AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

 :: The Story :: Grandline - Paradise :: Sabaody Archipelago Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Révolte sur Sabaody (Pv : Tokui/Noah/Jessie/Rakuraï)






Invité
Invité
Jeu 2 Fév - 10:54




Révolte à Sabaody
Stop à l'esclavagisme !!







Les évènements défilaient à grandes enjambées à travers le globe. Alexander venait d’ouvrir une nouvelle page de sa vie. Il avait réussi à survire aux représailles de Barbe Noire et jouissait d’une nouvelle alliance, solide, auprès de l’Empereur Kaido. Le titan lui avait donné son véto et lui faisait l’honneur de sa confiance. Dans cette nouvelle faction, notre homme se sentait respirer et surtout libre. Il n’avait jamais eu autant de liberté que jusqu’à présent. Il n’était pas encore sur les hautes marches de l’échelle sociale du pirate, mais commençait tout doucement à s’en approcher. Il n’était pas le plus fort combattant sur terre, mais pouvait tout même dire qu’il savait se défendre. Depuis sa renaissance, ou sa longue absence chez les Germa 66, notre homme était revenu de cette étape encore plus puissant qu’auparavant. Il arrivait mieux à maitriser son pouvoir et pourrait bientôt apprendre de nouvelles techniques, voir de créer de nouvelles capacités. Son corps irradiait de puissance et n’était que composé de muscles. Son corps était l’œuvre d’une vie. Une vie passée à s’entraîner pour endurcir son organisme, mais également sa force psychique. Comme sculpté dans un bloc de granite, notre héros était un puissant combattant à l’imposante musculature. C’était un peu prêt la norme chez les pirates de Kaido. Bien-sûr, à côté de ce géant, il faisait vraiment tâche. L’Empereur était d’un autre monde, d’un autre univers. Personne sur cette terre sera en mesure de l’arrêter, pas même Barbe Noire. Kaido était un géant immortel et il gouvernerait bientôt tout le Nouveau Monde. Pour le moment, le titan n’avait pas donné d’ordres très précis à notre prince. Hansel se contentait d’espionner d’autres factions, de glaner des informations sur des potentiels territoires à conquérir et surtout, à mettre des bâtons dans les roues à tout ce qui faisait référence à Kurohige.


L’Empereur Kaido avait fournis un navire à notre guerrier. Il était donc le capitaine d’une embarcation. Il pouvait, de ce fait, naviguer où bon lui semble. Cependant, pour pouvoir rejoindre Grande Line, ou le Nouveau Monde, tous les navires devaient passer par un seul et même chemin. Pour rejoindre le Nouveau Monde, Wolfmann devait se rendre, avec son équipage, sur l’île des hommes poissons. Pour ce faire, il fallait recouvrir le navire d’une bulle très résistante. On ne pouvait effectuer cela que sur un seul archipel au monde, il s’agissait de l’archipel de Sabaody. Cette région était souvent vue comme un énorme parc d’attraction, mais on était loin de la vérité. L’attraction principale de l’île, c’était le commerce d’esclaves. Ici, on vendait des humains, des nains, des géants, n’importe quelle race était bonne à vendre dans le coin. Néanmoins, celle qui rapportait le plus, c’était celle des hommes-poissons. En apparence, l’archipel était un coin luxueux où il faisait bon vivre, du moins, si vous aviez un bon porte monnaie. Des beaux bâtiments, des beaux quartiers, des belles femmes, de l’alcool à chaque coin de rue, mais il y avait toujours cette bête noire. Notre prince déchu détestait l’esclavagisme. Il répugnait cette pratique au plus haut point. S’il pouvait éradiquer cette coutume de la surface de la terre, il le ferait avec grand plaisir. Les mains en poche, le regard vers le sol, Hansel marchait en essayant de ne pas faire attention aux esclaves. Il avait laissé son navire mouillé dans un groove pas trop loin de sa position. Il était seul sur ce coup. L’équipage s’occupait du recouvrement et l’infirmière devait faire face à une épidémie de grippe sur le navire. On avait retrouvé un rat mort dans la soute ouest du bateau. Alex avait été le premier à recevoir le traitement, du coup, il avait pu fuir le navire et gambader tranquillement dans la ville.


Ici, on pouvait croiser de tout, mais on trouvait souvent d’autres pirates. C’était un point de passage obligatoire pour se rendre dans le Nouveau Monde. On pouvait donc aisément tombé sur des grosses pointures, comme sur des novices. Certains pirates essayaient de recruter pour leur compte ou pour certains Empereurs. Il fallait être prudent, Barbe Noire avait des yeux partout. Alexander n’avait guère envie de commettre des méfaits dans cette zone. La Marine et le Gouvernement y était fortement présente. Les pirates avaient pour tendance à faire profil bas dans le secteur. De plus, des nobles mondiaux étaient souvent présents dans l’archipel. Offensé un noble était punis de la peine de mort. Si vous aviez le malheur de toucher à un noble, la Marine envoyait un Amiral pour vous exécuter. Tsch … Notre homme détestait vraiment ces bouffons. Ils se croyaient au-dessus de tout, mais ils tomberont bientôt de leur piédestal. Soudainement, Hansel s’arrêta devant une vision d’horreur. Il y avait un homme en costume de cosmonaute, sûrement un noble, qui s’amusait à fouetter des personnes. Ils étaient au nombre de quatre. Il y en avait trois accrocher à une croix. Ils avaient une apparence cadavérique, ils n’avaient plus que la peau sur les os. Seul celui du milieu était encore en vie. Une femme suppliait pour la clémence de son maître. Elle suppliait pour la vie de son mari. L’homme en blanc dégaina un révolver et tira à plusieurs reprises dans l’homme du milieu. Alex était éloigné de la scène et masquait sa présence. Il ne voulait pas avoir d’ennuis.


Si sa dulcinée aurait été à ses côtés, elle aurait déjà bondit sur le tyran et lui aurait refait le portrait. Wolfmann se mordit la joue jusqu’au sang. Il devait contenir sa rage et sa colère. Il devait rester calme et détourner le regard. Le cri perçant de la femme le fit revenir sur ses pas. Le noble était entouré de quatre gardes du corps. Les hommes tenaient la femme, à moitié dénudée, afin que son maître puisse apposer sa marque au fer rouge. La femme hurla d’avantage quand sa chaire entra en contacte avec le fer. Même de cette distance, notre homme pouvait sentir l’odeur de la chaire humaine brûlée. Cette vision était insoutenable, son ventre le faisait souffrir, il avait presque envie de vomir devant sa propre lâcheté. Mais le noble ne s’arrêta pas en si bon chemin. Après avoir marqué son esclave à plusieurs reprises, il prit l’initiative de lui sectionner la langue, ainsi elle ne serait plus jamais en mesure de faire la moindre doléance. Ce fut certainement la goutte qui fit déborder le vase. Alexander avait été tellement focaliser par la scène, qu’il n’avait pas remarqué qu’une petite troupe s’était formée à bonne distance du tortionnaire. Hansel comprimait encore sa rage, il voulait tout d’abords la jouer diplomate. Il proposa une somme d’argent au bourreau, mais l’homme ne prêta même pas attention à notre forban. Au contraire, deux gardes vinrent à sa hauteur dans le but de le faire s’agenouiller devant sa sainteté. D’un mouvement sec du poignée, leurs têtes volèrent et retombèrent à quelques centimètres de leurs corps inertes.


Le regard remplit de haine, Alexander allait commettre l’irréparable, mais il n’en avait rien à foutre !!! Il envoya ses fils vers les deux autres gardes, qu’il trancha aisément au niveau de l’abdomen. Ils n’étaient pas coupés en deux, mais leurs entrailles pendaient sur le sol et ils n’avaient plus que quelques minutes à vivre. Hansel s’approcha du noble qui tira plusieurs salves dans sa direction. L’homme était stressé et éprouvait de la peur. Alex continua de marcher tout droit sans prendre la peine d’esquiver les projectiles. Une balle frôla son épaule gauche et lui entailla légèrement la peau. Un peu de sang se répandait sur son épiderme à l’endroit de la blessure, mais c’était du stade du superficiel. Il arracha le revolver des mains de sa cible et lui cogna le manche sur le haut du nez. La bulle d’air du noble explosa et son nez se transforma en un geyser d’hémoglobine. Retenant son coup au dernier moment, Wolfmann ne pouvait pas achever cet idiot. Il le méritait grandement, mais Haylen serait contre cet acte. Il se contenta de lui envoyer un puissant chassé dans l’estomac et de le balancer quelques mètres en arrière. Une alarme résonna au loin. Les ennuis étaient en approche. Alexander savait à quoi s’attendre …




------------------------------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 284
Date d'inscription : 09/01/2017
Age : 22

Feuille de personnage
Unité de Puissance (UP): 5097
Points de Technique (PT): 14
Équipage: Hyakujû
Voir le profil de l'utilisateur




Rakuraï
"Atlas" | 244,000,000 Berrys
Sam 4 Fév - 19:29

Les événements récents dans lesquels Rakuraï avait été impliqué l'avaient notamment mené à la célèbre prison la plus sécurisée du monde, Impel Down. L’énorme bâtisse abritant les criminels les plus dangereux avait été l'hôte d'un spectacle des plus divertissants ou des plus catastrophiques en fonction du point de vue que l'on adoptait. Concernant le Vice-Amiral et bien... évidemment, cela avait été très amusant selon lui. En même temps, il était l'investisseur de cette histoire qui avait tant fait jaser les hauts placés de la Marine. Quelques jours auparavant, le faucon d'or avait été embarqué dans un interrogatoire en compagnie d'un autre soldat de l'organisation qui s'était avéré être assez intéressant, un certain Kyû. La séance de questions-réponses impliquait également un révolutionnaire et les choses ne s'étaient pas passées exactement comme l'avaient prévu les dirigeants de la faction œuvrant à faire régner la Justice sur le monde. Enfin, ce n'était rien de très très grave pour autant, juste une énième frasque de notre blondinet préféré qui, comme d'habitude n'en avait fait qu'à sa tête et s'était laissé aller de manière un peu trop excessive...

Tout cela avait donc engendré la présence de notre grand idiot, une nouvelle fois, près d'Impel Down. Pour tout vous avouer, il avait été réquisitionné voire même puni, plutôt oui. Ainsi, il devait durant quelques jours assister le directeur de la prison pour diverses tâches. Ô, grand fou qui avait osé croire que le Kazoku allait se plier à cette demande... Le fait qu'il s'en soit allé sur l'île où il était congédié était déjà un miracle en soi, mais attendre en plus de cela qu'il s’attelle à des tâches qu'il méprisait ? C'était bien mal connaître le Doré. Le Kintaka s'était réfugié sur les immenses murailles qui protégeaient la geôle des attaques ennemies, perché au plus haut, il admirait l'horizon tel un poète ou un peintre cherchant à faire de Mère Nature sa muse.

Comme d'habitude, le temps paraissait bouder l'île ou siégeait la prison la plus réputée des mers, la brise se faisait légère mais particulièrement désagréable, soulevant allégrement l'odeur nauséabonde des eaux environnantes dans lesquelles se mêlaient excréments, carcasses et sang des détenus. Les cieux étaient recouverts par un épais manteau nuageux, d'un gris sombre et tristounet, comme si une divinité, plus haut, souhaitait faire comprendre à tous ces criminels que leur avenir ne serait jonché que de malheurs et de chagrin. Autant vous dire qu'il n'y avait rien d'agréable à se retrouver piégé ici et le justicier gradé de la Marine commençait à dangereusement atteindre ses limites de tolérance. Il lui fallait immédiatement un prétexte pour quitter cet endroit et au plus vite.

Comme une bénédiction tombée du ciel, un cadeau divin, une grâce le remerciant de toutes les belles choses qu'il avait accompli et oubliant par la même occasion les mauvaises... Le petit objet accroché au poignet droit du doré se mit à sonner. Durant la période de purge de sa punition, Rakuraï avait été doté d'un petit Escargophone-montre qui lui permettait d'être joint en cas d'urgence ultra méga importante. Et aussi difficile que ça lui semblait à croire, son excuse pour décamper d'Impel Down allait bien provenir de ce petit gadget rédempteur. Décrochant tout en étant assez surpris et quelque peu curieux, le Faucon d'or se vit offrir une porte de sortie comme il n'aurait jamais pu en espérer. Non seulement, s'en était fini de cet endroit tout pourri MAIS EN PLUS, on lui confiait une mission de haute classe, une mission périlleuse, une mission captivante et excitante, HALLELUJAH.

Apparemment, une pagaille sans nom se rependait sur l'Archipel Sabaody, les premières informations qui étaient tombées faisaient part de l'agression d'un dragon céleste et des meurtres de sa garde rapprochée. Ça pour être cool... c'était sacrément cool. Niveau divertissement, bien sûr. L'énergumène qu'était ce cher Rakuraï se redressa, pour une fois, il arborait une tenue digne de son rang, de son statut. Il s'était recouvert d'un costume assez soigné, un beau pantalon de tissu sombre décoré par une paire de chaussures de ville qui lui avait coûté la peau du cul. En haut, une simple chemise blanche parfaitement ajustée à sa morphologie était accompagnée d'un gilet sombre assorti à son bas. Enfin, par dessus tout cela, l'élégant, si l'on pouvait le définir comme tel, manteau blanc de la marine orné d'épaulettes et de manches dorées, couleur fétiche du Vice-Amiral. Le héros épousseta brièvement la pièce de son uniforme avant de déferler à travers le ciel, telle une fusée propulsée à pleine vitesse, direction Sabaody.

Urgh, l'archipel n'était désormais plus très loin et cette sirène éclatait davantage les tympans du justicier au fur et à mesure de son avancée vers sa destination. Plus bas, la Marine commençait déjà à se répandre tel un essaim tentant de capturer un maximum de pirates aux primes élevées. C'était d'ailleurs une chose que n'avait jamais réellement compris le Kintaka. Il était évidement que les pirates aux primes supérieures à cent millions de berrys étaient suffisamment forts pour se défaire des escouades classiques de la Marine, alors pourquoi gaspiller autant d'énergie à leur courir après ? Seul les gradés pouvaient rivaliser dans des situations comme celle là. Des gradés ou bien précisément les deux choses qui se trouvaient près de la côte, attendant patiemment l’atterrissage du Vice-Amiral. Elles, elles le pouvaient également.  

Ces deux immenses silhouettes restèrent totalement immobiles jusqu'à ce que le blondinet pose enfin le pied à terre. Nul doute, une carrure aussi imposante, un air aussi singulier et surtout une ressemblance aussi frappante avec Kuma, il s'agissait de Pacifistas. Quelques soldats de bas rangs accueillirent également l'officier, lui expliquant plus en détail la situation et surtout, lui indiquant la position du Tenryubito attaqué. D'un geste de la main, le faucon d'or mena la contre-attaque de l'organisation de la Justice, en prenant la route vers la scène du crime.

« Yô, PX-machin et PX-truc, on y va. »

C'était un Rakuraï particulièrement sérieux qui s'apprêtait à traverser l'île, en même temps, son caractère changeant n'était un secret pour personne ou presque et il savait, dans certaines situations, agir comme ce qu'on attendait précisément de lui. Réagir exactement comme le ferait le plus parfait des officiers. Dans le cas présent, un délit grave avait été commis et impliquait un membre d'un des groupes les plus influant du monde, il valait donc mieux ne pas faire n'importe quoi et exécuter ce que l'on attendait de lui, c'est à dire, arranger tout ça, peu importe comment.

La victime gisait là, au sol, inerte et le nez complètement ensanglanté, c'était un bien sale état. Il était peu courant de pouvoir admirer des Tenryubitos dans une telle position et celui qui semblait être à l'origine de tout cela paraissait absolument désintéressé des conséquences de son geste. Il était évident qu'après une telle agression et surtout sur ce genre de personne, la Marine rappliquerait immédiatement en envoyant des forces considérables, pourtant, ce type à la chevelure flamboyante était resté planté là calmement, se laissant porter par le destin jusqu'au dénouement final. Peut-être cherchait-il un affrontement direct avec la faction du blond, peut-être voulait-il se rendre, les questions étaient nombreuses mais seul le silence demeurait. Une petite foule s'était attroupée au loin, se délectant comme des voyeurs de ce tableau presque inédit. Qu'ils étaient répugnants... Ils faisaient preuve d'assez de curiosité ou de malice pour observer mais pas de suffisamment de bravoure ou de courage pour agir, que ce soit pour aller dans le sens de l'agresseur ou dans celui de la victime.

Les deux Pacifistas s'immobilisèrent au niveau du dragon céleste, le protégeant afin qu'il ne soit pas mis davantage à mal. Rakuraï lui, avait poursuivit son avancée en direction du rouquin aux pulsions meurtrières ou suicidaires, au choix. L'air sérieux du Vice-Amiral ne l'abandonna pas ne serait-ce qu'une seconde, son regard s'était fait perçant et accusateur tandis qu'il allumait la clope qu'il venait d'amener à ses lèvres. Dans un long soupire, il expira la fumée qui s'était accumulée dans sa gorge, posant ses yeux d'or sur la face du criminel qui s'opposait à lui.

« Oi, oi... » Se rappelant subitement de la capacité des robots qu'il avait amené avec lui - celle d'identifier les pirates recherchés - le Vice-Amiral pivota un court instant pour s'adresser à l'un des deux cyborgs. « Heeey ! PX-Quelque chose, il a une prime celui-là ? » À première vue, le Kintaka paraissait désormais être complètement dénué d'intérêt pour l'individu positionné quelques mètres plus loin. Pourtant, il n'en était rien. Il gardait du coin de l’œil, une attention particulière vis à vis des possibles futurs mouvements de ce dernier. Patientant calmement jusqu'à ce qu'il obtienne sa réponse, le Vice-Amiral n'en fit pas plus, le temps ne manquait pas et ce type bizarre n'avait pas fuis précédemment, il était donc peu probable qu'il tente de le faire maintenant. Le Kazoku demeurait prêt à s'adapter et à agir en fonction des informations qu'allait lui fournir le tas de ferraille. Si ce type s'avérait être une forte tête capable de le divertir un peu, alors cette mission allait vraiment devenir fantastique, pour sûr.

« Alexander H. Wolfman, 185 Millions de Berrys, recherché mort ou vif. » S'exclama d'une voix robotique l'un des deux PXs. Les lèvres du justicier s’étendirent jusqu'à former un sourire satisfait. Glissant une nouvelle fois pour cette fois ci refaire face au pirate à la chevelure de feu, le Kazoku laissa tomber sa cigarette au sol avant de l'écraser du bout du pied. Il s'agissait exactement des mots qu'il voulait entendre. Définitivement, cette mission était parfaite.

« Bingo. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 41
Date d'inscription : 29/01/2017
Age : 23

Feuille de personnage
Unité de Puissance (UP): 3673
Points de Technique (PT): 80
Équipage:
Voir le profil de l'utilisateur




Tokui
Lieutenant Général de la Révolution | 67,000,000 Berrys
Dim 5 Fév - 19:49
Les missions de Tokui ne cessaient de s’enchaîner depuis plusieurs mois. Bien qu'étant fatigué, il ne s'en plaignait pas. Après tout, si elles lui étaient confiées, cela signifiait qu'il était capable de les mener à bien. Aujourd'hui, le Lieutenant Général devait se rendre sur l'archipel de Sabaody. Non seulement c'était le lieu de transition vers Grand Line, mais c'était aussi un point de repère pour de nombreux pirates, novices ou expérimentés. Bien que cette grande île semblait festive, elle cachait en réalité un marché noir d'êtres humains, et même d'hommes-poissons. D'après les informations reçues, les hommes-poissons représentait la marchandise ayant le plus de valeur. Les responsables de tout cela n'était autre que ces foutus Tenryubitos, protégés en cas d'attaques par une flotte de Marines, accompagnée d'un haut gradé. Tokui poussa un léger soupir...Il allait être compliqué pour lui d'enquêter sur ce marché noir sans même éveillé des soupçons.

Alors qu'il venait de poser pied à terre et marchait depuis environ cinq minutes, il entendit un bruit qui ne lui était pas familier et il fut parcouru d'un frisson désagréable. Ce claquement...C'était le bruit d'un fouet ? Se dirigeant alors vers sa destination, il vit avec horreur qu'un homme portant un accoutrement proche de celui de cosmonautes, fouettait des individus sans aucune retenue. C'était donc ce à quoi ressemblait ces enfoirés de Tenryubitos, soi-disant nobles...Plusieurs personnes assistaient à la scène mais aucune n'osait bouger, sous peine d'alerter la flotte de la Marine. De plus, le Tenryubito était escorté par plusieurs gardes qui ne semblaient pas vraiment...sympathiques. C'est alors que le noble tira sur l'un des esclaves, le tuant, augmentant ainsi les cris de douleur et de peine de la femme (sans doute réduite en esclavage) à côté de lui...Quel spectacle horrible...Certes, Tokui avait déjà du tué, mais ce n'était pas pour les mêmes raisons. Alors que le faux cosmonaute marquait sa cible au fer rouge, il décida de lui sectionner la langue. Affreux ! La colère commençait à se faire sentir, mais le Révolutionnaire devait à tout prix garder son calme.

Un homme relativement grand s'avança alors vers le meurtrier. Il était plutôt imposant et ses cheveux rouges contrastaient avec les autres personnes. Mais qu'est ce que ce type espérait faire ? Après avoir parler au Tenryubito, deux des gardes tentèrent de le faire s'agenouiller. Hélas pour eux, un rapide mouvement de poignet de cet homme leur fit perdre la vie, leur tête roulant sur le sol. Décidément, on allait de surprise en surprise. La main droite de Tokui se posa doucement sur le manche de son Katana. Mieux valait être sur ses gardes à présent. Deux autres membres de la garde rapprochée du Tenryubito furent victimes de l'homme aux cheveux rouges. Le noble se mit alors à tirer sur son nouvel opposant, sans grande précision. Ce dernier lui arracha son arme des mains, et s'en servit pour briser son casque et le frappa d'un coup de pied puissant dans l'estomac. C'est alors qu'une alarme retentit. Bordel ! Le haut gradé de la Marine allait se pointer ! Ce type était certes courageux, mais un peu excessif peut être et complètement cinglé.

Quelques minutes plus tard, un vice-amiral débarqua...les ennuis allaient commencer...Il était accompagné de deux...machines à l'apparence humaine qui purent à première vue scanner l'homme à la chevelure flamboyante. Son nom était : Alexander H. Wolfmann. Il était recherché pour 185 Millions de Berrys, mort ou vif. Cet homme était donc un pirate...Tokui ne pouvait pas laisser la situation ainsi. Reculant légèrement, il s'éloigna de la scène mais garda un œil sur les deux combattants. Il se saisit alors de son Den Den Mûshi afin de contacter une personne particulière du Nouvel Ordre avec laquelle il n'avait jamais eu l'occasion de parler, mais que l'on appelait dans ce genre de situations.

"Ici le Lieutenant Général Tokui. Je suis à l'archipel Sabaody. Je demande l'intervention de toute urgence du Général Noah Gregorio. Les choses se gâtent ici, un vice-amiral ainsi que deux machines de guerre humanoïdes sont présentes. Un Tenryubito a été battu..."

Tokui rangea son Den Den Mûshi et se rapprocha de nouveau de la scène. Ce pirate avait été courageux. Le Révolutionnaire allait lui accorder son aide dans le combat à venir...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 115
Date d'inscription : 13/12/2016
Age : 21

Feuille de personnage
Unité de Puissance (UP): 6172
Points de Technique (PT): 265
Équipage:
Voir le profil de l'utilisateur




Noah Gregorio
Dit "L'Alchimiste" | Général de l'armée du Nouvel Ordre | 102.000.000
Mar 14 Fév - 7:12



— Alex —
— Raku —
— Tokui —
TURN I

REVOLTE SUR SABAONDY
PARTIE PREMIERE.


Des rires, puis des cris. L’euphorie puis la terreur. Toute ses choses hantaient l’esprit de Noah. Peut-être était-ce là le châtiment que lui réservait le tout-puissant : la folie ?

Enfin encore une fois, il y’a toujours des journées comme celle-ci où l’envie d’se foutre en l’air se fait de plus en plus présente, où elle est plus puissante que les fois précédentes ; se questionnant sur le comment on peut s'en sortir dans un monde aussi fou, s’interrogeant même sur nos agissements, sur ce qu’on a fait d’mal pour mériter un tel acharnement. Quoique, ça Noah le savait déjà. Bien trop de fois, certaines de ses proies lui avait rabattu les oreilles avec le karma. Pourtant à ses yeux, tout cela n’était qu’un ramassis conneries hypocrites déblatérées par des gens noyés dans la foi. Le Général aurait surement dû perdre gout à toute chose depuis belle lurette, mais un obstiné comme lui ne pouvait s'y résoudre. Même si la vie se devait être dure et qu’elle le rongeait à petit feu chaque jour un peu plus, il continuerait d’souffrir la tête baissée et le sourire en coin ; parce que c’était un homme trop borné pour oser abandonner aussi facilement ; mais voilà. C’était un de ces jours-là. Très certainement un jour comme les autres en apparence, avec son lot de monotonie morne et chiante, mais allons savoir pourquoi cela lui semblait différent ; le temps lui paraissait plus terne que d'habitude, plus sombre et c'est ce qui le fit ruminer. Se remémorant le temps pourri d'une Goa lointaine, de coups percutant avec ferveur son dos et c'est bien ça qui lui donne envie d'en finir ; la cruauté de souvenirs qui refaisant surface aussi vite qu'une putain d'balle en pleine poitrine. Noah souffrait en silence, condamné à pleurer intérieurement, à s'détruire le cerveau à coup d'alcool et de substances diverses et variés pour ne pas se sentir sombrer. Et oui, l'avenir avait généralement le don d'arriver sans prévenir.

Lui qui aspirait à une vie sans le moindre conflit, lui qui décida de devenir Révolutionnaire pour enfin revenir aux jours paisibles connus jadis lors de son enfance… Il se retrouvait désormais mêlé au sein même d’une lutte contre la justice. Son monde fut pillé, dévasté par la colère et l’avarice d’hommes.  Et malgré les efforts, la résistance pour revenir sur le droit chemin, malgré la hargne et la puissance au combat employé, le bonheur fut outrageusement dérobé à tous.

Lorsqu’il songe à présent à la criminalité, un goût amer lui traverse la gorge, les poings qui se serrent sous l’humiliation. « Le faible obéit, Le Puissant asservit… mais est-ce juste ? » – N’ayant de cesse de se répéter ses mots, encore et encore, tandis que son regard tourmenté guette l’horizon ocre. Enfin soit. La nuit régnait encore sur toute l’archipel Sabaondy. Après tout, l'obscurité était tout de même importante et le soleil, n'allait voir le jour que bien plus tard. Cela n'empêchait pas le jeune général de la Révolution, de s'entraîner, de si bon matin. Depuis quelques temps, et de nombreuses heures maintenant, il poursuivait avec intensité son entraînement matinal.

Comme le plus souvent, il ne dormait que très peu, c'était un bon moyen de s'améliorer encore et encore. Depuis une semaine, il avait trouvé une motivation autre que la vengeance : Celle de devenir le meilleur. Cela faisait pratiquement onze années entières qu'il avait pris connaissance de son véritable rôle en ce monde... Et pourtant, Noah refusait d’en parler comme pour éviter d’accepter une telle réalité. Sans vraiment le montrer plus que ça, sans même s’en rendre compte, il aurait été heureux de rencontré d’autres types aussi talentueux que lui si ce n’est plus, surtout comme son ami Makoto ou encore Rakurai. Malheureusement, il n'était pas le temps au remords, car il se devait de perfectionner son art et de toujours se hisser au top quoi qu’il advienne. C’était une des rares choses que notre jeune protagoniste eut appris de son paternel. « La vie n’offre pas de cadeau aux faibles et encore moins aux membres de la famille Leoxses. »

▲▼▲


Un léger sourire vint alors orner son visage, alors qu'il poursuivait l'entrainement plein de sueurs. Soudain, un homme surgit quelques mètres devant lui. Arrêtant donc ce qu'il était en train de faire, il se mit à fixer l'homme dans les yeux. Cet individu, il le connaissait, c'était une sorte de messager. Cela permettait au QG de la révolution, de pouvoir le contacter, aux quatre coins du globe. Sans rien dire, il posa un escargophone sur la table extérieure, avant de disparaître aussi vite qu'il était arrivé. Immédiatement, le regard du noble se dirigea vers cet escargophone, qui l'intriguait au plus haut point. Sans plus attendre, il prit possession de l’objet. Dans le silence le plus total, il écouta ce qu’on avait à lui dire.

ㅡ «Moshi Moshi ! » dit-il avec etonnement.
ㅡ «Ici le Lieutenant Général Tokui. Je suis à l'archipel Sabaody. Je demande l'intervention de toute urgence du Général Noah Gregorio. Les choses se gâtent ici, un vice-amiral ainsi que deux machines de guerre humanoïdes sont présentes. Un Tenryubito a été battu... » dit-il avec insistance

« Je suppose que je n'ai pas l'embarras du choix... » s'exclama Noah. Une phrase prompte, au ton inflexible, envisagée sans la moindre once de frivolité. Calant donc son visage contre le creux de ses mains, voilà que notre jeune protagoniste s’évertuait à trouver ne serait-ce que la force de reprendre le combat. Force qui était en ce jour, venu frapper à sa porte. Mais cela, il s’efforçait de le redouter car il avait peur, peur que ses spectres ne reviennent le hanter dès lors qu’il se laissera séduire par la douce étreinte de l’inconscience. Cette simple pensée de retrouver ses démons fut néanmoins frémissante d’effroi, lorsqu'enfin son idéologie vengeresse vint reprendre le dessus.  Cependant, au lieu de rester là se plaindre et d’écouler ses regrets pour rien, il préféra accepter. Chaque mission pour lui, était différent et cela pouvait lui apprendre différentes choses. Avec une maturité, qui lui faisait honneur, il s'éloigna peu à peu de son gîte.  

La brise matinale s’égarant dans ses cheveux aux nuances bistrés, ses pas foulaient l’asphalte stérile, une seconde fois esclave de remords inutiles. Lentement, ses iris mordorées se perdirent au creux des ténèbres gorgeant le ciel au-dessus de lui, comme s’il espérait y dénicher une consolation solide… Un signe comme certains diraient. Mais rien… rien hormis cette lumière scindant les cieux jusqu’à un point inconnu. Encore vous, et toujours vous... Quand t’est-ce qu'enfin disparaitrez-vous ? – Mais à qui parles-tu, Noah ? Le sais-tu seulement ?... Une lueur safran vint subitement l’extirper de ces réflexions lugubres, c’est en se plissant les yeux que notre apprenti se rendit compte que le temps pressait. Il s'éloigna donc petit à petit, sautant de toit en toit avec la ferme intention, de rejoindre la destination indiquée ?

Et en ce qui concernait la mission, il devait se rendre près de ?? Hein quoi comment ? Quel idiot. Ce lieutenant Général, pensait-il que l’archipel soit si petite ?

ㅡ «Je sens que cette mission risque d'être plus compliqué que prévu. » insista Noah avec un air pour une fois intelligent

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 197
Date d'inscription : 24/01/2017

Feuille de personnage
Unité de Puissance (UP): 5651
Points de Technique (PT): 784
Équipage:
Voir le profil de l'utilisateur




Jessie Mary
Dit "La Flèche Noire" | 240,000,000 Berrys
Mer 15 Fév - 19:26

Revolte sur Sabaody

feat Alex & Raku & Tokui & Noah


Sabaody... Je pense que c'est l'île où je me suis senti le plus vivant avec tous les meurtres que j'ai pu y faire, notamment deux dragons célestes sous les ordres directs de Barbe Noire afin de montrer un peu plus sa puissance au Gouvernement comme quoi même les Tenryubitos ne sont pas à l'abri de l'homme le plus proche du titre de « Roi des Pirates ». 

J'avais enfin pu rejoindre cette île avec la légère altercation que j'ai eu dans le Florian Triangle, j'avais dû profiter de la gentillesse de la Marine pour sortir de ce brouillard sans fin sinon j'y étais encore. D'ailleurs... Cette histoire de Shichibukai me trotte dans la tête maintenant et je n'arrive pas à m'en défaire. Ça serait bien en effet de plus être recherché et d'être aux ordres du gouvernement mondial en tant que Capitaine Corsaire, cependant la seule chose qui m'empêcher de le faire était les otages que Kurohige gardé toujours et encore... Je ne pouvais pas les rencontrer, mais je voulais sauver leurs vies... 

Les Dreadmad ne doivent pas s'éteindre, ma race ne doit pas disparaître... Déjà que je suis différente du reste du monde, je ne veux pas être l'unique... C'est en quelque sorte une façon de me rassurer moi-même, même si je ne l'assume pas totalement... Plus les années passent et plus je semble oublier pourquoi je fais ça. Pourquoi j'ôte autant de vie, pourquoi je suis les ordres de ce gros dégueulasse ne sachant pas prendre de douche... J'ai pris le goût du sang et ça ne me lâche plus. J'étais maintenant qu'une enveloppe charnelle qui cherche à se sentir vivante en tuant. Peut-être qu'un jour j'aurais oublié les otages et je partirais comme ces autres personnes sur mon carnet de cible à abattre... 

Perdu dans mes pensées, je marchais donc à travers la foule grouillante, je me disais que faire une pause avant de retourner dans le nouveau monde n'était pas une mauvaise idée. Mon navire était tout prêt, il était paré à partir, mais j'avais envie de prendre quelques bricoles et surtout voir si je ne pouvais pas me prendre quelques Eternal Pose afin d'éviter le problème venu il y a quelques jours dans le Florian Triangle. 

Seulement... Mauvais endroit au mauvais moment, tandis que j'étais encapuchonné comme à mon habitude et filer comme une ombre dans la nuit sans être réellement aperçu par la marine ou quelques chasseurs de primes, un abruti décide d'ouvertement frapper un dragon céleste devant tout le monde à la vue de tous et facilement reconnaissable, d'ailleurs... La tête de l'homme ne m'était pas inconnue... Ce n'était pas un de ces pirates qui a trahi Barbe Noire et que je dois faire disparaître ? Bouarf... Avec ce qu'il vient de faire, il va être dans de beaux draps et j'ai pas à m'en charger. Je n'ai pas envie de me mêler à ça. 

Mais alors que je commençais à partir, j'entends un bruit un peu trop familier... Un bruit de charge, un bruit... De ces maudit Pacifista, j'avais réussi à en détruire avec mes flèches à force de les cribler dans les articulations pour tout faire bugué le bordel, mais là, je n'ai vraiment pas envie d'avoir ça sur le dos. 

- Jessie Mary, 230 Millions de Berrys, recherche mort ou vif


Le bruit du laser se fait alors entendre et comme poussé par un instinct de survie, j'utilise mon « Jump » afin de rapidement m'extirper de la ligne de mire du titan de fer. Retirant ma capuche et sortant mon arc, plusieurs personnes me reconnaissent : 

- La tueuse de dragon !


- La flèche noire ! 


- Vas t'en ! On veut plus d’ennuis ! 


Décidément... J'ai vraiment laissé ma marque sur cette île, me redressant un peu et lançant un regard méprisant vers la populace, je laissais mon âme dégager cette aura malsaine comme si j'allais relâcher un Call of the Dead : 

- On peut vraiment pas être tranquille pour aller dans le Nouveau Monde... 


La bonne chose, c'est que ça fait fuir tous les habitants et voyageur dans les parages, la mauvaise... C'est que je suis maintenant seule avec le débile, les deux pacifista et visiblement un haut gradé de la Marine. Certainement un des renforts demandés avec l'agression du Tenryubito donc ça ne doit pas être un tendre... 

Sautant de toit en toit pour arriver vers le pirate qui a frappé le dragon céleste, je le regarde depuis le haut de la bâtisse sur laquelle je me trouve : 

- Hé... Toi, à la base, je devrais te tuer, car j'ai deux bonnes raisons pour le faire, la première étant le fait que tu as trahi Barbe Noire et la seconde, c'est que tu viens me foutre dans ta merde même sans le vouloir. Tu as intérêt à te rattraper ou je te garantis que tu couleras avec moi... 

Bien évidemment, je n'allais pas faire grand chose, j'allais surtout esquiver et le laisser se démerder avec le Marine, à la limite, je peux m'occuper des Pacifistas mais rien de plus... 

Fiche de RP (c) Miss Yellow
Revenir en haut Aller en bas





Invité
Invité
Jeu 16 Fév - 18:39




Révolte à Sabaody
Début du combat






Alexander se tenait debout, droit comme un piquet, le torse bombé, devant la silhouette apeurée du noble. L’homme gisait au sol, les fesses dans la poussière. Son scaphandre était brisé, ainsi que son nez. Du sang coulait abondement de ses narines. Il avait le regard vide et n’arrivait pas à détourner celui-ci de ses mains recouvertes d’hémoglobine. Encore quelques minutes de plus et l’imbécile arriverait à s’uriner dessus. Alex n’avait pas de temps à perdre avec ses conneries. Il avait réussi à atténuer sa haine naissante en fracassant la tronche de cet individu. Néanmoins, maintenant, il serait un peu dans la mouise. L’alarme, qui avait résonné précédemment, n’annonçait rien de bon. Il savait que le Gouvernement engagerait des représailles à cause de cet acte, il ne lui restait plus qu’à patienter quelques minutes pour les voir arriver. Une petite troupe de curieux c’était agglutiné aux alentours. Soudainement, la foule déguerpit à toute vitesse, comme s’ils avaient vu un monstre. Enfaite, ce n’était pas qu’un monstre, mais deux énorme machines de guerre. La Marine avait réagis très vite, elle venait d’envoyer deux pacifistas sur les lieux de l’agression. Ils étaient accompagnés d’un marine, il portait un uniforme de gradé. Bon, les choses commençaient à devenir intéressantes. Hansel fit craquer ses doigts, il était temps de montrer les crocs. Cet homme n’allait pas le laisser fuir cette scène de crime aussi aisément. Wolfmann ne connaissait pas grand-chose sur l’institution de la mouette. Il connaissait les grosses têtes et c’était quasiment tout. Il ne pouvait donc pas connaître les aptitudes de son adversaire. Il devait rester sur la défensive, au risque de recevoir un énorme retour dans la tronche. Pour le moment, il devait focaliser son attention sur ce type. Les machines de la Marine n’étaient que là pour le divertir. Cet homme ! C’était lui la vraie menace.

Un blondinet, assez grand, au regard perçant, il transpirait la confiance en soi et la puissance. Serait-il assez puissant pour contenir notre bête. Alex allait délivrer toutes ses forces dans cette bataille. Il n’était pas prêt à se laisser faire aussi facilement. Pourtant, notre héros n’était pas si serein devant cet effectif. Il s’attendait à voir débarquer toute une cargaison, mais ce n’était guère le cas. Par mesure de sécurité, il ferma les yeux et se concentra sur les alentours. Il se concentrait sur son environnement et utilisait son fluide l’observation. Il entendit sa zone de recherche jusqu’aux limites de sa maîtrise et débusqua plusieurs silhouettes. Il n’était pas seul sur ce champ-de-bataille, d’autres protagonistes entreraient bientôt en ligne de compte. Le ciel était légèrement nuageux et ces immenses arbres offriraient des supports convenables à notre homme. Il matérialisa ses fils et en envoya quelques-uns dans les airs. Ce n’était pas une offensive, mais plus tôt une réserve. Hansel voulut aller à la rencontre du trio, mais une âme arrivait dans sa direction. Notre prince fut très déçu de voir le visage de l’inconnu. Il s’agissait d’une certaine Jessy, également connue sous le surnom de flèche noire. C’était une sbire de Barbe Noire, une personne néfaste pour notre combattant et surtout une cible dans sa quête de vengeance. Alex grimaça à la vue de la chose. Il n’appréciait guère les chiens de Kurohige et encore moins quand ils étaient aussi proches de sa zone intime. La femme était perchée sur un toit. Oui, on connaissait tous ses talents de sniper.  Un atout de lâche et qui n’avait rien de glorieux. Notre homme la dévisagea plus fortement, il n’avait aucun intérêt pour ce pion.



« Je me serai bien passé d’une telle rencontre. Je n’ai pas besoin de l’aide des toutous de Barbe Noire. Si tu traines dans mes pattes, je t’écraserai comme le cafard que tu es !! »


Maintenant, les choses étaient claires, aucun des deux protagonistes ne voulaient aider l’autre. De toute façon, en ayant montré sa tronche, elle deviendrait également une cible des pacifistas. De plus, sa prime était bien plus élevée que celle de notre prince déchu. Elle avait son lot des massacres et ce n’était pas la première fois qu’elle se retrouvait dans une telle situation. L’archipel se souvenait encore de son dernier passage sur le continent. Elle serait donc utile pour distraire les robots, ainsi, Hansel pourrait se concentrer d’avantage sur le soldat. Un bruit de charge le fit soudainement reprendre ses esprits. Un pacifista était en train de charger son laser. Alex afficha un large sourire devant cette scène. La machine arma son tir, verrouilla sa cible et tira un puissant rayon lumineux. Hansel pourrait certainement perdre la vie face à une telle puissance. Il tira légèrement sur sa main gauche et se retrouva à dix mètres du sol. Le tir passa sous sa silhouette et finit sa course plus loin dans le sol. Une explosion germa au moment de l’impact et souffla un petit bout de terre. Ses foutus robots ne faisaient pas dans la dentelle, Hansel devait trouver rapidement un moyen de le mettre hors d’état de nuire. Leurs corps robustes étaient faits d’acier, un métal très solide. Mais un bon épéiste pouvait le trancher sans trop de difficulté. La particularité des fils de notre utilisateur démoniaque résidait dans leur incroyable capacité à quasiment tout trancher. Pourtant, notre homme ne passa pas tout de suite à l’action. Pourquoi ? Il ne devait surtout pas oublier sa cible de vue. Il savait que le marin attendait le moment opportun pour attaquer notre héros. Il devait donc rester sur ses gardes. Le second pacifista avait détourné son regard vers une autre cible. Il allait au contact de la tueuse de Kurohige.

La situation ne semblait pas évoluer et notre homme commençait à s’ennuyer. Il voulait de l’action et surtout que le gradé passe à l’acte. Il lui fallait donc un petit coup de pouce. Alex allait forcer le destin. Il chargea son fluide de l’armement et envoya cinq balles de fils en direction de ses ennemis. Les cinq fonçaient droit vers le marine. Il n’avait aucun intérêt à viser la machine de guerre. Cet assaut était futile, ce n’était que pour booster le soldat. Alexander prépara immédiatement d’autres fils. Il les laissait délibérément voltiger autour de lui. Une petite préparation pour pouvoir éviter un nouveau laser ou autre.




------------------------------------------------------

Revenir en haut Aller en bas





Invité
Invité
Lun 13 Mar - 9:02
Après quasiment un mois d'attente, ce Rp est avorté. Merci d'avoir participé à bientôt :)
Revenir en haut Aller en bas
Révolte sur Sabaody (Pv : Tokui/Noah/Jessie/Rakuraï)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Un vent de révolte chez nos frères Mapuches ?
» Yannick Noah
» Elizabeth - Jessie
» Jessie Sanders (Gryffondor)
» Noah n'a pas perdu son coup droit légendaire...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: The Story :: Grandline - Paradise :: Sabaody Archipelago-
Sauter vers: