AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

 :: The Story :: Grandline - Paradise :: Alabasta Kingdom :: Palais des Nefeltari :: La Cour Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

EVENT ✖ « Révolte à Alabasta » A

avatar
Messages : 82
Date d'inscription : 17/01/2017
Voir le profil de l'utilisateur




Maître de Jeu
Compte Administrateur
Mer 25 Jan - 1:01

Event #1 : Le Meeting

Participants : Alexander H. Wolfmann, Haylen Goldchild, Kyu T. Kennedy, Alazario Benvenga, Ashikaga Masamune ▬ MJ : MDJ (Skype)

Plus d'informations peuvent être obtenues via votre conversation de groupe.


250 Soldats Remaining
TURN I

Le jour du grand meeting était enfin venu. Les apprêts avaient demandé énormément de temps, comme c'était souvent le cas pour un meeting d'une telle ampleur : en effet, en plus d'assurer la sécurité du trajet et de calculer les itinéraires avec précision, il y avait tout un tas de dispositifs à mettre en place au sein du Royaume d’Alabasta. Ce genre d'événements n'était jamais simple à préparer : déployer une grande partie de ses forces vers un même lieu était un pari extrêmement risqué ; et Alabasta en avait malheureusement déjà fait l'amère expérience quelques années plus tôt.

Paradoxalement, si ces derniers ne pouvaient plus se permettre de prendre d'aussi grands risques, l'infériorité numérique qui régnait en leurs rangs, les poussaient à ne négliger aucun détail ; à ne laisser la moindre place aux doutes et au hasard. C'est ainsi qu'aux derniers jours du mois de janviers, des troupes de tous les royaumes s'étaient mises en route.

Le chemin était précis, vérifié et revérifié plusieurs jours auparavant par les premières équipes de traqueurs envoyées au préalable sur les lieux. Quelques navigateurs étaient également de la partie ; notamment ceux dont le savoir avait pu aider à calculer l'itinéraire marin et à anticiper le mieux possible la météo capricieuse de l'Océan.

Et puis vous étiez arrivés.


Après plusieurs heures de débat.

Ces derniers ne s'en faisaient pas trop pour le reste des événements : ils n'avaient peut-être pas eu autant de contrôle sur les choses que par le passé, mais ils demeuraient toujours aussi puissants, et avaient toujours la main mise sur les hautes instances de ce monde. Le reste, ça n'était que des petits contre-temps. Et cela ils l’avaient prévu. En effet, le meeting tournant lentement mais surement en faveur de la reine Vivi. Un terrible fracas survint, faisant s’écrouler les portes du grand hall.

Une fois de plus, les choses ne s'étaient pas passées comme prévu. C'était une désagréable sensation à laquelle tous devaient malgré tout se plier, tant cela devenait une habitude. Un complot ! Quelque chose que nul n’aurait pu prédire tant il survint de nulle part. Marines, Pirates, Révolutionnaires, Mercenaires… Peu importait la faction, personne n’était hors de danger. Personne excepté le gouvernement qui orchestrait cela, tapis dans l’ombre sans que quelqu’un puisse le soupçonner.

Quelqu’un tirait les ficelles depuis le début, et son plan continuait de suivre son court. Ce n'était pas un long fleuve tranquille, mais il n'avait aucun doute quant à l'issue de cette Guerre... Aucun doute, ou très peu.

Car il y avait bien la Révolution ou encore même les Pirates. Encore et toujours ces maudits cloportes... Qu'ils semblaient estimer si fort. Au moins autant qu'ils les haïssaient du moins pour former une telle stratégie.

Enfin si l'Océan vous avait accueilli sans remous, sous un ciel bien haut et sans nuage ; le temps des contemplations et des soupirs de ravissement était terminé. Bien vite, vous aviez été rattrapé par la réalité de votre vie : celle-ci n'avait rien d'une promenade de santé, et vous n'étiez en sécurité nulle-part dans l’immense salle. Chaque chose qu'il vous était donné de voir, au-dessus ou en dessous, était susceptible de cacher un danger mortel. Et, malgré l'extrême prudence dont certain de vous aviez pu faire preuve ; le malheur avait fini par s'abattre sur vous tous.

Le gouvernement (bien que vous ne le sachiez pas), et si tout cela était bel et bien de son fait, ne manquait pas d'astuce pour vous faire comprendre que vous n'étiez pas les bienvenus en ces lieux maudits. Par chance, vous aviez tous survécu aux différentes épreuves que vous aviez dû affronter dans votre vie ; quand bien même certains s'en étaient sorti avec beaucoup moins de chance que d'autres. Le principal, pensiez-vous ; c'était que tout le monde soit encore en vie. Pour l'instant, du moins.

Car si jusque-là vous ne l'aviez pas aperçu, — et n'aviez donc aucune preuve tangible de leur présence ici — les ennemis ne tardèrent pas à se manifester d'une façon si singulière qu'ils ôtèrent toute forme de doute possible : au loin — mais suffisamment près pour que vous puissiez tous l'apercevoir — la terre s'agita à nouveau. Comme secouée par un puissant tremblement, la terre environnante semblait foulée par une armée convergeant en un seul et même point ; tant et si bien que, bien que résistants, nombre d’entre vous furent saisit d’effroi et de surprise

Et ça ne s'arrêta pas là : peu à peu, ce que vous aviez plus ou moins identifié comme une sorte d’armée prit de l'ampleur. Formant un véritable piège infernal bloquant tous les invités de toutes parts au sein de la cour. Au cœur de la prison : Vous.

Accompagné de 4 autres compagnons, vous faites face à plus de 250 soldats ; tandis que la reine Vivi tente désespérément de s'enfuir.  Que faites-vous ?




Informations

1) Voilà donc la première phase de l’Intrigue. Vous êtes libres de poster ou non.
2) Chaque poste rapportera le double de points, donc appliquez-vous.
3) Pour le moment, pour résumer la situation : Personne ne sait pourquoi nous sommes attaqués et tout le monde voit Vivi tenter de prendre la fuite avant que les soldats ne viennent nous coincer dans un coin du palais. Chacun son objectif, sauver vivi, l'a laissé mourir, ou simplement se battre.
4) La phase 1 prendra fin le 14 février.
5) Soufflez, vous l’avez bien mérité.
Revenir en haut Aller en bas





Invité
Invité
Jeu 26 Jan - 15:16


En plein milieu de la cour du palais des Nefeltari, cinq individus étaient encerclés par des membres du gouvernement. Il y en avait beaucoup trop pour réussir à les compter ! Au centre de ce piège infernal ? Haylen, Alexander, Kyû, Alazario et une dernière personne de sexe masculin dont Haylen ignorait totalement l’identité. Comment ce petit groupe s’était-il retrouvé dans une telle situation ? C’est ce que je vais désormais vous raconter les z’amis !

Depuis plusieurs mois, la jeune femme avait rejoins le camp de Hyakuju pour la sécurité et aussi pour tabasser du Kurohige. Elle avait retrouvé Alex depuis peu et s’était déjà habituée à sa toute nouvelle apparence. En tant que bon soldat, ils devaient se diriger à toute vitesse à Alabasta. Le roi était mort et sa fille allait lui succéder au pouvoir. Les rumeurs disaient que Barbe Noire préparait un sale coup. S’il réussit à s’emparer d’un nouveau royaume ce serait catastrophique. D’autant plus que cette île est l’une des plus grandes et des plus développées. Haylen ne s’y était rendue qu’une seule fois et y avait rencontré Makoto. La météo fut capricieuse mais ils arrivèrent à temps. Elle ne connaissait pas beaucoup les environs et enquêter dans un premier était plutôt difficile. Les gens étaient bien plus perturbés par la mort de leur roi que par le danger. Facile à comprendre quand on ne sait pas qui va diriger désormais ou si la personne va être à la hauteur. Pour l’occasion, le trésor vivant s’habilla le plus sobre possible. Un long manteau noir et rouge comme d’habitude, une chemise, une cravate et une jupe un peu courte. Le tour était joué, il ne fallait pas se faire remarquer. Dans un premier temps, la jeune femme partit dans son coin chercher quelques informations croustillantes en échange d’un peu d’or. Il fallait faire preuve d’intelligence et trier les rumeurs. Certains disaient n’importe quoi comme prévoir la fin du monde, l’apocalypse, la princesse n’est pas assez mature pour le remplacer…
Elle entendit ensuite dire que la princesse était sous haute protection depuis la mort du roi. Pourquoi une garde rapprochée ? C’est la question que se posa notre grande dame élégante. Ont-ils peur de quelque chose ? Le mieux pour répondre à toutes ses questions étaient de se rendre au palais.

Marchant dans la foule en deuil, la chirurgienne avançait lentement en direction du palais. Se faire un chemin dans tout ce bordel n’était pas évident. Les gens pleuraient pour rien, attachés aux souvenirs du défunt. Les portes du palais étaient trop encombrées et trop bien gardées. Il fallait user de plus d’ingéniosité encore pour y pénétrer ou tout simplement pousser les gens pour espérer apercevoir un membre de la royauté. Elle aperçu Alexander, très au loin, se frayer un chemin. Haylen le  suivit c’est ainsi qu’elle se retrouva en plein milieu de la Cour du royaume. Elle y rencontra Kyû, le jeune marine que pouvait-il bien faire là ? Puis elle remarqua Alazario ! Eh bien… Il y avait du monde. La marine était-elle en renfort de protection ? Le trésor vivant tenta de ne pas trop se faire remarquer. Soudain, pas le temps de saluer qui que ce soit, le sol se mit à trembler et des gardes déboulèrent de nulle part ! Ils étaient si nombreux… Impossible de s’échapper.

Etaient-ils ici pour les pirates ? Peut-être pas. Du coin de l’œil la grande blonde aperçut une silhouette élancée avec des vêtements de goût. Difficile pour Haylen de rater de telles coutures. Ce n’était autre que Vivi, la cible ! Elle partait ? C’était étrange et peu importe l’objectif, il fallait la suivre. Elle était visée par tous les pirates assoiffés de pouvoir. Cependant comment faire dans une telle situation. Le problème c’est qu’ils étaient littéralement piégés dans toute cette foule de soldat. Afin de n’éveiller aucun soupçon, la grande dame s’adressa à Alexander en lui murmurant à l’oreille.

- Si on se bat maintenant, on va perdre un temps fou et perdre de vue la princesse.

Elle tentait tant bien que mal de cacher ses messes basses. Ne voulant pas attirer l’attention de membre de la Marine Kyû et celle des autres pirates. S’ils en venaient à gâcher le plan ce ne serait pas bon pour eux ! Ils avaient une meilleure réputation à se faire pour gagner la confiance de Kaido alors autant la jouer intelligent et ne pas faire d’erreur. Haylen allait donc ouvrir un chemin pour tenter de garder à l’œil l’héritière. Elle attendait également l’avis de son capitaine sur la démarche à suivre pour courir après la fuyarde. De toute manière, ils ne pouvaient pas aller plus loin tant que les gardes se trouvaient à proximité.

Haylen créa alors une puissante et large épée d’or qu’elle tenait avec ses deux mains. Elle balaya ensuite une zone proche d’elle afin de mettre à l’écart les ennemis. Certains s’éclatèrent sûrement contre un mur, d’autres devaient certainement être tranchés par la lame d’or. Une fois ce balayage de fait, il devrait y avoir en théorie le chemin de libre. Une attaque qui touchait plusieurs ennemis à la fois, c'est ce qui selon elle correspondait le mieux à la situation.


Techniques utilisées:
 

PS : Alex m'a demandé de poster avant lui.
Revenir en haut Aller en bas





Invité
Invité
Jeu 26 Jan - 17:49




Révolte à Alabasta
Début des hostilités






Alexander s’était endormi le cœur de léger dans son lit à deux places. Il préférait le hamac habituellement, mais ce soir, il avait besoin de confort. Il pouvait enfin se reposer et profiter d’une bonne nuit de sommeil. Il en avait rêvé de cette nuit, durant des mois. Une nuit où il pouvait enfin se détendre et expulser tout le stress qu’il avait accumulé depuis son retour parmi les êtres vivants de ce monde. Il avait pu retrouver sa belle et la serrer fortement entre ses bras. Son parfum avait enivré ses sens et sa chaleur revigoré tout son être. Son âme n’était plus en peine, car il avait retrouvé sa moitié. Tout d’abords, il crut à une illusion, un mirage. Mais une fois que ses lèvres c’étaient posées sur celles de sa déesse, il pouvait enfin en être sûr. Il pouvait affirmer la réalité de cette scène. La docteur était là, devant lui, et affichait un large sourire. Notre couple n’avait pas réussi à retenir leurs larmes au moment des retrouvailles.  Elle lui avait tellement manqué que son propre corps ne voulait plus la lâcher. Elle était si belle et c’était presque comme une seconde rencontre entre les deux amants. Hansel était tellement excité au moment de la rencontre, qu’il bafouillait et avait eu du mal à s’exprimer correctement. Il ne cligna quasiment pas des yeux, de peur de voir disparaître sa femme après ce minuscule laps de temps. Haylen, rien que d’y penser, Wolfmann ressentait une grande sensation de désire dans sa couche. Le creux de ses reins était en ébullition et il devait rapidement calmer ses ardeurs. Le regard fixé vers le plafond de sa cabine, notre homme émergeait doucement de son sommeil.


La place à ses côtés était légèrement tiède. Elle l’était depuis quelques minutes. Alex n’avait pourtant pas le désire de ce lever, mais il n’avait guère le choix. Il était le nouveau capitaine de cette embarcation, de ce fait, il avait toujours beaucoup à faire. Ce rôle, il ne l’avait pas spécialement désiré et on lui força légèrement la main. Il ne se sentait pas l’âme d’un meneur. De plus, il avait tendance à être solitaire. Certes, Goldchild était à ses côtés, mais ça c’était différent. Il n’avait pas spécialement envie de s’entourer d’une bande de bras cassés. Mais après quelques semaines en mer avec l’équipage, il ne pouvait déjà plus se passer d’eux. Leur navire avait été fourni par l’empereur en personne. C’était un navire sur la base d’une caravelle, mais améliorer d’un puissant brise-glace à l’avant. L’île principale où résidait le géant, était une île hivernale. Il fallait souvent passer au travers d’immense couche de glace pour atteindre la terre ferme. Cet artéfact était donc grandement nécessaire pour pouvoir survivre dans la région. Le navire était assez grand, mais demeurait tout de même dans une taille standard.  Il était similaire à un navire pirate du Nouveau Monde. Son bois était légèrement rosé et ses voiles, composées de plusieurs morceaux de tissu, étaient teintées de rouge. Le navire permit de devenir une référence pour notre prince, mais également une pièce principale de sa légende. Sur le mât principal du navire, on pouvait observer sans difficulté, l’immense symbole à l’effigie de l’Empereur Kaido. Il avait remis un navire entre les mains de Wolfmann. Il faisait confiance à notre combattant. Alex devait tout faire pour ne pas perdre en estime aux yeux du titan. Il devait accomplir ses missions avec succès et afficher une loyauté sans faille envers son leadeur.


Après avoir voyagé quelques jours, l’équipage mouilla l’ancre à quelques nautiques du royaume d’Alabasta. Pour quelle raison c’étaient-ils aventuré là ? Une épreuve de la vie venait de frapper le pays. Le Roi était décédé et laissait sa succession à sa fille. De nombreuses personnes étaient contre cet héritage, alors que d’autres étaient pour. Néanmoins, une grande messe serait donnée en mémoire du Roi. C’était un moment très important dans le contexte actuel, car la future reine n’avait pas encore prêté allégeance à une quelconque faction. Elle n’avait pas encore établi d’alliance avec les autres nations. Il était donc utile de rallier une nouvelle nation, comme cette royauté, à la force de Kaido. Alexander n’avait pas reçu d’ordres en particulier, mais il pouvait aisément déterminer l’aboutissement de cette quête. Il fallait trouver un moyen de parler à la princesse et de lui soumettre son offre. La tâche ne serait guère aisée, car la princesse serait certainement entourée d’un large dispositif de sécurité. Notre groupuscule devait absolument glaner quelques informations à ce sujet, avant de se rendre à l’intérieur du palais. Goldchild avait déjà pris les devants. Notre prince la retrouverait dans la cour du palais. Il lui faisait confiance, elle savait y faire avec les hommes. De plus, l’or avait pour tendance à dénouer les langues et à faire parler les plus fidèles. Alex reposait beaucoup d’espoir sur sa concubine, car il n’avait pas autant de chance avec la recherche d’information. Avec son visage de démon et son allure de barbare, il avait plus tendance à faire fuir les gens qu’à les attirer. Puis, s’il cachait sa silhouette, il serait encore plus suspect.


Seul le couple posa un pied à terre. Le reste de l’équipage resta à bords du navire. Il fallait être prêt à déguerpir à la moindre seconde. Si le plan A ne fonctionnait pas, nous devrions passer au B. Il s’agissait de kidnapper la princesse. Ce ne serait aucunement facile. Alexander avait pensé à pleins de scénarios, mais chaque il y avait un inconnu. Il ne connaissait pas les normes de sécurité du palais et de la ville. De plus, il ne connaissait pas précisément la topographie des lieux. Il lui faudrait également plus d’information sur les points de contrôle et les soldats dispersés dans la cité. Mais le plus grand facteur échec demeurait la supposition X. Il s’agissait simplement de la concurrence. Hansel savait qu’il ne serait aucunement seul sur ce coup. Il devrait être très attentif. D’autres personnes auront également des vues sur la princesse. Wolfmann ne savait pas réellement quelle attitude prendre. Il devrait se décider au dernier instant, comme à son habitude.


Alexander se perdit légèrement dans le dédale de ruelles de la métropole. C’était la première fois qu’il mettait les pieds dans ce pays. Un pays très hostile pour la vie, mais qui s’était tout de même bien développé. Il était essentiellement composé d’un large désert et les températures étaient très élevées. Notre héros portait des vêtements très souple et très léger. Il ne peinait pas trop à cause la chaleur, mais l’air était chaud et on pouvait aisément suffoquer. Il chercha pendant plusieurs minutes des soldats dans les rues. Il ne tomba que sur quelques maigres escouades. Des duos, quelques trios, vraiment rien de spécial pour le coup. Le gros de l’effectif devait être rassemblé au palais. La princesse serait sous bonne garde, un détail qui grincer les dents de notre forban. Hansel devrait surmonter un bon nombre de problèmes durant son intervention. Il doutait de ses capacités à mener à bien cette quête. Pourtant, il n’avait pas le droit à l’erreur ! Il ne pouvait pas se le permettre !! Une cloche retentit au loin. Il était déjà l’heure de se mettre en route pour le palais.


Il avait perdu beaucoup de temps dans ses recherches et en était revenu bredouille. Il espérait vraiment que sa femme ait trouvé quelques choses. Il ne pourrait pas forcément compter sur un effet de surprise. Il devrait donc jouer au protecteur pour se rapprocher de la princesse. Il n’avait pas le choix, même si cela ne l’enchantait guère. Goldchild aurait certainement une meilleure idée. Les deux amants devaient s’entretenir avant de pouvoir procéder à l’exécution de leur plan. Une grande foule était rassemblée à l’intérieur du palais, notre homme ne prêta pas spécialement attention aux alentours. Il ne fit pas attention aux autres personnes présentes dans la zone. Il n’avait qu’yeux pour sa dulcinée. Elle lui avait tellement manqué durant toute son absence. Il se rapprocha d’elle et débuta la conversation.



« Tu es sublime ma belle ! As-tu appris quelque chose d’intéressant ?? »


Alors que l’infirmière commençait à parler, un bruit éveilla légèrement l’attention de notre homme. Le bruit devenait de plus en plus audible. Ce capharnaüm grossissait de seconde en seconde jusqu’à devenir gênant. C’était comme un roulement de tambours incessant et qui commençaient à faire trembler le sol. Hansel connaissait ce son, il y avait déjà fait face dans son adolescence. Lors de l’assaut de son archipel par les troupes de plusieurs capitaines pirates. Une armée avançait sur leur position. Pourquoi une armée viendrait à un jour pareil ? C’était justement le moment rêvé pour passer à l’attaque. Les forces de la ville étaient concentrées à la protection de la ville. Les soldats n’auraient jamais envisagé une telle probabilité. Actuellement, notre héros n’était pas en mesure d’estimer un nombre. Il s’agissait d’une grosse masse de soldats pour faire trembler autant les murs. L’atmosphère devenait électrique et était quasiment palpable. Les différentes factions allaient bientôt abattre leurs cartes. Alexander fit un signe de tête à sa partenaire. Il était de prendre leurs armes. Premier objectif : Sauver la princesse !! Haylen passa immédiatement à l'attaque en fauchant une partie des mercenaires agglutinés autour d'eux. Alexander envoya ses fils en l'air et sur les côtés; Il préparait quelque chose pour l'instant.



------------------------------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 199
Date d'inscription : 22/11/2016
Age : 22
Localisation : Blblblbl.

Feuille de personnage
Unité de Puissance (UP): 4974
Points de Technique (PT): 763
Équipage: Les Pirates d'Opale
Voir le profil de l'utilisateur




Alazario Benvenga
Dit "Petit ours" | 65,000,000 Berrys
Ven 27 Jan - 19:12
« TERRE EN VUE !! »


Hurla la vigie au beau milieu de la nuit, alors que les ténèbres nocturnes se mêlaient encore aux timides lueurs que produisaient les lanternes parsemées sur le pont afin d'offrir aux matelots, assurant le bon déroulement de la traversée, assez de visibilité. Ce hurlement guttural venait tout juste de tirer le Capitaine de son lit, il n'était que très peu couvert et se dirigea d'un pas lent, en restant dans sa spacieuse cabine, vers un grand miroir qui, lui-même, s'étendait sur toute la longueur gauche de la pièce. Le roux s'observa un instant, pour finir par prendre quelques minutes, le temps de se recoiffer, alors que les grondements des pas sur le bois commençait à se faire bruyant, la vie reprenait finalement lentement son cours sur le petit archipel de vie que représentait l'Agathe au milieu de la Grande Bleue.


Alazario avait finalement trouvé assez de courage pour s'habiller, pas sa tenue habituelle de mer, celle-ci était plus passe-partout, une veste surmontée d'une longue cape noirâtre pourvue d'une capuche pour couvrir la chevelure typique des Benvenga, tandis que celui-ci s'habillait, le timonier manœuvrait déjà pour amarrer le navire à proximité des côtes.
Le Capitaine sortit finalement de sa cabine, habillé, passant un vague regard sur le pont, où les marins s'agitaient comme des centaines de fourmis, à nouer, détacher, préparer. L'un d'entre eux se présenta devant le Petit Roux,


« Monsieur, tout est prêt, nous attendons vos directives
« Bien, bien, je vais débarquer seul, portez à Akkaï ce message. »
« A vos ordres. »

Alazario tendait un petit papier que le marin s'empressa de prendre pour filer, d'un pas rapide, vers la cale. Tandis que le Petit Homme, lui, marchait d'un pas assuré vers le flanc droit du navire, pour faire face au Royaume d'Alabasta et à ses décors montagneux, pour l'instant plongés dans le voile nocturne. Cela faisait quelques années qu'il n'avait pas vu cet endroit, endroit qu'il pensait d'ailleurs ne jamais revoir, sans doute à cause du passé en commun trop lourd, il était d'ailleurs ironique qu'une histoire de noble et de succession ait attiré un Pirate ayant du sang dans les veines. Il fixait donc avec amusement l'horizon, alors que derrière lui s'agitaient toujours les différents marins, finalement, sortit des entrailles du navire « Poigne de Fer » le mentor martial d'Alazario, il se dirigea vers celui-ci d'un pas sévère avant de l'observer toujours avec cet air dur, avant de ployer le genou, Alazario se retournait lentement.


« Bonsoir mon ami. »
« Qu'allez-vous faire là-bas »

Un bref sourire malsain traversa le visage du Capitaine « fou », alors qu'il portait une main à ses cheveux pour replacer les quelques mèches rebelles qui osaient défier l'harmonie de son visage de porcelaine.


« De grandes choses, évidemment, ne t'en fais pas. Néanmoins, le fait que je parte seul pour la cérémonie ne veut pas dire que tu as pour autorisation de lambiner, je t'accorde le commandement du navire, fais-le naviguer vers la direction indiquée, je vous rattraperai en un clin d'oeil, ne me déçois pas. »
« C'est un grand honneur que de voir la confiance que vous m'accordez, je tâcherai de m'en montrer digne »


L'artiste martial se releva pour se diriger vers le poste de navigation, alors qu'Alazario se retournait vers l'île, il fit un pas en arrière puis deux, et enfin un troisième pour prendre de l'élan. Finalement, il commença sa course, prit appui sur la rambarde du bateau pour sauter dans le vide, afin de repousser l'air de ses mains, assez fort pour se propulser dans les airs à une vitesse ahurissante, Akkaï se retourna, curieux, mais il ne vit rien si ce n'est le bois du navire.


Puis ce fut l'atterrissage, assez doux, contrôlé, il posait le pied à terre sur l'un des toits de la capitale du Royaume, cela faisait quelques mois qu'il avait quitté son île natale, depuis la nuit sanglante, alors cela faisait tout drôle de retrouver l'odeur ambiante des épices, l'odeur du sable, des odeurs familières, chaleureuses, acceuillante pour quelqu'un nait ici. Il connaissait parfaitement la ville, ses recoins, comment ne pas s'y perdre et comment ne pas y perdre la vie. Il sauta alors dans la rue, pour l'instant déserte ou presque, alors que le soleil commençait à se lever, il lui fallait trouver un endroit où se reposer avant de prendre la route du château, ce qu'il fit sans difficulté dans une auberge, auberge familière elle aussi, puisque c'était là qu'il avait passé sa dernière nuit à Alabasta.


Après une bonne heure complèmentaire de sommeil, Alazario ouvrit la fenêtre pour observer la population fourmiller vers le château, c'est un drôle d'attroupement, quel intêret pouvaient-ils porter à des sujets qui les dépassaient clairement, peut-être agissaient-ils par logique d'assimilation des nobles mœurs, peut-être était-ce un effet de groupe, qui sait, certainement eux, heureusement Alazario ne faisait pas partie du bas-peuple, que serait-il, lui qui a peur d'être dénué de tout pouvoir, s'il faisait parti de la masse laissé à l'abandon dans ce monde dirigé par des forts pour des puissants. Quoiqu'il en soit, observer le troupeau de haut semblait être une activité qui le captivait, avait qu'il ne se propulse dans les airs par la fenêtre, sans avoir pris la peine d'aller payer sa nuit à l'auberge, ce qui lui vaudrait certainement que peu d'ennuis. Il finit par attérir sur un toit, nettement plus proche du Palais que précédement, il finit par descendre et intégrer le peuple dans cette marche presque religieuse dans l'espoir d'avoir une place à l'intérieur, dans l'espoir d'y voir la Princesse, seul espoir que partageait le Pirate avec la Plèbe.


Après une bonne heure de débâcle avec le Peuple, Alazario parvint à atteindre la cour du Palais, somptueuse, ornée de tapisseries et autres apparâts luxueux, sans doute placés là à l'occasion du courronement certain. Il arrivait au beau milieu des débats, qu'il écoutait avec une oreille intéréssée, éduqué à ce genre de réunions nobles, le Petit Homme se fondait dans un coin de la pièce, dans l'ombre, écoutant et observant les personnages discutant, et se renvoyant la balle au cours de joutes verbales, de ses yeux d'un rouge pur. Les débats se poursuivirent quelques heures, jusqu'à ce que la terre gronde et se soulève, voilà qui était inattendu, des troubles internes frappaient-ils de nouveau la famille royale d'Alabasta ? De toute évidence au vu de la masse de personnes qui envahissaient la cour à mesure que les invités fuyaient, un sourire se dessinait sur le visage d'Alazario, au-delà des avortons qui pénétraient toujours plus nombreux l'enceinte du palais, la Princesse, elle, commençait à prendre la fuite, une situation des plus profitables, après tout, l'on dit que l'art politique repose sur l'habileté à se saisir des opportunités de la vie, l'art criminel ne s'en rapproche-t-il pas au final.
Alazario avançait vers le centre de la pièce en rabattant sa capuche en arrière, découvrant ainsi sa chevelure et ses yeux typiques de la famille « maudite » Benvenga, le clan aux cent Morts. Avant qu'Alazario ne remarque les connaissances qui se trouvaient dans la même pièce un insecte courrait vers lui, épée à la main, d'un geste expert et sans difficulté Alazario avança de manière vive sa main vers l'Homme, un toucher à peine suffis à le faire décoller en arrière avec violence, il traversa la pièce à une vitesse ahurissante emportant une dizaine voir plus des Hommes armés qui entraient, et peut-être quelques civils avec, qui sait. Finalement, le pirate annonça à voix haute, un sourire dément au visage,


« Messieurs je ne suis pas rancunier, alors je vous offre un conseil en bon ami, approchez et vous mourrez, alors faites place. »


Il se mit alors en marche en direction de la Princesse, les bras contractés et les mains prêtes à filer vers la première personne qui osera s'approcher.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 60
Date d'inscription : 19/10/2016

Feuille de personnage
Unité de Puissance (UP): 4111
Points de Technique (PT): 182
Équipage: Les Profanateurs - Kurohige
Voir le profil de l'utilisateur




Ashikaga Masamune
Dit "le démon jaune" | Corsaire
Lun 30 Jan - 23:12


Event " Révolte à Alabasta


- Alors capitaine pour notre prochaine destination ?! me demandais Faust sereinement.

Assis dans mon fauteuil au sein de mon bureau, les jambes croisées tous comme mes mains, je le regardais de manière assez neutre. Les idées fusaient dans ma tête depuis quelques temps et il était temps pour moi de les partager un petit peu.

- J'ai reçu un appel de l'Empire de Kurohige, on me demande d'effectuer une mission. Ils veulent que nous allions à Alabasta car selon eux Cobra Nefertari est mort et la passation de pouvoir va être houleuse. Je dois tenter de convaincre le future reine du royaume de passer sous notre protection. disais-je calmement.

Le scientifique me regardait pensif, il connaissait lui aussi cet immense royaume qu'est Alabasta et l'atout stratégique qu'il représente, bien qu'il paraisse si pauvre à cause de son climat désertique.

- C'est clair qu'une telle base avancée pour l'Empire serait un avantage immense ! répondit-il alors.

- Mais ce n'est pas tout, nous on va y aller pour autre chose ! J'ai entendu dire qu'il y a des informations sur une des armes antiques dans ce pays ! On va tenter de les trouver et d'avoir une piste à ce propos. Notre couverture sera la mission pour Teach et si on y arrive pas on s'en fiche complètement d'accord ? exposais-je à mon camarade.

Il se mit alors à rire et hocha la tête frénétiquement avec son grand sourire d'idiot. Faust était content d'être dans la confidence, mais surtout il adorait les plans grandioses. Cet homme étrange aimait les ambitieux et avec moi il était servit.
Nous prenions donc la route de Paradise et quittions le Nouveau Monde derrière nous.

Quelques semaines plus tard

Le Tombeau arrivait enfin aux abords de l'immense île désertique qu'est Alabasta. Chacun de mes hommes se dépêchait d'accomplir ses tâches afin que nous arrivions à bon port et sans encombres. De mon côté je quittais à peine mon bureau, vêtu d'une sorte de grand turban blanc immaculé. J'avais enroulé celui-ci tout autour de mon corps afin de me protéger des puissantes radiations du soleil, tandis que la matière épaisse me permettait d'avoir un simulacre de sensation de frais. Une partie de mes hommes mirent le pied à terre, accompagné de mon Super-Zombie Baisu, tandis que les autres ainsi que les zombies restèrent à bord pour surveiller notre navire. Nous l'avions amarré de manière à être discret mais tout de même à pouvoir retrouver notre embarcation pour repartir d'ici.
Je marchais seul en direction de la capitale pendant que l'autre groupe partie dans une autre direction. Ils avaient pour mission de "fouiller" l'île tandis que moi je me présentais là où l'Empire m'avait dit d'aller. Ainsi, je me dirigeais vers le lieu où aurait lieu les débats menant à la succession du défunt Roi. Dissimulant mon épée sous mon étoffe, je n'avais aucunement l'air hostile et mon physique soigné me permettait de ne vraiment pas inquiéter les autres.
Après de longues heures de marches insoutenable sous un soleil de plomb je trouva enfin la capitale et je voyais la population en effervescence. Les préparatifs étaient terminés et tout le monde attendait la journée du lendemain pour enfin être fixé.

Comme on me l'avait dit par escargophone, tous les camps étaient représentés car l'enjeu d'Alabasta était trop grand pour être laissé de coté. De ce fait, le gouvernement, des pirates, des révolutionnaires tous étaient là pour tenter de tirer leur épingle du jeu. En fait, tous voulaient savoir à qui le successeur du feu roi prêterait allégeance. En effet, il y a peu cet immense territoire était sous la coupe du Nouvel Ordre mais ce ne fut pas toujours le cas. La famille Nefertari était l'une des 20 formant le Gouvernement Mondial il y a de cela 800 ans. Ainsi, étant ancré à ce point dans l'histoire que le monde a oubliée, ce pays ne pouvait que regorger d'indices sur les armes antiques ou du moins sur le fameux siècle oublié. Je le savais, il y avait quelque chose sous ce sable ou quel part dans un temple et mes hommes devaient le trouver.

Le lendemain

Après une bonne nuit de sommeil dans un hôtel charmant, je me dirigeais comme tout le monde au palais Nefertari. Les cérémonies allaient être nombreuses mais la population attendait le débat. Ce grand débat qui devrait mener à la succession de Cobra. Beaucoup étaient tendues, d'autres bien plus serein. En tout cas il était clair que c'était un jour exceptionnel et personne ne pouvait le nier. L'ensemble de l'armée du royaume était concentré car tous avaient peur d'un attentat ou d'un assaut. Les mesures de sécurités étaient nombreuses et le déploiement de forces militaires plutôt impressionnant.

La Cour du Palais des Nefertari

Sans difficulté je pu atteindre la salle de débat tout en dissimulant mon arme caché sous ma tunique blanche. Je ne pouvais me séparer d'elle car, dans en cas de besoin elle me servait toujours à m'en sortir. Comme pas mal de monde j'étais suspicieux et je faisais attention à tous les détails possibles. Ainsi, je remarquais des hommes armées et d'autres totalement inoffensif. J'étais sur mes gardes, mais j'avais confiance en mes capacités. Je savais de quoi j'étais capable et ainsi, j'arbora un visage serein et souriant.

S'en suivit quelques heures de débat fastidieuses qui menaient indubitablement vers le couronnement de la fille de Cobra, Vivi Nefertari. Cette jeune fille était charmante, distingué et semblait prête à prendre les rennes du pays. Sa détermination était de taille et sans nul doute elle ferait une bonne dirigeante. Cependant, alors que la décision finale n'était tout de même pas donnée une sorte de tremblement de terre se fit soudain ressentir.

Etant adepte des batailles je savais pourtant qu'il s'agissait là d'autre chose. Je ressentais le danger de manière omniprésente et bien que j'avais pris pas mal de précaution, fait attention à beaucoup de chose, je ne pouvais plus rien anticiper si une armée nous arrivait dessus.
Pourtant, c'était bien ce qu'il arriva, une marée noire venait sur nous et déjà des soldats faisaient leur incursion un peu partout dans la salle. Ils arrivaient de tous les cotés et nous étions bloqués.
Les plus faibles et les plus innocents de nous tentèrent de prendre la fuite par les quelques sorties pas encore investies par l'ennemi, tandis que Vivi tentait elle aussi de s'échapper. Bien que Teach aurait voulu que je la kidnappe ou que je la récupère tout du moins, personnellement je n'en avais rien à faire. Même si elle mourrait cela n'allait rien changer à mes plans. Ainsi, n'étant absolument pas occupé par la tentative de fuite de l'héritière au trône, je m'occupais plutôt de ceux qui m'entouraient. Une femme et un homme semblaient partant pour le combat, d'ailleurs la jeune femme fit apparaître une armée d'or et se débrouillait plutôt bien. Autour, des hommes sortaient les armées pour se défendre tandis que beaucoup fuyaient en criant.
Un autre homme à la chevelure de feu se déplaçait très tranquillement puis, d'un simple mouvement avec sa main fit valser une dizaine d'hommes qui furent propulsés à une vitesse folle contre un mur. Ils finirent ainsi dans un sale état et je ne pu que reconnaître l'efficacité et la puissance de cet homme.

De mon coté je fus accosté par plusieurs des assaillants qui m'entouraient. L'un d'eux engagea l'assaut en me fonçant dessus avec un sabre recourbé. J'évita sa lame d'un simple pas puis évita un second qui me venait par la droite. C'était alors que j'avais sortie mon fourreau sans pour autant en sortir mon épée. Puis, je bloqua grâce à celui-ci une nouvelle attaque venu de derrière pour finalement dégainé. Ils reculèrent tous d'un pas, puis se regardèrent et lancèrent une ultime attaque. J'étais cerné et entouré par les soldats insurgés qui tentait surement un coup d'Etat. Seulement, la seconde d'après je les avait tranché et ils gisaient sur le sol, se vidant de leur sang. Ma lame avait filer et tranché la chaire sans aucune difficultés. Je le voyais bien, ils n'étaient pas de véritable guerrier et ça ne me rendais la tâche que plus aisée. Je n'aurais ainsi peut-être même pas besoin d'user des capacités du Kage Kage no mi s'ils étaient tous de ce pauvre niveau.

N'annonçant à aucun moment mon nom ni même mon épithète, je me devais de garder l'anonymat en toute circonstance, la mission que m'avait donné Teach était secrète et surtout, mon ambition personnelle ne devait pas être trahit. Ainsi, j'observa la masse de soldat s'intensifier tout en attendant la suite des événements.






Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 326
Date d'inscription : 22/08/2016
Age : 24

Feuille de personnage
Unité de Puissance (UP): 6111
Points de Technique (PT): 1079
Équipage:
Voir le profil de l'utilisateur




Kyû T. Kennedy
Dit "Le Prince des Monstres" | 70,000,000 Berrys
Mar 31 Jan - 5:04
L'aurore venait de se lever, Kyû était bien frais ce matin-là, contrairement à sa fatigue chronique cumulée durant les missions consécutives des semaines du passé. Cette fois-ci, la Marine n'avait pas une mission officiellement pour lui, c'était au tour de Tsuru, la femme qui l'a élevé, de lui demander d'accomplir un petit fait d'armes. Réveillé en parallèle au soleil rayonnant, Kyû venait de recevoir un appel dans sa chambre privée, de la part de la "Grande Conseillère" de la Marine, mais cette fois-ci, elle avait prit un ton différent, comme s'ils étaient de nouveau une famille, comme si elle n'avait plus besoin d'être formelle avec lui, comme si elle se considéraient comme sa famille de nouveau, chose que Tsuru avait évité depuis belle lurette. Pourquoi les militaires agissent-ils tous de façon si détaché ? Au milieu des batailles, peut-être sont-ils ainsi car ils savent qu'ils perdront des êtres proches. C'est pourquoi un bon soldat ne devrait jamais vouloir faire la guerre.

- Alors, mon garçon, comment te sens tu ?

- Rafraîchis après une bonne nuit de sommeil, je commence à en avoir l'habitude, madame.

- Je ne t'appelle pas pour une mission officielle de la Marine cette fois-ci, Kyû. Mais plutôt un petit service qu'il faut que tu me rende.

- Tout ce que vous voudrez, de quoi s'agit-il ?

- Apparemment un grand événement publique se tient demain à Alabasta, et quelque chose me dit que Barbe Noire et d'autres forces sinistres pourraient vouloir en profiter, je veux que tu aies là-bas pour me tenir au courant de la situation, une fois sur place, je te suivrais de près et on gardera contact pour que je puisse te dire les nouvelles instructions en tout temps. N'avertis personne sur ton navire et passes y comme si tu voulais seulement voir la Reine Vivi, cette tâche est quelque chose que je te confie personnellement.

- C'est comprit, je vais donc faire tout en mon pouvoir pour éviter une catastrophe.

C'était peut-être là sa dernière bataille en tant que Kyû, soldat de la Marine. Et il était très ravi à l'idée qu'il se battrait pour Tsuru, celle qui est à l'origine de son univers, plutôt que pour les desseins du Gouvernement Mondial. C'était une belle mission d'Adieu. Arrivant donc quelques heures par la suite sur les côtes d'Alabasta, il prit discrètement un grand manteau noir, tel un civil voyageur, ainsi qu'un mini escargophone dans sa veste. C'était l'heure de se mêler à l'action !

À peine débarqué de l'endroit, l'atmosphère semblait très différente de la dernière fois où il est venu ici. Il avait contacté le Roi avant, mais apparemment il était désormais mort. Bien qu'il s'en fichait un peu, voir autant de visage tristes le rendait un peu mal à l'aise. Perdu dans ses pensées, se demandant si Barbe Noire était derrière ce meurtre, il se sentait parfois un peu responsable, ou plutôt, carrément responsable. Dans le doute, aider la reine Vivi serait donc une bonne idée pour lui. Sans beaucoup tarder, suivant certaines personnes par instinct, il se retrouva soudainement à aller un peu partout où les gens se rassemblaient, visitant simplement l'endroit, s'informant à droite et à gauche, épiant les diverses conversations.

Après avoir finalement trouvé une piste, le jeune homme se rendit donc sur les lieux près du palais histoire de voir ce qu'il allait bientôt s'y passer. Mais à sa grande surprise, il se retrouva autour d'individus qui lui disaient quelque chose ! D'abord, il y avait Haylen, qu'il connaissait depuis peu de temps, elle semblait l'avoir repéré également, mais sans savoir que c'était aussi son cas vis-à-vis d'elle. Mettant une petite capuche de son manteau, il se fit un peu plus discret. D'un autre côté, sa discrétion n'allait pas être bien difficile, une armée gigantesque s'approcha de là. Repérant l'Armée, il vit juste après la reine Vivi semblant la fuir. Mais ne comprenant pas totalement la situation, plutôt que de s'imposer comme un protecteur tout de suite, il se dit qu'enquêter un peu serait encore mieux. Continuant donc de porter sa capuche, cachant son visage, il se faufila à travers la foule en quittant Haylen et les autres qui étaient avec lui.

D'un coup, il avait repéré son amie blonde sortir une lame géante en or avant de frapper d'un grand coup les soldats de l'armée, engageant le combat courageusement. Le coup d'oeil suivant qu'il jeta vers le champ de bataille lui en mit encore plus dans la vue, Alexander de l'empire des Cent Bêtes avait aussi commencé les hostilités ! Son fruit s'apparentait visiblement beaucoup à celui d'un ancien Shichibukai qu'il avait connu, Doflamingo, que Tsuru avait chassée durant plusieurs années. Souriant en voyant que d'autres attireraient l'attention à sa place, il reconnut un autre homme, beaucoup moins amical cette fois-ci, c'était un des fidèles de Barbe Noire, Ashikaga Masamune. Ayant eut une bonne connaissance des hommes de Barbe Noire durant son passé, il l'avait repéré même si celui-ci ne s'était pas identifié. Tous se battaient contre les soldats, même la foule de civils, tandis que Kyû se faufila agilement dans la foule, espérant atteindre l'autre bout de l'armée, esquivant quelques coups à droite et à gauche.

Cependant, plus le temps filait, plus l'armée semblait rattraper Vivi et pourtant, Kyû n'avait pas pu repérer une sorte quelconque de chef ou de personnage qui commandait. Se disant donc après quelques minutes que le sauvetage de la princesse était prioritaire, il s'est mit alors un nouveau plan en tête. Arrivant derrière l'armée des quelques centaines d'hommes, il utilisa alors sa technique de congélation instantanée pour créer un sol de glace, bien exotique à l'environnement de la région, attirant ainsi d'un coup pas mal d'attention sur lui, tout en immobilisant quelques dizaines de soldats proches de lui. Suite à cela, une armée de lames de glaces se forma juste au dessus de lui, pointés vers l'armée assaillante.

- Bon, c'est l'heure de passer à l'action, bandes de charognards ! Et que je ne vois aucun autre homme que moi oser courir après une si belle femme !

Criant tout haut tout fort ses mots, il retira sa capuche peu après, souriant doucement.

- QU'EST-CE QUE TU FOUS KYÛ ? T'ES SUPPOSÉ REGARDER SEULEMENT !

- Désolé mamie, j'en fais une histoire personnelle.

Sur ces mots, il éteignit l'escargophone, croisant les bras et restant bien droit et ferme face aux ennemis. Tandis que de l'autre côté de la ligne, Tsuru murmura simplement un dernier mot en soupirant.

- T'as pas intérêt à y laisser la peau ... je veux pas finir comme Sengoku à pleurer pour son précieux Rosinante ...

Quant à Kyû, ses intentions hostiles étaient bien visibles, pour un soldat qui comptait déserter, il avait un avant goût de ce qu'est de se battre en suivant sa propre volonté pour une fois, et il savourait l'instant au plus profond.

Bon, il ne reste plus qu'à espérer que les autres idiots sauront barrer la route aux plus insistants. Hmmmm, c'est marrant, j'ai comme l'impression d'avoir oublié un plan pour sauver ma peau ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 82
Date d'inscription : 17/01/2017
Voir le profil de l'utilisateur




Maître de Jeu
Compte Administrateur
Mar 31 Jan - 20:18

Event #1 : Le Meeting

Participants : Alexander H. Wolfmann, Haylen Goldchild, Kyu T. Kennedy, Alazario Benvenga, Ashikaga Masamune ▬ MJ : MDJ (Skype)

220 Soldats Remaining
TURN I

L’ambiance était au désastre, les cris d’horreur servaient de bruit de fond tandis que la marche de l’armée conquérante continuait de faire vibrer le palais. Tout n’était plus que panique et chaos. La mort de Cobra Nefertari venait d’être souillée par des traitres à leur nom. Larmes et pleurs coulaient au milieu de cette force meurtrière et destructrice. N’était-il plus possible d’honorer la mort d’un grand roi ? Une nouvelle ère devait prendre le relais… Mais à peine l’espoir apparaissait que son embryon fut crevé dans l’œuf !  Une telle armée, si imposante qu’elle avait empli l’espace en un rien de temps. Inutile de lutter, toute échappatoire était condamnée.  

« Fuyez, pauvres fous… »

Quelques âmes égarées avaient beau tenter de mettre leurs stratégies en place, c’était inutile. Leurs plans allaient échouer face aux centaines de soldats qui formaient un mur infranchissable, même devant des pouvoirs proches du divin ! Leur détermination servait de ciment. Ainsi encerclées et au pied du mur, les pauvres victimes de la rébellion feraient mieux d’abandonner tout espoir. Comme pour les dissuader de rejoindre la princesse, les masses armées qui se dressaient face aux cinq individus puissants qui sortaient du lot poussèrent alors un cri venant du plus profond de leur cage thoracique.

« AHOUU !!! »

Pointant leurs lances pour les tenir éloignés, ils perforaient tout ce qui s’approchait. Evitant la lame dorée qui dansait dangereusement dans leur direction, ils comblaient rapidement les trous dans leur défense par leur nombre. Les lanciers au premier rang, les bretteurs en deuxième ligne, pour ceux qui réussissaient tout de même à passer et pendant ce temps là, les fusils les couvraient de tout derrière. Telle était la formation qu’ils avaient adopté après s’être rendu compte qu’y aller à l’arrache ne les aiderait pas contre ce genre d’adversaire.

Formant un grand cercle tout autour d’eux, ils cherchaient à les séparer pour les encercler un à un et en finir avec eux ou du moins à les blesser suffisamment pour qu’ils abandonnent le combat. Celui qui avait gelé le sol semblait plus fort que les autres alors les soldats s’étaient un peu plus rassemblés autour de lui particulièrement.




Revenir en haut Aller en bas





Invité
Invité
Mer 1 Fév - 12:13

La chirurgienne n’eut pas vraiment le temps de répondre à son tendre puisque les ennemis débarquèrent rapidement. Son compliment lui allait cependant droit au cœur et la femme afficha un petit sourire qu’elle tentait de retenir car la situation ne se prêtait pas du tout à ce genre de chose. Il fallait se montrer sérieux. Elle lui fit cependant un petit clin d'œil charmeur pour lui renvoyer le compliment. Haylen venait de passer à l’attaque tout comme les personnes présentes avec elle dans cette prison tactique. Alexander envoya sûrement des fils mais où ? Elle ne pouvait pas le voir, seul le guerrier savait ce qu’il comptait faire. La blonde lui faisait entièrement confiance car entre les deux, il était de loin le meilleur combattant. Alazaria qu’elle connaissait peu envoya valser quelques gardes grâces à son pouvoir pour se faufiler. L’inconnu lui ne fit strictement rien et Kyû quant à lui créa une armée de lames de glaces. Alors cet homme avait réellement ce genre de pouvoir ? Il était très puissant mais toujours aussi mystérieux.

Les gardes esquivèrent les attaques. Haylen observa la situation, ils étaient tellement nombreux que le trou que formait l’épée d’or se rebouchait immédiatement. Les ennemis pointèrent leurs armes sur eux. C’était difficile de tout voir mais la grande dame aperçu des armes à feu. Elle pensait alors que forcer le passage ne serait certainement pas une solution. S’ils arrivaient à passer la première ligne, la seconde voire la troisième tirerait des balles dont on ne connait la composition. Il pouvait peut-être s’agir d’arme à base de granit marin. Prendre le risque serait tout sauf intelligent. Haylen remarqua également que les intrus tentaient de les séparer. Plus ils s’approchaient, plus elle s’éloignait du reste du groupe. Ainsi, la jeune femme s’agrippa légèrement à son amant pour ne pas le perdre de vue et surtout ne pas être séparé de lui. Elle esquiva en même temps les armes blanches afin d’éviter à se transformer en or pour si peu et faire le bélier ne serait pas une bonne idée. Le problème c’est qu’ils risquaient de perdre de vue la princesse ! Il fallait se bouger. Kyû lui n’arriva pas non plus à percer le cercle. Haylen le regarda quelques secondes puis une idée lui germa immédiatement. C’est maintenant qu’elle murmura à nouveau dans l’oreille d’Alexander car elle avait un plan pour retrouver une trace de la princesse.

- Pour répondre à ta question, non je n’ai rien entendu mis à part que la princesse était sous protection rapprochée. Je suppose que ça doit avoir un rapport avec ce grabuge. Par contre, j’ai peut-être quelque chose d’utile.

Haylen sortit de sa poche la carte de vie que lui avait donnée Kyû il y a plusieurs mois de cela. Cette carte allait peut-être les aider s’ils perdaient la princesse de vue. Il ne fallait pas la négliger. Certes, ce n’était pas très sympa pour le membre de la marine puisqu’il avait donné ça à Haylen en cas de danger. La grande dame la passa discrètement à son capitaine pour qu’il y jette un œil.

- Mais j’ai conservé ça au cas où j’aurais un problème. Cet homme qui fait de la glace, ça lui appartient. Tu penses que ça peut être utile si on perd de vue la princesse ? C’est un membre de la marine, il a forcément encore plus d’informations que nous et sûrement plus de soldats qui le guidera jusqu’à elle.

La chirurgienne donna ensuite quelques coups aux soldats qui tentaient de la séparer de son bien-aimé. Ca n’allait certainement se passer ainsi ! Elle attaquerait tant qu’ils ne s’éloignent pas en les enchainant un par un. Alex devait certainement avoir une très bonne idée pour s’échapper de ce bordel. Elle attendait tout simplement qu’il agisse pour se faufiler avec lui. Peut-être qu’il allait utiliser une voie plus aérienne ? Mais dans ce cas-là, il lui fallait un bouclier contre les balles. Il n’était plus un phénix désormais et son corps était vulnérable à toute sorte d’arme. Il était pourtant très résistant certes mais la chaire reste de la chaire. Si elle n’est pas assez dure, elle se transperce ! Seule Haylen pouvait se protéger à condition que ce ne soit pas du granit marin. S’il avait besoin, la jeune femme se tenait prête à arrêter les balles et autres objets coupants/transperçant à l’aide de son or. Comme ils se comprenaient parfaitement, la grande dame se contenta d’un regard, d’un geste pour qu’il comprenne qu’elle était totalement prête à faire ce qu’il fallait.
Revenir en haut Aller en bas





Invité
Invité
Jeu 2 Fév - 10:41




Révolte à Alabasta
Réflexion & Action







La situation n’était vraiment pas simple. Tout avait pourtant bien commencé pour notre héros. Certes, il n’avait pas été très productif dans la recherche d’informations, mais il avait tout de même réussi à se trouver dans la cour du palais Impérial. Hélas, la commémoration avait tourné au vinaigre, avec la subite arrivée de cette armée. La princesse avait du prendre la poudre d’escampette devant cette nouvelle menace. Notre homme n’avait pas été en mesure de la suivre. Les mercenaires barraient déjà le chemin. Il n’avait pas encore dévoiler ses pouvoirs. Pour l’instant, il était resté un simple spectateur de la scène. Ses yeux bougeaient dans tous les sens, Alex était tout simplement entrain d’analyser la situation. Sa partenaire avait directement sortit les griffes. La lionne avait fait surgir une énorme épée dorée et avait fauché, à l’aide de celle-ci, plusieurs combattants. L’infirmière cachait bien son jeu, mais depuis les évènements du Colisée, elle avait énormément progresser en terme de combativité. Ses capacités offensives avaient largement dépassé les attentes de notre forban. Il était fier des prouesses de sa disciple. Il ne crachait pas dans la soupe. Haylen était largement en mesure de se défendre toute seule et surtout de vaincre dans certains duels. Néanmoins, il lui manquait encore un peu d’expérience et de muscles pour réussir à dominer les combattants du Nouveau Monde. De toute façon, Hansel ne laisserait personne poser la main sur sa belle. Il sera toujours là pour la protéger.


Notre héros avait déployé ses fils un peu partout dans une vaste zone autour de lui. Il les avaient déposés au sol dans un but précis. Cependant, il en avait lancé également d’autres vers le ciel. On avait de la chance aujourd’hui, il y avait quelques nuages dans le ciel. Aucun cumulus annonçant de la pluie, mais des petits amas de blanc parfait pour servir de support. Notre criminel pouvait accrocher ses fils sur n’importe quelle surface. Il n’avait aucune limite, sauf ce qui était intangible. Ainsi, il pouvait dresser un pont et survoler le champ-de-bataille. Pourtant, il ne passait pas encore à l’action. Cette armée était très bien entrainée. La troisième ligne était composée de fusillés. Il devait être très prudent à ce point de détail. Il n’était plus invulnérable, il lui fallait donc un bouclier. Lors de son observation, il avait pu voir les autres personnages présents dans la cour. Il y avait cet homme qu’il avait déjà rencontrer durant l’affaire d’un virus. Il se souvenait plus de son nom, mais il se rappelait de ses facultés. Après, il y avait cet homme du nom de Masamune. Un sbire de Kurohige ! Tchss … Alexander n’était pas très heureux de cette rencontre. Il avait échappé aux représailles de l’Empereur, il était donc devenu une cible pour ses chiens de combat. Cet homme n’était certainement pas un allier. Il était une cible pour notre forban. Wolfmann devrait toujours regarder par-dessus son épaule. Il devrait soit éloigner cet homme de son secteur, soit lui trancher la tête. L’homme qui attira le plus son attention, fut ce soldat de la Marine. Il disposait des pouvoirs d’un logia. Un fruit formidable et qui permettait de contrôler un élément. Sa palette de capacité était énorme, il serait un allié de choix dans cette péripétie.


Soudainement, Haylen entra dans l’équation. Elle avait un plan et surtout un bon moyen de se sortir de ce pétrin. Alex avait également sa petite idée. Pour le moment, il lui fallait rejoindre le soldat. Pas sûr qu’il soit d’accord d’aider des pirates. C’était du quitte au double dans cette affaire. Notre homme voulut prendre les devants, mais cinq imposants combattants émergèrent de la foule. Mince ! Sûrement des lieutenants de la cohorte. Ils seront plus difficile à vaincre et ne se laisseraient pas facilement berner.  Alex jaugeait son adversaire et les autres grands guerriers. Il y en avait un pour tout le monde. Goldchild s’était rapproché de lui et lui avait fournis un bout de papier. Ok, cette feuille nous conduirait directement vers le soldat. Hélas, il n’était pas seul dans l’affaire. Wolfmann croyait apercevoir un gradé à ses côtés. Aucune chance qu’il aide des pirates dans cette situation. Notre couple était pour le moment seul dans cette pagaille, mais Alex pouvait abattre une carte. Haylen connaissait cet homme, elle servirait donc d’intermédiaire. Les doigts de notre homme commencèrent à bouger, il était temps de se mettre en action. Les fils de notre prince n’avaient quasiment pas de limite en terme de taille, mais il s’était contenté de les étirer sur une longueur de dix mètres. Les fils montèrent rapidement vers le ciel découpant au passage une vingtaine de soldats en deux. Le premier rideau venait de tomber en lambeau. Des nouveaux soldats vinrent immédiatement remplacer les défunts. Parfait ! Ce n’était qu’un leurre. Des fils agrippèrent une dizaine d’autres soldats et les envoyèrent voltiger dans les airs. Un petit effet pour attirer le regard vers en haut. D’un mouvement sec du poignée, Alexander, accompagné de sa concubine, se propulsa en direction du marine. Aussi rapide qu’un clignement de paupières, le couple venait de rejoindre le marine. Ils étaient maintenant tous les trois entourés dans le même cercle. Un grand combattant exprima sa rage dans un puissant hurlement. Les choses risquaient de se corser.



« Je peux nous faire grimper sur les nuages et survoler cette armée qui nous bouche le passage. Mais il me faut plus de nuages ! Avec son froid et la chaleur ambiante, il devrait être en mesure de créer du brouillard ou autre. S’il nous aide à sortir d’ici, on l’aide à protéger la princesse. On aura besoin de son pouvoir de glace pour nous protéger des tirs de la troisième vagues. Tu sembles le connaitre, toi seule peut lui parler. Pendant ce temps, je m’occupe des ennemis. »


Wolfmann se retourna et fit voler la tête d’un de ses agresseurs. Personne n’était en mesure de voir convenablement ses fils. Il pouvait les laisser trainé sur le sol, les envoyer en l’air, voir directement sur sa cible. Il pouvait bloquer l’offensive de ses adversaires en bloquant leurs mouvements avec ses fils. Alexander était comme une araignée et les mercenaires marchaient au beau milieu de sa toile. Ils étaient mort au moment même d’avoir mis un pied dessus. De simple mouvement des doigts, notre héros tranchait des jambes, des bras, de la peau. C’était un véritable bain de sang, mais au moins, tous les regardes étaient tournés sur lui.



------------------------------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 199
Date d'inscription : 22/11/2016
Age : 22
Localisation : Blblblbl.

Feuille de personnage
Unité de Puissance (UP): 4974
Points de Technique (PT): 763
Équipage: Les Pirates d'Opale
Voir le profil de l'utilisateur




Alazario Benvenga
Dit "Petit ours" | 65,000,000 Berrys
Jeu 2 Fév - 21:05
« De toute évidence mon conseil n'était pas assez pertinent… Ah, quelle perte de temps... » Alazario souriant grandement, plus que jamais.
« A vos souhaits, je me sens d'humeur… altruiste. ♫ »

Il observait autour de lui, en passant lentement son regard malicieux, à droite, à gauche, en restant tout à fait immobile, comme se délectant du moment avec passion, les rebelles tentaient visiblement de séparer les quelques individus au centre de la tourmente, il en avait reconnu une d'ailleurs, la médecin, il l'avait soigné, non pas qu'il éprouve beaucoup de gratitude envers elle, elle avait été amicale à son égard, ou du moins pas offensive, ce qui lui avait plu, il y avait également trois autres Hommes dans le cercle, qui, étrangement se déformait peu à peu, il ne les connaissait guère ne à leur vu ne désirait de toute évidence pas forcément faire leur connaissance.
L'attention du Roux vu fit capter par les Hommes armés qui s'approchaient dangereusement, pointant de leurs armes fourbes les combattants, il en était sûr désormais, ils essayaient de séparer les 5 combattants au centre, et Alazario ne s’efforçait pas spécialement de rester groupé aux autres, il continuait bêtement d'observer. Très peu de temps après, le Rouquin était totalement isolé des autres par les rebelles, qui formaient un véritable mur humain, puis, sans raison apparente, les Soldats se faisaient lacérer avec violence les jambes, et le corps de manière générale, le tableau était loin d'être propre, et les effusions de sang étaient nombreuses, elles couvraient de plus en plus le champ de bataille, les visages de leurs anciens compagnons et le sol, bientôt, celui-ci n'était plus qu'une marre rougeâtre où s'affrontaient les combattants.  Les attaques provenaient probablement du sol, il fallait donc s'en écarter au plus vite -sans parler du fait que celui-ci était couvert de glace-, et idéalement, outrepasser la piétaille, aucun ne représentait de vraie menace, seulement des pions sur un échiquier, et ces pions désabusés ne formaient qu'une perte de temps significative, autant rattraper la princesse tout de suite.

Alazario se penchait rapidement pour poser les mains à terre, il ferma les yeux, ce mouvement il le connaissait, par cœur même, l'un de ses préférés, à peine avait-il eu le temps de fermer les yeux, et à peine avait-il eu le temps de laisser comprendre aux rebelles qu'il avait bougeait, Alazario s'était projeté dans les airs à très grande vitesse dans un mouvement très acrobatique, il avait, dans les airs cette fois, poussé de nouveau le vide pour stopper sa course et ainsi pouvoir partir en direction de la Princesse à toute allure, il avait alors, en l'air, le temps de jeter un petit regard amusé au champ de bataille, tout cela était amusant, tant de soldats entourant si peu de personnes, et le regard des rebelles qui entourait le roux plus tôt qui se redressait lentement la bouche entre-ouverte, signe qu'ils comprenaient ce qui était en train de se passer.

Finalement, le regard écarlate du Pirate se posa dans la direction de fuite de la Princesse, alors qu'il commençait à tomber comme une colombe blessée dans la foule de rebelles affamés, Le roux se propulsa une nouvelle fois à toute vitesse dans la direction de la future dirigeante.

« J'ai hâte de faire votre connaissance, très chère Reine… ♫ »






Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 60
Date d'inscription : 19/10/2016

Feuille de personnage
Unité de Puissance (UP): 4111
Points de Technique (PT): 182
Équipage: Les Profanateurs - Kurohige
Voir le profil de l'utilisateur




Ashikaga Masamune
Dit "le démon jaune" | Corsaire
Sam 4 Fév - 21:43


Event " Révolte à Alabasta


Les événements qui étaient entrain de se produire à Alabasta prenaient une ampleur impensable il y a encore quelques heures auparavant. Tandis que le débat venait à son terme, une véritable armée s'était introduit dans le palais et l'assaillait de toutes parts. Chacun de nous était coincé à l'intérieur et bien évidemment la priorité des forces de l'armée de ce pays n'était autre que Vivi Nefertari. Sacrifier les vies de plusieurs dizaines de personnes pour n'en sauver qu'une était donc le partie prit. De notre coté, nous invité nous devions nous débrouiller face à ces barbares et nous étions bien seul à ce moment là.
Autour de moi se distinguaient plusieurs personnes qui montraient face à l'adversité qu'ils n'étaient clairement pas du même niveau que le reste. Ils avaient des pouvoirs puissants et balayaient les assaillants comme de vulgaires déchets.
L'un d'eux parvint même à geler le sol, chose impressionnante si l'on prend en compte les conditions météorologique de l'île. Ainsi je n'étais donc pas seul, partout autour de moi des guerriers étaient présents et ils en valaient la peine à ce que je pu voir au fur et à mesure.

Soudain l'assaut du palais prit une toute autre dimension. En effet, nous étions obligés de reculer face à la masse humaine qui nous attaquait de toutes parts. Ils étaient si nombreux qu'il était carrément impossible d'en estimer le nombre. Si un homme tombait, deux prenaient sa place et ainsi de suite. En fait, c'est comme si nous avions à faire face à une masse armée et qui écrasait tout sur son passage.
Puis, comme dans un second souffle l'armée prit de nouvelles dispositions tout d'abord en tentant de séparer les puissants que nous étions, puis en s'organisant rapidement.
Dans lanciers en premières lignes, suivit d'hommes armés de sabre et une troisième ligne de tireur qui les couvraient. De telles dispositions n'étaient absolument pas bonnes pour nous et nous arrivions vers un point de non retour sur ce chemin.

- Crève !!! criait un insurgé en tentant de me couper en deux.

J'évitais aisément son coup horizontal puis vint le trancher de bas en haut, le laissant retomber lourdement sur le sol. Ce dernier était d'ailleurs maculé de sang à cause des attaques de ceux que l'on pouvait apparenté à des "potentiels de guerre". Ils tranchaient, défonçaient et éliminaient nos assaillants à tour et bras et pourtant, leur nombre ne semblait pas diminuer.
Par la suite je parvins à couper trois hommes de plus qui s'essayer à me fendre en plusieurs morceaux. Tous n'étaient que des faibles mais leur avantages numérique leur permettait de tout détruire. Admiratif je me disais qu'avec un tel nombre de zombie je pourrais rouler sur le monde entier, que la Marine ou les Yonko ne pourraient rien contre moi mais je ne devais pas être dupe. En ce monde il y avait des gens tellement puissant qu'ils pouvaient balayer ce genre d'armée d'un revers de main. Teach lui même pouvait, s'il le voulait, débarquer à Alabasta et réduire toute révolte à néant en deux en trois mouvements.

Subitement un groupe de lanciers apparurent devant moi et je ne pouvais plus faire figuration. Les autres gens puissants montraient leurs supériorité et moi je me contentais de me laisser vivre en tuant quelques rebelles. Je ne pouvais plus me suffire de cette situation car sinon c'était ma vie qui allait être mise en danger. Du coup, mon épée en main je leur fit face sans broncher, me baissant simplement sur mes appuis pour être plus prêt que jamais.

- Hauringu- m'époumonais-je tout en fonçant droit devant moi.

En l'espace d'un instant ceux qui me faisaient face se virent tous tranchés, des têtes tombaient sur le sol et d'autres avaient simplement le torse fendu. Une seule chose était sûr, tous étaient mort. J'avais bougé si rapidement en un instant qu'aucun d'eux n'avait pu se protéger correctement de mon attaque. Par la suite, j'évita grâce à mon haki de l'observation une balle qui prenait le chemin de ma cuisse droite et me remit en position face à cette armée imposante.

Je n'avais plus le temps de m'amuser, ni même de jouer et l'heure était à l'affrontement. Partout autour de moi les gens mourraient ou montraient leurs pouvoirs. L'un d'eux s'était d'ailleurs envolé par un procédé assez étrange, tandis qu'un autre avait lacéré tout le monde avec ce qui semblait être des fils invisibles. La fille à l'épée d'or était d'ailleurs de mèche avec celui-là, tandis qu'ils réussir par une autre manière tout aussi étrange à rejoindre l'homme qui avait glacé le sol. Ils s'activaient tous à survivre et, semblait-il récupérer la princesse tandis que moi j'étais là, inutile. Impensable, je ne pouvais laisser mon corps tomber ici sur le sable d'Alabasta. J'avais assez tardé à me montrer au grand jour, c'était le moment que je montre mon vrai visage.

- Yami no Bunshin disais-je d'un ton déterminé.

Aussitôt mon ombre s'était levé du sol pour apparaître à mes cotés, comme un second moi. La masse obscure tenait elle aussi une épée similaire à la mienne et je la contrôlais avec tant d'aisance qu'on aurait pu croire que c'était mon deuxième corps. Afin de contrer la formation des assaillants je partis dans un premier temps contre les premiers rangs des rebelles. Ma lame se fracassa contre des lances, de la chaire et des morceaux d'armures en fendant tout ce qu'elle effleurait. Puis, alors que les tireurs me prirent en ligne de mir, mon ombre sauta par dessus la ligne des insurgés et alla découper à tour de bras ces pauvres putchistes armés de fusils. Ils n'étaient absolument pas prêt pour combattre au corps à corps et ce double assaut en surpris plus d'un. Mon dédoublement avait complètement fonctionné et je faisais couler le sang de mes ennemis telle une rivières pourpre. Le sol de cette salle était d'ors et déjà maculé d'hémoglobine à cause des autres combattants qui m'entouraient, mais j'apportais là ma pierre à l'édifice. Je fendais à droite, à gauche et ce avec un rythme effréné. Ma vitesse d'exécution était grande et tous étaient entrain de comprendre pourquoi on me qualifiait de "démon", dommage que je ne puisse leur démontrer ma partie "noble".

Grâce à mes assauts couplés à ceux de mon alter égo obscure j'avais pu me frayait un chemin dans les lignes adversaires qui me permettait ainsi de "suivre" la direction de la princesse de ce pays. Bien qu'en réalité je n'avais aucun intérêt personnel à la prendre ne filature, je le devais de part ma mission et en plus rester immobile était le meilleur moyen de rendre l'âme dans de telles conditions.
Subitement j'esquiva un coup de sabre venant de droite, bloqua deux lames grâce à mon épée et sans que je n'ai le temps de réagir je pris une balle dans le flanc gauche.

- Arghhh... vous allez voir ! grognais-je tout en me ressaisissant.

Ils m'avaient mit hors de moi et cette blessure qu'ils m'avaient infligés, tous aussi faible étaient-ils, signa leur arrêt de mort.

- AKUMA NOOOOOO OKAMI gueulais-je.

Soudain mon ombre se divisa en une dizaine de masse obscures plus petites. Elles prenaient l'apparence d'une meute de loup et tous se mirent en action. Etant ainsi plus nombreux et pourtant tout aussi féroce, les bêtes attaquèrent de toutes parts les rebelles, me permettant ainsi d'avoir les flancs libre. Ils occupaient assez les insurgés en les mordant et en les attaquant pour que je puisse me concentrer sur ceux qui bouchaient la direction vers laquelle l'héritière se dirigeait.

Voyant que devant moi se dressait une nouvelle masse de soldat, je n'eu qu'une seule alternative possible.

- Shāpuna kokufū entonnais-je.

Sautant pour prendre un peu de hauteur, mon épée dans la main droite, je fis de nombreux gestes de coupe dans l'air. Instantanément ce fut 6 ou 7 lames d'airs qui foncèrent sur ceux qui me bouchaient le passage. L'attaque était terrible et en plus d'avoir largement tranché mes ennemis, avait soulevé un voile de poussière mélangé à du sable. Grâce à celui-ci je pourrais donc être légèrement masqué de mes adversaires. Droit devant moi la princesse courait, entouré par des gardes royaux. Elle n'était pas si loin mais je le savais, je n'étais pas au bout de mes peines pour arriver à sa hauteur.

Je n'étais plus aussi indulgent qu'au début, voyant que la situation empirait et que les rebelles étaient bien déterminé à ne faire aucun prisonniers, je ne pouvais que me battre. Seulement, je n'avais pas survécu dans le Nouveau Monde en y allant doucement. Je ne ménageais personne et ma lame avait déjà découpée pas mal de tête, amputé un bon nombre d'autres hommes et entaillés les autres. L'heure était grave et pour le bien de mes projets je n'allais pas m'éternisé sur cette foutue île.






Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 326
Date d'inscription : 22/08/2016
Age : 24

Feuille de personnage
Unité de Puissance (UP): 6111
Points de Technique (PT): 1079
Équipage:
Voir le profil de l'utilisateur




Kyû T. Kennedy
Dit "Le Prince des Monstres" | 70,000,000 Berrys
Lun 6 Fév - 1:02
De quel côté la justice était-elle ? Du côté des pirates qui protégeaient la princesse malgré leur statut de hors la loi ? Ou bien du côté de ceux qui ont manigancé tout ce cirque ? Détestant l'idée de rester les doigts croisés devant une scène aussi évidente, Kyû s'était bien décidé à combattre. Il était plus que logique de prendre du côté des faibles, et dans ce cas-ci, c'était la reine, le camp des faibles. Quant à sa situation actuelle, il était en effet bien embêté, devant combattre pas mal d'ennemis. Bien sûr, il n'était pas du tout impressionné, face à la puissance militaire de la Marine près de quoi il a grandis, cette armée n'était pas aussi effrayante. Cependant, pour lui, c'était aussi une question de fierté personnelle : Faire quelque chose qu'il avait le besoin de faire, quelque chose en écoutant son coeur et ses instincts !

Tandis que les soldats armés de lances lourdes lui foncèrent dessus, il tira donc en ripostant plusieurs lames de glaces, visant bien leurs jambes surtout, cette partie n'ayant pas d'armure lourde, question de mobilité, serait facile à détruire, mais surtout, le meurtre n'était pas son intention sauf s'il en était obligé. Loin était-il de s'imaginer à ce moment-là qu'il était bien loin d'être tiré d'affaires en raisonnant ainsi. Ayant fait tomber la première ligne de soldats, les suivants foncèrent tous droits sur lui. Esquivant agilement quelques coups, il se prit les suivantes dans divers parties pas très importantes du corps, avant de se reformer, mais beaucoup plus lentement. La glace ne pouvait pas simplement laisser passer un coup, elle devait se briser et se reformer, le ralentissant considérablement. Très vite, il se retrouvera encerclé et sa vitesse de transformation n'était plus assez grande, il perdait en efficacité pour tenir ces hommes. Hurlant d'un grand cri, digne d'un prince guerrier, il sortit sa lame personnelle, la déchaînant en utilisant la lame tourbillonnante, faisant valser la douzaine de soldats qui l'avait presque immobilisé à coup d'attaques.

Suite à cette attaque, il remarqua que les autres soldats se sont faits la mal par ce fameux pirate de l'équipage de Barbe Noire. Son pouvoir de contrôle sur les ombres était vraiment joli à voir, comme si l'obscurité était son élément. Il pouvait voir d'autres guerriers plus loin qui combattaient les rebelles sur le front, tandis que celui-ci était le seul près de lui. S'approchant alors de Ashikaga en ayant tranché d'autres soldats au passage, c'était le moment parfait de poser quelques questions.

Pourquoi est-il ici ? Il le saurait normalement, si Barbe Noire était derrière cette armée d'assassins, alors je devine d'avance qu'il n'a rien à faire là, dans ce cas, pourquoi protège-t-il la reine ? Est-il ici pour gagner des faveurs d'Alabasta ? Dans tous les cas, je vais devoir l'arrêter ou l'aider, prendre une décision, car peu importe où les pirates de Kurohige vont, ils n'y sont jamais pour le hasard des choses !

- Hey toi ! Pirate de l'empire Kurohige, je sais qui tu es, dis moi ce que tu fais ici ! Si ce ne sont pas tes alliés, alors t'as un but précis, n'est-ce pas ? Après tout, ce n'est certainement pas pour vendre du chocolat qu'un pirate de ton rang se retrouve en ces lieux !

Sur ces mots, il se plaça directement devant Ashikaga, lui bloquant le chemin par rapport à Vivi. Posant solidement ses jambes pour tenir en place, de la glace congela les parois des environs, faisant glisser certains rebelles, tout en propageant son élément et refroidissant l'ambiance. L'environnement n'était certainement pas à son avantage, il ne pourrait terraformer l'endroit et le transformer en permafrost comme dans une forêt par exemple, mais il pouvait néanmoins très bien s'en sortir à petite échelle et il savait que les ombres ne lui feraient aucun danger. D'autant plus que son obtention du Givro-Fruit grâce à Marshall D. Teach n'était pas non plus une histoire inconnue. Bien qu'il venait totalement de parler en montrant qu'il n'avait aucune allégeance envers ce dernier.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 82
Date d'inscription : 17/01/2017
Voir le profil de l'utilisateur




Maître de Jeu
Compte Administrateur
Mer 8 Fév - 3:44
#BEURGH !!!

Le bruyant vomissement de l’inconnu eut le don d’attirer l’attention de tout le monde, au point que pendant quelques secondes, tout le monde s’était figé. Plus particulièrement le blond aux cheveux longs avec sa grande épée vu que le curieux personnage s’appuya sur lui pour vomir encore une fois.

#BUUUUUUUURGH !!!

C’était vraiment dégoûtant… Quand il se redressa et s’essuya les babines avec sa manche, tout le monde put alors l’observer de haut en bas. Il s’agissait d’un homme à l’allure banale, même si ses cheveux mi-longs lui donnaient un petit air de samurai. Mais ses lunettes faisaient de lui un intello qui n’avait pas sa place dans un tel cadre.

— Bah alors Sensei ? Tu ne supportes pas la vue de quelques membres tranchés ? Faut grandir un peu dans la vie ! Ce n’est rien ça.

— Tout le monde n’a pas un estomac à toute épreuve comme toi, Lucius… J’en ai déjà vu plein des champs de bataille, mais c’est la première fois que je vois une telle barbarie… Il faut vraiment être un sauvage pour aimer découper les humains d’une telle façon !

— Vos gueules un peu vous deux, il faut s’y mettre, on a perdu trop d’unités là ! Vos ordres, Sensei ?

— Oui… Lucius, tu vas aller calmer les ardeurs du rouquin là bas. Même si ce sont nous les envahisseurs, je n’ai pas envie que des civils soient tués par erreur par ces bouchers, ou du moins traumatisés à vie en voyant ce massacre. Leonis, tu vas rester avec moi pour me servir de bouclier et Féline, tu… Mais, où est-elle passée ?

— Elle est partie attraper le fuyard Sensei ! Bon, je m’occupe de ma proie moi.

— D’accord…  C’est ce que je lui aurais dit de faire de toute façon. Soldats !! La cavalerie entre en action, veillez à nous aider sans nous gêner !


Il y avait donc bien un cerveau derrière toute cette stratégie dans la cour du palais et c’était ce vomito. Surnommé Sensei, ce stratège mercenaire s'était fait une petite renommée au cours des grandes batailles de ces dernières années. On l’appelle également le Méticuleux. C’est aussi un possesseur de fruit du démon qui détient le pouvoir du Mato Mato no mi. Il lui suffit de toucher une personne avec sa main gauche pour marquer sa cible et ainsi, tous les projectiles lancés avec son autre main se dirigent vers la victime comme s’ils étaient guidés par une main invisible.

Sensei:
 

Leonis est une ancienne membre du Cipher Pol qui a trahi le Gouvernement au pire moment possible : lors de la bataille de Water Seven ! Elle maitrise le Seimei Kikan, ou Résurrection, qui lui permet de contrôler ses longs cheveux à sa guise pour en faire une arme malléable et polyvalente mais surtout, très dangereuse.

Leonis:
 

Lucius est un bretteur hors pair gonflé aux stéroïdes. On raconte que c’est un des rares humains à supporter des pilules supposées convenir seulement aux Homme-Poissons. Celles-ci augmentent temporairement la force physique de leurs consommateurs au dépend de son espérance de vie. Le brun ténébreux a néanmoins réussi à ne pas devenir dépendant de cette drogue grâce à des doses plus restreintes. Il brandit une épée géante à la lame rectangulaire qui s’appelle Armageddon.

Lucius:
 

Féline, elle, est une jeune femme aux cheveux pourpres qui ne lâche jamais son fouet et qui porte toujours un uniforme d’officier, bien qu’elle l’ait arrangé à sa sauce… On raconte qu’elle a opté pour ce look depuis son séjour à Impel Down. Elle aussi faisait partie du Cipher Pol avant que la réputation de l’organisation secrète se fasse piétiner par l’Ordre Nouveau. Elle a tendance à torturer ses proies pour savourer leurs cris de douleur au lieu d’apaiser leur souffrance dans la mort.

Féline:
 

Elle était d’ailleurs déjà en action depuis un bon moment. Quand elle a vu qu’un des protagonistes un peu plus doué que le commun des mortels tentait de s’enfuir pour rejoindre la princesse, elle avait ignoré l’ordre du Sensei de rester en retrait et avait foncé vers le rouquin gringalet. Même avec son pouvoir offert par le Nikyu Nikyu no Mi, il ne pouvait pas rivaliser avec la célérité du Soru associé au Geppo de la tortionnaire. Pendant qu’il tentait de fuir, elle avait agrippé la cheville du lâche avec son fouet pour le rabattre à terre.

— Où tu crois aller comme ça, espèce de cloporte ! Je ne te laisserais pas t’échapper ! Tu vas subir le courroux de ma cravache…

Quoi qu’il tente, elle allait le remettre à sa place jusqu’à ce qu’il soit brisé mentalement et qu’il se mette à genou de lui même devant celle qu’il aura reconnu comme sa maîtresse. Pour l’heure, elle décocha un autre coup de fouet en plein sur sa joue juste après qu’il se soit relevé. Le faisant ainsi tourner sur lui-même, elle clôtura son entrée en scène par un coup de pied dans son entrejambe. Ne le laissant pas de répit dans son extrême douleur, elle lui agrippa le col et lui cracha ces mots :

— Ça c’est pour t’être enfui la queue entre les jambes.

►◄

Pendant ce temps, Lucius avait sprinté vers Alexander pour l’attaquer de front avec une bonne grosse attaque verticale descendante grâce à son énorme sabre. Après cela, il continua de le harceler de coups pour jauger son niveau. Un coup sur la gauche, un coup sur la droite, feinte de corps, demi tour sur lui-même et frappe monstrueuse !!

Après cet enchaînement qui avait duré quelques minutes tout de même, il avait bien jaugé son adversaire. Il s’était également rendu compte qu’il protégeait la blonde de toutes ses forces, et il trouvait ça cool. Par respect pour son code d’honneur, il n’allait pas profiter de ce point faible. Mais il n’allait pas non plus avoir l’extrême gentillesse de lui faire part de cette information.

— Tu te bats bien mais tu es moins doué que moi. Essaie tout de même d’être un bon divertissement, ok ? Je vais y aller à fond à partir de maintenant.

Il avait dit les choses franchement et avec le sourire. C’était sa façon d’être, et il le vivait bien. Propulsant une petite boule blanche dans les airs d’une pichenette, il la goba d’un coup et l’avala. De multiples veines dans ses yeux apparurent alors et son regard devint clairement celui d’un dangereux prédateur. Faisant face à son adversaire, une sorte de grognement s'échappait du fond de sa gorge. Il laissait les stéroïdes éveiller pleinement ses pulsions bestiales pour qu'elles l'envahissent peu à peu.

Prenant solidement appui sur ses jambes à tel point que les veines devenaient visibles, il se propulsa vers le pirate à une vitesse ahurissante. Celui-ci eut beau se protéger ses fils en défense de dernière minute, Lucius les trancha avec son sabre recouvert de Haki pour finalement repousser violemment Alex contre le mur le plus proche, tellement l’attaque était puissante.

►◄

Leonis, elle, faisait face à la blondinette sexy tout en restant proche du Sensei au cas où il aurait besoin de soutien. Mais celui-ci ne semblait pas encore s’être décidé à bouger. C’était l’occasion pour elle de s’amuser un peu.

— Tu t’habilles d’une façon bien provocante pour une femme. Tu te crois libérée, délivrée ? … Ca me plait ! J’aime celles qui n’ont pas froid aux yeux. Je pourrais même être tentée de te dévêtir encore plus. Ça serait trop sexyyyyyy… Je pourrais alors voir tes jolies courbes de porcelaine se glisser dans ce décor ensanglanté, ça serait teeeeeeeeelllement poétique !! Difficile de résister à un tableau aussi sublime. Je vais te peindre en milles couleurs, ma jolie toile. Avec mes gros pinceaux…

Ca y est, l’artiste « légèrement » folle était inspirée. Elle avait trouvé sa Muse. Elle commençait déjà à faire onduler ces longs cheveux blancs pour les agiter comme si elle peignait avec. C’était donc cela, les fameux pinceaux dont elle parlait. Et elle ne tarda pas à entamer son chef d'œuvre ! Envoyant par la pensée deux de ses mèches les plus épaisses en direction de la pirate, elle leur donnait une forme pointue qui était censée la perforer de plein fouet ! Mais attention, le véritable piège se trouvait sur les cotés, où des mèches plus fines et plus longues attendaient qu’elle esquive son attaque pour la capturer et la faire prisonnière de sa crinière immaculée.

►◄

Pendant ce temps, le fameux Sensei se faisait une petite partie de Shogi avec lui-même. Il s’était trouvé un endroit un peu plus tranquille où il pouvait voir tout le monde du coin de l’œil. Il attendait surtout de voir le dénouement de la confrontation entre le Marine et l’autre blondinet aux longs cheveux. S’ils ne se battaient pas entre eux, il serait bien obligé de s’y mettre lui aussi, bien que ça le fatigue rien qu’en y pensant. Sous ses airs de binoclard fragile, il était en vérité le plus fort du groupe. Même Lucius était considéré comme moins fort que lui. Après, cela ne se mesurait pas simplement en force physique bien sur. La force de chaque individu se situe dans plusieurs paramètres qui font de tout notre être une personne puissante et compétente. Sensei était doué dans la fourberie et l’opportunisme. Si bien qu’il attendait une ouverture dans la garde d’un des ennemis restants pour frapper.

Il avait bien compris qu’il y avait une certaine tension entre ces deux là et pourtant, s’ils voulaient le vaincre, ils seraient obligés de s’unir. Leur victoire était donc un doux rêve qu’ils pourraient faire une fois endormis dans la mort. C’était ce qu’il avait prévu depuis le début. Maintenant, ils étaient clairement dans une position défavorable. Le fait que l’un des deux possède les pouvoirs d’un logia n’y changeait pas grand-chose.

Finalement, ça y est, une opportunité se présenta, l’épéiste face au Marine baissa sa garde ! Sortant d’un coup plusieurs shurikens cachés dans ses manches, le Sensei envoya tous ses projectiles en l'air d’une façon un peu nonchalante, comme s’il les jetait vite fait histoire de retourner à son jeu de plateau. Malgré cela, les étoiles ninja continuèrent leur vol et se dirigèrent toutes vers celui qui s’appelle Ashikaga. En effet, en vomissant tout à l’heure, le stratège avait touché et marqué le pirate, si bien que dorénavant, tous les armes qu’il enverrait le prendrait pour cible…

Revenir en haut Aller en bas





Invité
Invité
Mer 8 Fév - 11:23

Le couple restait soudé malgré tout. Les événements ne tournaient pas en leur faveur, il y avait bien trop de soldats. Haylen ne savait plus où regarder puis son bel amant proposa de demander de l’aide à Kyû. Chose compliquée, elle lui devait déjà une fière chandelle et lui demander une nouvelle fois de l’aide ne serait pas approprié. Le plan était efficace pour fuir mais il fallait que ce soit aussi avantageux pour le capitaine de la Marine. La jeune femme réfléchit en même temps qu’elle s’approchait de Kyû pour lui parler d’un éventuel plan d’escapade. Hélas, sa marche se stoppa lorsqu’elle entendit un bruit infect. C’était celui d’une personne qui vomissait. Certes elle était médecin mais ce genre de chose restait écœurant pour tout le commun des mortels. Comment pouvait-on être aussi mal élevé ? Vomir en plein milieu d’une foule et faire un bruit infernal. Même les gardes étaient silencieux. La blonde en profita d’ailleurs pour en dégommer quelques uns mais un groupe d’inconnu se démarquèrent. Pas le temps de s’occuper de Kyû qui s’éloignait peu à peu du groupe.

Les nouveaux arrivants étaient étranges. Le trésor vivant avait la nette impression qu’ils n’étaient pas là pour les aider. Sa suspicion se confirma lorsque le plus costaud d’entre eux s’attaqua à Alexander. Il voulait certainement avoir un adversaire à sa hauteur. Le prince déchu était une montagne de muscle, il était impressionnant. Haylen ne s’inquiétait pas pour lui, elle savait qu’il était puissant et qu’il savait bien mieux qu’elle se battre. Il était à la fois son amant mais aussi son protecteur. Elle ne devait pas douter de ses capacités. La grande dame elle se fit accoster par une femme plutôt étrange. Cheveux long, style garçon manqué, légèrement élégante mais pas autant qu’elle. Haylen ne comprit pas de suite ce qu’elle lui voulait et s’en méfiait largement. Elle se contenta de la fixer méchamment en écoutant ses sottises. Elle écarquilla grandement les yeux lorsque cette étrangère lui dit qu’elle était vulgaire. Tout ce qu’il ne fallait pas dire à la blonde. Elle qui aimait tant être distinguée avec une touche d’érotisme pour être sexy. Il ne fallait pas abuser. Cette femme la dégoûtait. Haylen serra les dents tout le long de son monologue pour lui répondre calmement. Difficile pourtant de se retenir, cette femme allait bien finir par foutre la pirate dans une crise noire.

« Tu me débectes »


C’est bien la seule chose qui lui vint à la bouche pour répondre à sa future adversaire. Soudainement, l’inconnue commença à agiter sa longue chevelure. Haylen n’y comprenait rien, qu’est-ce qu’elle foutait cette tarée ? Les nerfs lui montaient de plus en plus. La blonde avait vraiment l’impression qu’on se fichait d’elle et ça n’allait pas se passer comme ça. Après tout cela, ladite Léonis envoya deux épaisses mèches de cheveux en direction de la grande dame. Cette dernière comprit qu’il s’agissait d’un assaut et se mit directement en position d’esquive. Elle réussit à esquiver une première mèche mais les gardes qui entouraient le groupe l’empêchèrent d’agir correctement. Elle trébucha alors une fraction de seconde et transforma son bras en or afin de se protéger de l’assaut. Du coin de l’œil, Haylen remarqua des mèches bien plus fines et bien plus longues qui se dirigeaient vers elle. Elle utilisa à nouveau son épée d’or et fit un mouvement circulaire afin d’en avoir le plus possible. Elle faucha au passage quelques soldats gênants. La blonde lança ensuite son épée massive sur son ennemie afin de l’attaquer à son tour gardant ainsi une certaine distance. Alors qu’elle voulu se rapprocher, une mèche de cheveu avait survécu à son attaque et s’enroula autours de sa cheville. Il fallait vite s’en débarrasser mais compliqué avec ce monde. Il fallait encore vider cette endroit pour s’en sortir plus facilement.

En attendant que son ennemie se mange l’épée en or, Haylen créa discrètement des aiguilles d’or par précaution qu’elle cacha dans une jarretière, sous sa jupe. Elle y mit discrètement son ingrédient secret afin que ses aiguilles deviennent paralysantes. La prochaine attaque était prête, il fallait désormais trouver le moment parfait et les garder bien au chaud en attendant.
Revenir en haut Aller en bas





Invité
Invité
Lun 13 Fév - 3:48




Révolte à Alabasta
Abattre le Fou du Roi






Notre héros voulait tenter quelque chose avec l'aide du soldat de la Marine. Il avait tenté une stratégie avec l'aide de sa partenaire comme intermédiaire. C'était vraiment rien de compliquer, mais tout n'allait pas se passer comme prévu. Alors que les cadavres commençaient à s'empiler à grande vitesse, un homme dégobilla ses tripes sur les pavés. Il n'avait certainement pas l'habitude de siéger au beau milieu d'un champ-de-bataille. Néanmoins, les choses s'enchainèrent assez rapidement après cet évènement. Ce type maigrichon, c'était le cerveau de toute cet armada. Il ne fallait surtout pas le prendre à la légère, de plus, d'autres grands acteurs de la troupe entrèrent en scène. Alex restait toujours dans le sillage de l'infirmière, c'était son rôle de la protéger. Hélas, il ne pourrait pas toujours être là, mais la demoiselle savait maintenant se défendre toute seule. Plusieurs hommes s'étaient démarqués dans la cour, et tout le monde avait son propre adversaire personnalisé. Alexander avait fait un peu de dégâts avec ses fils, il était également devenu une simple. Il fut accueilli par un épéiste. Il arborait une épée rectangulaire et son corps était sculpté dans un bloc de granite. Sa force physique ne serait pas à négliger, Hansel devait rester prudent.


L'homme passa immédiatement à l'action, il n'était pas là pour faire dans la demi-mesure. Il envoyait son épée dans tous les sens et attaqua à plusieurs reprises notre héros. Wolfmann pouvait aisément suivre les mouvements du sabreur. Ses fils lui offraient une grande protection contre ce genre d'ennemi. L'homme n'attaquait qu'au corps à corps et avec une lame unique. Il devait tout de même garder à l'esprit la possibilité d'une lame d'air. Après quelques minutes de défense, notre homme réussit à tenir tête au mercenaire, mais l'homme n'avait pas dit son dernier mot. Un sourire narquois se dessina sur ses lèvres avant que celles-ci ne s'ouvrent pour avaler une pilule blanchâtre. Soudainement, le corps de l'individu explosa d'une énorme dose de testostérone. Alex n'avait encore jamais vu cela, mais cette fois-ci, l'assaut serait différent. L'homme surgit sur lui à une vitesse déconcertante. Tout son corps transpirait la bestialité. Ses muscles étaient gonflés à faire rompre son épiderme et son organisme était parsemé de veines visibles. Son anatomie était poussée à son paroxysme et son côté bestial le rendait encore plus imprévisible. Hansel usa de ses fils pour bloquer son avancée, ce fut totalement inutile. Le mercenaire trancha les fils à l'aide de son sabre et envoya valser notre héros au loin. Wolfmann finit sa course dans un mur avoisinant. Le choc lui avait coupé le souffle et sa tête tournait affreusement, il perdait un peu de sang de son cuir chevelu. Pourtant, un sourire se forma sur son visage. Alex souriait à son ennemi du jour. Il était content de rencontrer un tel adversaire, il allait pouvoir laisser place à ses pulsions les plus sombres. Un homme n'avait pas besoin de pilule pour prendre l'apparence d'une bête, il allait promptement lui monter pourquoi on le nommait "la bête écarlate".





Des veines apparurent sur le front de notre prince et il sortit du mur sans trop de peine. Il fit craquer sa nuque et s'étira quelques secondes. Il fixait son adversaire du regard, il n'allait pas le perdre de vue. Il bougea ses doigts et lança ses fils dans tous les sens. Il sentait la joie se mêler à son excitation naissante. La colère bouillonnait dans son estomac et de l'adrénaline commençait à enivrer ses muscles. L'excitation d'un combat à mort, il n'avait plus senti cela depuis fort longtemps. Depuis sa rencontre avec la dame, depuis ce jour dans cette banque, ce jour où il était devenu quelqu'un d'autre. L'épéiste lui faisait face, il était plus que compétent et il devait grandement penser avant d'agir. Cet homme devait le surpasser dans la maitrise des fluides, il devrait être très prudent. Il lança ses fils dans sa direction et l'homme se contenta de les esquiver ou des les contrer avec son épée. Alex était en train de jauger légèrement les capacités de son adversaire. Il ne savait pas à quoi s'attendre contre un tel type, surtout depuis sa prise de drogue stimulante.


« Merci de m'offrir un combat digne de ce nom ! »


Alexander lança ses fils en direction du combattant. On pouvait facilement entendre leur progression dans le vent, car ils émettaient un léger sifflement. Alex ne misait rien sur cette technique, car le réel danger venait d'en haut. Il avait lancé des fils ascendant, qui viendrait se planter comme des stalactites sur sa cible. Il ne pouvait garantir la réussite de cette offensive, mais son premier assaut était combiné avec le second, ce n'était qu'un leurre.



------------------------------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 199
Date d'inscription : 22/11/2016
Age : 22
Localisation : Blblblbl.

Feuille de personnage
Unité de Puissance (UP): 4974
Points de Technique (PT): 763
Équipage: Les Pirates d'Opale
Voir le profil de l'utilisateur




Alazario Benvenga
Dit "Petit ours" | 65,000,000 Berrys
Lun 13 Fév - 20:24
Alazario filait dans une comète au-dessus du sol à toute vitesse, confiant, en direction de la Princesse. Qui aurait pu imaginer à ce moment-ci, à ce moment précis, que quelqu'un aurait pu l'arrêter, certainement pas notre Pirate qui s'était enfermé dans une grossière erreur de jugement, dans la certitude qu'aucun soldats en bas ne valaient la peine de perdre du temps à l'écraser.
Il fut donc le premier surpris lorsqu'il sentit quelque chose s'enrouler à sa cheville droite, à la manière d'un serpent, de manière nettement plus sèche du moins, puis il sentit cette force de traction, trop rapide, trop soudain, il n'avait pas eu le temps d'assimiler l'information assez vite pour écraser cette force de traction ridicule avec les pouvoirs de son fruit du démon, quoi qu'il en soit, Alazario fut lourdement écrasé au sol, soulevant par la même occasion un nuage de poussière autour de lui, tandis que son adversaire désignée s'exclamait sur un air vicieux.


« Où tu crois aller comme ça, espèce de cloporte ! Je ne te laisserais pas t’échapper ! Tu vas subir le courroux de ma cravache… »


Alazario profitait du moment de répit pour se redresser lentement, et s'épousseter un peu afin d'entretenir son impeccable apparence, alors que le regard du Pirate se dressait peu à peu sur son adversaire, à peine eut-il le temps de poser son regard sur la femme tout aussi rousse que lui, que le fouet de celle-ci vint claquer violemment sur la joue du Pirate au sourire de serpent, assez violemment pour faire couler de son précieux sang, assez violemment pour le faire se retourner. Si l'on observait le visage d'Alazario il ne traduisait pas un visage de douleur, bien au contraire, il affichait un visage de plaisir, d'excitation, comme enchanté, comme si cette combattante le sortait d'un ennui profond ou d'un sommeil existentiel.
Cette phase de jubilation fut vite rattrapée par une exquise douleur, un coup de pied habilement placé au niveau de son entrejambe, lui faisant lâcher un râle de douleur, le faisant serrer les poings.







« Ça c’est pour t’être enfui la queue entre les jambes. »


Peut-être était-ce une bonne idée lorsque l'on ne considérait que la perspective de la douleur, oui, en effet, le coup était douloureux et même au-delà, néanmoins, si l'on prenait en compte l'aspect stratégique de la situation, c'était là un geste extrêmement stupide, et même au-delà, l'ex-membre du CP venait de s'exposer gratuitement à une contre offensive, néanmoins, celle-ci userait surtout de sa célérité supérieure pour s'échapper, tout s'était très rapidement dessiné et coordonné dans l'esprit de notre Pirate, qui, heureusement, était doué d'un réel instinct analytique lorsqu'il s'agissait de combat.


Chaque geste, chaque mouvement était prévus et tout se passerait à grande vitesse, Alazario commençait par se retourner, dans un mouvement rapide et vif, agressif et bestial, la paume des mains ouvertes prêtes à surgir, évidemment la réaction logique pour la demoiselle était de commencer par reculer pour ne plus être à portée des mains du Pirate, ce qu'elle fit d'un rapide bond, prévisible, et si celle-ci n'aurait pas bougée elle ce serait exposée à une attaque dévastatrice de plein fouet, en parlant de fouet justement, le réel problème de sa formation était qu'en reculant rapidement, le fouet, lui traînait toujours au vent, et resterait plus longtemps à porter de main d'Alazario que le corps de l'ex membre du CP elle-même.


Le Capitaine Pirate piétina lourdement le fouet, qui serpentait au sol, du pied gauche, stoppant ainsi le bond défensif de son opposante. Tandis que les bras du Roux s'armaient en arrière comme préparant une attaque, celle-ci se retournait en effectuant un mouvement de poignet de la main qui tenait le fouet.


« Soplido ! »
« Prends ça ! »


Alazario frappa dans ses mains, compressant l'air qui se trouvait entre celles-ci pour le projeter à toute vitesse, comme un canon à air compressé, vers son adversaire, qui, de toute évidence, passait également à l'offensive, en effet, son mouvement de fouet avait permis à celle-ci d'emprisonner à nouveau le pied du Capitaine Pirate, celui qui avait stoppé le pied, l'Agent fut repoussée avec violence par le canon gazeux qu'elle venait de se prendre de plein fouet, mais le fait qu'Alazario soit entraîné avec elle empêcherait au mains de celui-ci de contre-attaquer, sans parler du fait que la crâne du Pirate fut cogné et traîne avec violence au sol, ce qui fit couler son sang en abondance à partir de l'arrière de son crâne.


Néanmoins pendant le vol des deux, qui était tout de même bref, Alazario avait encore quelque chose à portée de ses mains, quelque chose qui lui permettrait de reprendre le dessus, en effet, si nous considérons les positions de chaque, la Femme venait d'être repoussée et sans doute prit de surprise, de plus le fait qu'Alazario soit dans cette position pouvait lui offrir un sentiment de sécurité temporaire, en revanche, Alazario plaqua lourdement dans mains au sol pour se repousser lui-même dans les airs, se servant de son accroche via le fouet, pour, dans les faits, plonger à très grande vitesse dans les airs et retomber lourdement vers le corps de la femme, et c'est ce qu'il se passa. La chute de la femme commençait à prendre fin et Alazario se retrouvait au dessus d'elle, dans les airs, la tête en avant et les bras armés pour repousser le corps de la pauvre femme avec une violence surhumaine et inouïe dans le sol, celle-ci, en ouvrant les yeux, découvrait peu à peu le spectacle qui se dessinait peu à peu, à savoir les mains du Pirate qui s'approchaient dangereusement et ce à grande vitesse, les bras couverts du Haki de l'armement…


« Clave ! »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 60
Date d'inscription : 19/10/2016

Feuille de personnage
Unité de Puissance (UP): 4111
Points de Technique (PT): 182
Équipage: Les Profanateurs - Kurohige
Voir le profil de l'utilisateur




Ashikaga Masamune
Dit "le démon jaune" | Corsaire
Ven 17 Fév - 9:35


Prémices de l'alliance rosé !


Après avoir largement démontré mes capacités aux yeux de tous, je fonçais droit vers la princesse de se Royaume. Si une telle révolte était possible alors c'était que les forces en place n'était plus que l'ombre d'elles-même. En temps normal aucun royaume ne devrait pouvoir subir une telle attaque, surtout en ces lieux. Lors d'une passation de pouvoir chacun sait qu'un pays est en position de faiblesse mais de là devenir si vulnérable ce n'est pas possible. Encore une fois, je pouvais m'apercevoir que l'effectifs des assaillants grossissait de minutes en minutes. Bien que mes capacités et celles des autres guerriers puissants étaient fabuleuses, leur nombre était bien trop important. Au bout d'un moment, nous serions forcément dans une impasse.
Si seulement j'avais pu prévoir une attaque d'une telle ampleur, je l'aurais sans nul doute endigué avant que nous en soyons là. Avec mes effectifs et les atouts de Barsaka nous aurions pu réduire cette petite armée d'insurgé en poussière. Ou plus précisément en esclaves zombies. Enfin, le projet "Z army" aura de toute manière le temps de fleurir en temps voulu. Pour l'instant nous sommes en repérage car j'ai eu vent d'une information capitale. Selon les dires, il y aura ici quelque chose qui nous informerait de la position d'une des Armes Antiques. Avec une telle puissance de feu à mon actif je pourrais renverser le monde sans soucis. Prendre la place d'un Yonko ne serait plus si ardu, mais là encore je ne me faisais pas non plus trop d'idées.

Je continuais à me diriger vers la princesse quand, soudain le soldat de la Marine apparut devant moi. Il se crampa au sol, semblant solide comme un roc pour me boucher le passage. Puis, il s'adressa à moi pour en savoir un peu plus sur mes intentions.

- Oh bonjour ! Bien évidemment je ne suis pas entouré de mes alliés ici et oui j'ai un but, mais ne t'en fais pas Kurohige ni est pour rien ! Je ne te veux rien soldat alors au lieu de me boucher le passage, réduisons les rebelles à néant ! répondais-je à mon interlocuteur.

Je sentais la fraîcheur émanant du gradé de la Marine. Le froid me plaisait plus que la chaleur écrasante de ces lieux et je m'en délectais. En fait, depuis mes années passées au sein d'Impel Down au 5e sous-sol, je ne craignais plus le froid. Celui-ci faisait d'ailleurs presque partie de moi et donc, je m'y plaisais. A vrai dire, j'aurais bien aimé que mon futur QG se trouve sur une île glacière.

Je divaguais dans mes pensées quand soudain j'entendis un bruit dégoûtant. Je tourna ma tête vers la gauche et soudain je vis un homme s'appuyant sur moi et vomissant ses tripes. Je fus surpris et m'écarta aussitôt. Je ne pouvais croire qu'un homme avait pu passé aussi inaperçu, j'étais un homme prévoyant mais celui là devait être terriblement puissant pour pouvoir faire cela. Il était accompagné d'une sorte d'équipe de combattant. A en croire leur parole, ils avaient l'air d'être les dirigeants de cette armée. Celui qui vomissait était appelé "Sensei" et donc j'en déduisais qu'il était le chef du groupe. Il ne paraissait pourtant pas très dangereux, mais il ne fallait jamais se fier aux apparences.
Puis subitement il donna ses ordres et l'un de ses hommes partit automatiquement en direction de l'homme qui découpait tout sur son passage. Celui qui était avec la blonde à l'épée d'or se voyait donc face à un combattant semblant très puissant. En fait, l'ensemble de la sorte d'escouade s'était déployée très rapidement pour nous affronter. Je le savais, ils étaient très puissant et semblait-il que certain l'était bien plus que moi.
Toujours avec le gradé à mes cotés, je lui expliquais un seconde fois mon point de vu.

- Il nous faut sortir de là, si tu veux m'attraper c'est comme tu veux ... possesseur du Hie Hie no mi ! J'ai entendu parlé de toi eheh ! disais-je à mon interlocuteur. Celui qui nous fait face semble être le chef, soyons vigil..... un râle de douleur termina ma phrase sans que je pu la mener à son terme.

A cet instant précis, une flopée de shuriken venait de me foncer dessus et les deux premiers de la slave s'étaient plantés dans mon bras gauche. Je pu bloquer les autres grâce à mon épée, mais indéniablement il était trop tard. Je saignais et les étoiles d'acier étaient bien incrustées dans ma chaire. Bien évidemment les premières questions qui m'étaient venues en tête étaient: quand et comment. Mais forcément je n'avais pas le temps de tergiverser. Ainsi, sans attendre mon homologue de la Marine je pris les devants. Cet homme qui était la tête pensante des assaillants ne pouvait s'en tirer si facilement. Je claquais des doigts et aussitôt mes loups d'ombres foncèrent de toutes leurs forces vers le petit binoclard. Laissant ainsi les soldats rebelles tranquille, ceux-ci ne vinrent pourtant pas nous attaquer dans le dos car ils craignaient surement la force de leur leader.
Mes familiers façonnés grâce à mes capacités attaquèrent donc celui qu'ils appelaient "Sensei" tous crocs et griffes sorties. Ainsi, une dizaine de bêtes obscures le harcelèrent. Je le savais, ça n'allait pas lui donner trop de mal mais au moins, je pourrais pendant ce temps chercher un plan et préparer mes coups. D'ailleurs, c'est d'ors et déjà ce que je faisais, les plans filant dans ma tête.



HRP:
 




Revenir en haut Aller en bas
EVENT ✖ « Révolte à Alabasta » A
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» EVENT ✖ « Révolte à Alabasta » B
» Un vent de révolte chez nos frères Mapuches ?
» event coupe du monde la semaine prochaine
» [Tori] - Event - A l'Abri des Masques
» [Fiche d'île] Royaume d'Alabasta

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: The Story :: Grandline - Paradise :: Alabasta Kingdom :: Palais des Nefeltari :: La Cour-
Sauter vers: