrant son emprise sur la jugulaire de Jessie, le général de la révolution ajouta

ㅡ «De par votre comportement libertin vous autres "Pirates", pensez de manière simple. Nous vivons dans un monde irrationnel... Nous devrions aller de l'avant petit à petit tandis que nous nous affrontons les uns les autres en suivant nos propres volontés, nos propres idéaux. » Noah soupira de plus belle reprenant. «Si tu savais comme je vous comprends, Flèche Noire... Même si l'apparition de conflits dans ce monde ne finira jamais, nous devons continuer à vivre. Je l'ai compris également dès l'instant où j'ai été en âge de comprendre. Mais alors pourquoi vouloir diriger le monde et le changer penses-tu ?»

Il sourit simplement avant de répondre avec innocence.

ㅡ « Parce que c'est ce que j'ai toujours voulu. C'est exactement comme tu le penses. Peu importe où tu te rends, où tu te rendras. Il n'y a rien de si difficile qui ne puisse être changé d'une façon ou d'une autre. Cependant j'en suis également venu à penser que ce n'était pas comme si personne ne voulait vraiment changer ce monde. Même ceux qui sont mes camarades me trouvent trop innovateur. » Resserrant encore plus son emprise. «Par le passé lui et moi étions en colère vis à vis de ce monde irrationnel et nous voulions le changer. Par le biais de ce qui nous a été offert, nous avons bâti une idéologie, forgé des alliances et juré que nous stopperions les conflits... Nous étions de vrais innovateurs. Et ainsi nous avions commencé à repeindre ce monde en accord avec nos idéaux. Mais dès que avons accompli tout cela, quelque chose d'inattendu s'est produit. Tous mes camarades ont cessé d'être innovateurs et il a disparu. » L'observant dans le blanc des yeux. « Tu dois certainement te demander ce que je veux dire par là n'est-ce pas ? Et bien c'est simple... Cette force qui nous poussait vers l'avant, nous autres membres du Nouvel Ordre a cessé d'exister en notre leader. Il arbore trop de fierté depuis que nous nous sommes emparés d'Alabasta. Il a développé un amour beaucoup trop important pour les choses qu'il a accompli jusque-là. Il est si désespéré de protéger le nouvel ordre qu'il en oublie notre féroce bataille face au GM. Pour d'autre, c'est l'ancienne révolution de feu Monkey D.Dragon qui leur manque. En même temps j'aurai du m'y attendre. Les concepts tels que la nostalgie et tout laisser inchangé sont très difficiles à comprendre pour moi.»


Le visage plus sérieux que jamais, il annonça

ㅡ «Je veux continuer à avancer vers de meilleures choses. Je veux continuer à avancer et c'est exactement ce que vous autres appelez la destinée. Quand bien même vous autres pensez qu'il n'est pas mal de vouloir protéger ce que vous avez créé, ou bien même de vouloir protéger sa famille... Je le conçois mais malgré tout ces sentiments qui te disent de protéger ta famille ou ton pays ne sont pas mauvais, ils sont normaux. Ce sont même des sentiments naturels que tout humains se doit de posséder. Et l'ironie dans tout ça c'est que lorsque ces sentiments se confrontent la guerre éclate. On ne peut l'arrêter. C'est d'ailleurs ce qui a donné naissance à la guerre de Marineford : L'un des parties désireux de protéger ce qu'il pensait être la paix et l'autre désirant sauver leur frère, leur fils. »


Commençant à se saisir de l'âme de Jessie, Noah poursuivit

ㅡ «N'es-tu pas d'accord Flèche Noire ? Nous autres, les humains sommes construits de cette manière. D'un père qui brandirait une épée pour protéger un seul membre de sa famille à une mère qui bâtirait une armée pour protéger son empire et les siens. Je pense qu'il en va de même pour tous. Ils ont un rêve, le réalise, et lorsque le temps de protéger ce qu'ils ont bâti est venu, ils brandissent leur épées avant de faire tout ce qu'il faut pour atteindre leur objectif... Voilà maintenant tu sais. C'est trivial n'est-ce pas ? Cette guerre que je déteste tant, a pour rouages la nature même du genre Humain. Tant protecteur que destructeur. Ce n'est pas le monde qui crée les guerres, mais les humains. Voilà pourquoi je dois diriger, parce qu'aussi longtemps que nous serons dirigés par des incapables, la guerre et toutes ces choses irrationnelles ne disparaîtront pas, peu importe combien de fois nous changerons le système qui dirige ce monde. Maintenant au final toi qui désire te débarrasser de Barbe Noire que penses-tu que tu déclancherais si ce n'est une guerre ? »


Parfums éclos d'une couvée d'aurores
Qui gît toujours sur la paille des astres,
Comme le jour dépend de l'innocence
Le monde entier dépend de tes yeux purs
Et tout mon sang coule dans leurs regards.  




— JESSIE —
— TURN VI —
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 197
Date d'inscription : 24/01/2017

Feuille de personnage
Unité de Puissance (UP): 5651
Points de Technique (PT): 784
Équipage:
Voir le profil de l'utilisateur




Jessie Mary
Dit "La Flèche Noire" | 240,000,000 Berrys
Dim 30 Avr - 18:22

Magouille Nocturne

feat Noah Gregorio

Je n'avais pas vaincu ça depuis... Bien trop longtemps... La scène a duré longtemps quand j'y pense... Très longtemps, je pouvais le sentir, me dominer et me donner cette sensation de bien-être dans mon bas-ventre. Nos deux corps ne faisaient qu'un pendant des secondes... Des minutes, que dire, des heures même. Nos deux regards ne se séparaient seulement lorsque l'ont changé de position, j'étais entièrement à sa merci pendant tout ce temps, nu comme un ver. Une aventure d'un soir ? Peut-être bien, mais cet homme m'a réellement marqué au fer rouge... Il était comme moi, glacial... Indomptable, et désireux de pouvoir...

Notre relation est très dangereuse quand j'y repense, nous sommes ennemis, et pourtant, si semblable, je pourrais tomber amoureux de Noah, mais mon cœur de glace et de pierre n'était pas apte à recevoir la chaleur douce et agréable de l'amour. Après cette partie de jambes en l'air, nous sommes là, sur ce lit, à se caresser l'un l'autre de nos corps nu... Je peux le sentir m'examiner de part en part, comme s'il essayait de retenir chaque trait de mon corps et de mon visage glacial. Soudain, une emprise se fait ressentir sur ma gorge, et l'homme qui m'avait servi d'amant ce position au-dessus de moi en califourchon. Qu'est-ce qui lui prenait...

Sur la force brute, je ne pouvais pas rivaliser avec un homme, je le laisse donc martyriser mon corps en faisant semblant de manquer d'air, cependant, j'étais déjà morte, respiré n'était pas indispensable pour moi. En tout cas, il est clair que je ne l'avais pas totalement séduit avec cette romance d'une nuit, et c'est ce qu'il semble l'agacer... Que je tente d'obtenir son cœur... Il commence donc à faire tout un monologue sur sa vie et sur un débat philosophique bien stérile et inintéressant.

Ce type est un général du Nouvel Ordre et pourtant... Il résonne tellement comme un pirate, Barbe Noire serait tellement heureux de l'avoir dans ses rangs selon moi... Noah semblait tellement confiant et heureux, comme s'il cherche à me briser psychologiquement ou je ne sais quoi. Le regardant dans les yeux, je ne peux m'empêcher de rire peu à peu :



- Très beau monologue Noah... Cependant...


Je me redresse sur mes coudes malgré cet affaiblissement que je peux ressentir avant de soulever mes hanches et le faire basculer pour inverse les positions, cependant, il avait toujours ses mains sur ma gorge :

- Je suis morte, inutile de m'étrangler et.... *dépose ses lèvres sur les siennes quelques secondes avant de les retirer * Je ne suis pas « humaine »... Beaucoup de tes dires, je m'en moque royalement... Quant à Barbe Noire... J'en ai que faire de la guerre, j'en ai que faire de mes problèmes, à cause de l'incompétence de certains et du « destin » je suis ici, aujourd'hui, à s'échanger des paroles futiles et à s'envoyer en l'air... Tu as bien failli raviver la flamme ou l'étincelle au fond de moi, cependant... Tu es trop... Comme moi pour y arriver justement...

Caressant doucement son corps, je viens doucement lui prendre les mains et les retirer de ma gorge, venant de nouveau lui embrasser le cou, ma poitrine collée à la sienne avant de me décoller une nouvelle fois pour me retirer du lit et m'habiller. Dos à lui, je ne voulais pas le voir, de peur que l'envie de rester ici encore quelques heures me prenne subitement. Rangeant mon arc et mon carquois, je sors un escarphone un peu à mon image et le pose prêt de lui sans le regarder :

- Pour me contacter si besoin... À une prochaine fois, beau gosse...


Elle va donc vers la fenêtre et partir comme elle est venu, alors que le soleil commence doucement à montrer ses premiers rayons de soleil et que l'île de Water 7 s'anime de plus belle pour une nouvelle journée de travail et de routine.
Fiche de RP (c) Miss Yellow
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Magouille Nocturne [PV Noah Gregorio]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Quand la virée nocturne se transforme en cauchemar | Nicolas de Ruzé |
» Magouille électorale
» Escapade nocturne [Galyana]
» Yannick Noah
» Entretien nocturne [Ashenie de Sephren]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: The Story :: Grandline - Paradise :: Water Seven :: Q.G. du Nouvel Ordre-
Sauter vers: