AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

 :: The Story :: Calm Belt & Red Line Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

« Infiltration, Alcool et Carnage » feat. Aki

avatar
Messages : 191
Date d'inscription : 28/12/2016

Feuille de personnage
Unité de Puissance (UP): 3909
Points de Technique (PT): 53
Équipage:
Voir le profil de l'utilisateur




Pan D. Monium
Dit "Le Roi Déchu" | Colonel de la Marine
Mar 10 Jan - 13:37

Cela faisait maintenant quelques années que Pan s’était enrôlé dans la Marine. Au début c’était laborieux, il n’avait jamais passé le balai ni nettoyer quoi que ce soit pendant son enfance au palais. Servir de larbin lui avait appris l’humilité. Heureusement qu’il avait cette puissante envie de vengeance en lui sinon il aurait abandonné depuis longtemps. Après, il s’était découvert un certain penchant pour l’autre coté du pouvoir, faire partie de la main d’œuvre. Au lieu de donner des ordres et d’endosser toutes les responsabilités de nos décisions, juste se contenter d’obéir. C’était une sorte de libération pour lui qui devait toujours porter le poids de son royaume sur ses épaules à l'époque. Cet état d’esprit l’a aidé à supporter toutes les taches ingrates qu’on lui faisait faire au sein de la Marine.

Mais ce qu’il appréciait plus que tout, c’était que personne ne faisait de discrimination par rapport à son albinisme. Les chefs lui gueulaient dessus comme tous les autres et les soldats reconnaissaient sa valeur selon ses actions. Il avait suffit à Pan de faire ses preuves au combat pour que les autres ignorent ses cheveux blancs et ses yeux rouges et l’intègre dans cette grande famille de délaissés qu’était la Marine.

Il y avait tout de même un hic. A cause de sa vengeance, il acceptait de blesser autrui au cours des combats alors que toute sa vie il avait appris à favoriser la paix et à chercher l’harmonie, autant dans son propre corps qu’autour de lui. Et cette façon de faire le bridait inconsciemment. A force, il s’en rendit compte. C’est pourquoi il fit plus d’efforts pour monter en grade. Maintenant, il était Colonel et grâce à cela il pouvait se battre comme il le souhaitait. Même si ce n’était pas encore la symbiose comme à l’époque où il était prince, il était plus à l’aise dans son style de combat.

Seulement, à chaque fois qu’il faisait face aux membres de l’équipage de Barbe Noire, le Roi déchu oubliait tous ses principes ainsi que sa mentalité de pacifique pour devenir un vrai sadique. Heureusement pour aujourd’hui, il n’était pas question de rencontrer ces gens là. Il était simplement parti en reconnaissance sur une île du gouvernement sur Calm Belt pour vérifier leurs informations comme quoi des adeptes du Nouvel Ordre s’y étaient infiltrés.

Cette fameuse île était le lieu de détente idéal pour tous les alcooliques du Gouvernement puisque les célèbres brasseries qui s’y trouvaient avaient atteint le statut de légendes. Même si le reste de cette petite île n’était pas intéressant vu qu’il n’y avait que des champs et des forets, ponctués de quelques fermes ça et là, au moins dans les gros villages il régnait une ambiance festive permanente. Tout le monde était toujours bourré là bas. Recueillir des infos allait être aisé.

Ils venaient d’accoster. Attendant les ordres de son supérieur le Contre-Amiral Soul, le Colonel Monium envoya quelques Feux follets en éclaireurs. Il avait pris cette habitude à chaque nouvelle île qu’il visitait, ça l’aidait beaucoup non seulement pour se repérer mais aussi pour anticiper les attaques ou pour grappiller la moindre info à portée d'oreilles.

– Rien à signaler pour l’instant, la voie est libre jusqu’au village, chef.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 62
Date d'inscription : 19/12/2016

Feuille de personnage
Unité de Puissance (UP): 4319
Points de Technique (PT): 40
Équipage:
Voir le profil de l'utilisateur




Aki D. Soul
Dit "l'éclair noir"
Mar 24 Jan - 17:58

« Infiltration, Alcool et Carnage »





 A ta santé JackLe retour en force de la véritable justice et de la paix, tels étaient les objectifs de Aki depuis le tout début. Lui qui avait pu voir de ses propres yeux ce renversement de pouvoir et les dommages de celui-ci était des plus concerné. Lui qui avait tant perdu et qui continuait malgré tout de voguer sur les mers sous la bannière résistance de la Marine savait qu’un jour il obtiendrait ce qu’il était venu chercher. Il faut dire que les derniers mois n’avaient pas été tout repos pour lui et son équipage, traversant les blues et autres mers à la recherche des adeptes du Nouvel ordre et de la reconquête de certaines îles. C’est d’ailleurs grâce à sa persévérance et l’aide d’autres membres de la Marine qu’il était tombé sur une information forte intéressante.

Il existait une île sur Calm Belt, une île plutôt calme et loin de tout conflit à première vue sur laquelle se seraient infiltrés plusieurs membres du Nouvel ordre. Il y voyait là un affront de plus et une chance de les affaiblir davantage avant le grand combat qui lui semblait inévitable s’il espérait voir la paix revenir un bon jour dans ce bas monde. Mais sa décision de se rendre sur place n’avait pas été prise en un jour, il y avait songé encore et encore tout en pesant le pour et le contre dès qu’il le pouvait. Ses pensées le hantaient et il commençait même à en perdre le sommeil, chose plutôt habituelle pour lui qui revivait parfois quelques scènes de son passé avec horreur. Une semaine… Tel était le temps de torture qu’il s’était imposé avant de prendre la décision de se rendre lui-même en ce lieu…

Bien que son choix lui eût déjà demandé un certain temps, le Contre-Amiral avait laissé plusieurs options avant de le confirmer pour de bon. Il irait certainement, mais pas seul. Le risque d’embuscade et d’emportement de sa part était trop grand, pour prévoir les risques il souhaitait la compagnie d’un autre agent au cv aussi blanc que le sien. Quelqu’un de confiance donc avec des similitudes caractérielles dans le meilleur des cas, ce profil il le retrouva par chance chez un colonel de la Marine. Pan D. Monium… Il lui était inconnu au bataillon, mais les rapports de missions et son test comportemental collait avec le sien. Une recrue de premier choix qui représentait lui aussi l’avenir de la Marine, un tel profil ne l’avait pas laissé indifférent. C’était donc naturellement qu’il lui avait demandé son aide si la mission l’intéressait bien évidemment. Une bonne surprise pour le Contre-Amiral qui lui donnait alors rendez-vous sur le fameux lieu-dit quelques jours plus tard.

Naviguer sur Calm Belt n’était pas une mince affaire, même pour la Marine. Bien que le granit marin sous les coques des navires éloignât les monstres marins, certains tentaient leur chance pour déguster du Marine fraîchement sorti de la caserne. Pour cela et en prenant conscience qu’un potentiel combat pourrait se dérouler sur la petite île, Aki était parti avec ce qu’il fallait en puissance de feu pour prévenir de ses dangers qu’il redoutait depuis le début. En revanche faire parler les civils et ceux qu’ils cachaient lui semblait être une véritable promenade, sa réputation et son approche aussi froide qu’un iceberg étaient de véritables atouts pour lui et il savait en jouer. Une bande de péquenots amateurs de picoles n’allaient pas se mettre sur son chemin pour bien longtemps, cela il en était déjà persuadé avant même d’atteindre la rive.

Une fois les navires rassemblés les unités se formaient et après de brèves salutations le Colonel et le Contre-Amiral posaient pied à terre. L’endroit était calme et pratiquement désert ou seul le bruit de quelques festivités au loin résonnaient dans les alentours. Ce calme Aki ne l’aimait guère, il voyait cela comme un mauvais signe depuis toujours. Ne voulant affoler les autres il restait cependant de marbre et silencieux tout en laissant le Colonel lancer ses éclaireurs fantômes pendant qu’il analysait la carte des lieux et des cachettes possibles pour une embuscade. Il valait mieux être un peu trop prévoyant plutôt que de finir au cimetière avant d’avoir atteint son véritable objectif. Une fois la carte mémorisée et les lieux repérés, le membre de la Marine s’approchait de son compagnon d’arme pour mieux entendre ce qu’il avait à dire.

– Rien à signaler pour l’instant, la voie est libre jusqu’au village, chef.

« Parfait… Allons y tous les deux et en cas de problème je projetterais un morceau de lave dans le ciel pour prévenir nos hommes de nous rejoindre. Une unité entière risquerait de faire fuir nos proies un peu trop tôt à mon avis…. »

Laissant son grand manteau de Contre-Amiral auprès de son bras droit habituel, Aki décidait d’avancer prudemment sous l’allure d’un jeune voyageur venant visiter cette île avant de regagner son pays. La couverture semblait idéale pour camoufler la véritable identité des deux jeunes hommes et faire délier les langues plus facilement sans éveiller les soupçons. Avec un peu de chance on irait peut-être les prendre pour de futurs recrus pour le nouvel ordre et les guiderons jusqu’à ceux qu’ils traquaient encore plus rapidement. Cela restait qu’une illusion de la situation parfaite dans un monde parfait bien entendu, mais Aki aimait se laisser aller de temps en temps et positiver les choses ainsi.


 
© Asaëlle

 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 191
Date d'inscription : 28/12/2016

Feuille de personnage
Unité de Puissance (UP): 3909
Points de Technique (PT): 53
Équipage:
Voir le profil de l'utilisateur




Pan D. Monium
Dit "Le Roi Déchu" | Colonel de la Marine
Dim 29 Jan - 23:56
C’était agréable de se promener sur une ile aussi rurale, ça lui changeait des bases de la Marine et leurs ensembles blanc, bleu et gris, qui avaient tendance à le rendre claustro. Son île natale était très rurale elle aussi. Un brin de nostalgie l’envahissait donc, tout naturellement. Mais pas suffisamment pour le déconcentrer dans sa mission. On ne sait jamais sur quoi on va tomber. Il avait beau quadriller le périmètre avec ses feux follets, ces derniers n’étaient pas non plus omnipotents. Il y avait des coins d’ombre dans sa surveillance spectrale. Pas celle qui était proche de lui mais dans celle plus étendue. Et puis, ce n’était jamais bon de trop se reposer sur ses pouvoirs. S’il avait bien compris une leçon importante dans la vie, c’était de toujours rester aux aguets, même quand il n’y avait apparemment aucune source d’ennui à l’horizon.

Après, il n’y avait pas de quoi s’affoler non plus, le Contre-amiral possédait le pouvoir de la lave, comme il venait de le repréciser. Un logia, ce n’était pas anodin. Son grade en révélait beaucoup sur sa puissance. Avec lui, l’albinos était sûr d’avoir un allié de poids. Bon, leur mission demandait plus de discrétion que de puissance, mais on ne savait jamais comment les évènements pouvaient tourner. Parfois, il suffit de peu pour que tout explose.

Au moins, ils étaient tous les deux prêts à s’infiltrer dans le village. Pan avait comme toujours son grand manteau sombre qui recouvrait son corps. Avec sa tête et cette tenue, il était sur de ne pas être pris pour un membre de la Marine. Au contraire, il avait peur de les effrayer… Ce n’était surement pas en pleine descente de bière que les joyeux lurons s’attendraient à voir un inconnu aux yeux de démon se pointer. C’était le genre de surprise qui pouvait faire speeder, ils se croiraient alors dans un cauchemar ou en pleine hallu. Ou bien, ils pouvaient aussi s’en foutre et lui parler comme à n’importe qui. C'était bien connu que ceux qui boivent sont accueillants et chaleureux ! Il appréhendait un peu du coup mais bon, une mission était une mission, il devait la remplir en s’adaptant.

Ils approchaient du village. Les rires et les bruits de verres cassés se trouvaient à portée d’oreille. Maintenant, il fallait décider d’une approche. La jouer fine en se faisant passer pour des mecs lambdas qui veulent eux aussi se bourrer la gueule ou la jouer rentre dedans ? Il fallait demander au boss.

— Nous voilà arrivé. Comment vous comptez procéder pour trouver les gradés de la Révolution ? En buvant nous aussi jusqu’à ce qu’on tombe sur une langue bien pendue ? Ca nous permettrait de s’enjailler un peu. Ou alors on crame tout et on ramasse les morceaux ? C’est votre pouvoir, votre responsabilité. Il y a aussi l’alternative attentat chimique. On nous a donné ce prototype de sérum créé par les sbires du Docteur Vegapunk. Sachant que ce n’est pas lui en personne qui s’est occupé de la conception du truc, je n’ai pas pleinement confiance en ce système je vous avoue. On peut l’utiliser en dernier recours à la limite. Et tenter notre chance en buvant un verre ou deux pour se fondre dans la masse !

Alors que le Contre-amiral lui répondait, un pan de clôture se fracassa juste à coté d’eux. Avec deux énergumènes accolés l’un à l’autre allongés dessus. Visiblement ils venaient de la faire tomber en riant. Mais du coup, ils venaient de voir les Marines à genoux en train de comploter dans leur coin. Comment allaient-ils s’en sortir ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 62
Date d'inscription : 19/12/2016

Feuille de personnage
Unité de Puissance (UP): 4319
Points de Technique (PT): 40
Équipage:
Voir le profil de l'utilisateur




Aki D. Soul
Dit "l'éclair noir"
Lun 30 Jan - 22:41

« Infiltration, Alcool et Carnage »





En route ! La situation était paisible et pourtant si étrange pour Aki, il ne savait se souvenir de la dernière fois où il avait passé un moment si calme. Le silence et l’absence de population sur leur chemin était pour lui une véritable bénédiction. En oubliant presque la présence de son compagnon d’arme, le Contre-Amiral se contentait de profiter de la légère brise qui soufflait contre ses cheveux et son visage tout en appréciant le fait d’être de nouveau sur la terre ferme. L’époque des combats infernaux et cruelles semblait si loin à ce moment précis de son voyage, même s’il ne pouvait s’empêcher de penser à la raison de sa venue en ce pays inconnu de tous ou presque.

Le membre de la Marine était conscient que la réussite de cette mission ne dépendrait pas de celui qui en tuera le plus ou qui fera le plus mal à l’ennemi, seule la discrétion et l’intelligence leurs donneraient la victoire. Un challenge nouveau et intéressant pour lui qui ne demandait qu’à tester cette façon de faire et autrefois réservé aux chiens du gouvernement mondial qu’il était loin de porter dans son cœur. À ses yeux ils étaient aussi nuisibles que le nouvel ordre, des chiens servants les dragons célestes tout en se moquant de la véritable paix et de la justice en ce bas monde. Si les choses ne tenaient qu’à lui le Contre-Amiral prendrait le contrôle de Marijoa pour laisser la Marine prendre les commandes et instaurer un régime solide et fiable pour tous. Mais l’heure n’était pas encore prompte à ce genre de réflexions, la réalité et la raison de sa venue venaient le ramener à lui plus vite que prévu.

Le silence et le calme si précieux de cet endroit étaient doucement brisés par le brouhaha qui venait de la petite ville. L’ambiance semblait festive à en croire les tonalités qui en ressortaient, des bruits de verre brisé et de cris de joie. Avait-on oublié de lui dire qu’il allait devoir assister au mariage d’un supérieur ? Voilà la première pensée ironique qui lui était venue à l’esprit en entendant tout ce tintamarre infernal pour son ouïe. Par chance celui qui était venu à ses côtés venait camoufler légèrement ce vacarme en s’adressant à lui directement, accroupi comme deux voleurs de bas étages préparant un nouveau coup pour une caisse de pommes. L’heure était à la stratégie désormais et ils savaient qu’ils allaient tout d’abord devoir compter l’un sur l’autre pour que tout ceci réussisse au mieux et au plus vite.

— Nous voilà arrivé. Comment vous comptez procéder pour trouver les gradés de la Révolution ? En buvant nous aussi jusqu’à ce qu’on tombe sur une langue bien pendue ? Ca nous permettrait de s’enjailler un peu. Ou alors on crame tout et on ramasse les morceaux ? C’est votre pouvoir, votre responsabilité. Il y a aussi l’alternative attentat chimique. On nous a donné ce prototype de sérum créé par les sbires du Docteur Vegapunk. Sachant que ce n’est pas lui en personne qui s’est occupé de la conception du truc, je n’ai pas pleinement confiance en ce système je vous avoue. On peut l’utiliser en dernier recours à la limite. Et tenter notre chance en buvant un verre ou deux pour se fondre dans la masse !

Aki ne pouvait s’empêcher de lui lâcher un léger sourire de satisfaction, il était heureux et rassuré de voir que Pan prenait des initiatives tout en prenant en compte la totalité des possibilités avant de passer à l’action. Une qualité qui faisait de lui un membre prometteur de la Marine, il regrettait simplement que ce genre de personnage soit si rare en ses temps difficiles pour eux tous. Agréant d’un signe de la tête, le Contre-Amiral réfléchissait un instant avant de prendre sa décision avec sagesse.

« Félicitations Pan, ta réflexion est digne d’un haut gradé je dois dire ! Sache que j’ai depuis longtemps mis mon pouvoir au service de la justice et que je ne vais pas prendre le risque de tuer des innocents sans une raison valable…. Garde l’idée de ce produit pour plus tard, nous allons d’abord tenter de nous mêler à la fou… »

Alors qu’il s’apprêtait à terminer sa phrase, le gradé de la Marine était coupé dans son élan par un événement soudain et inattendu. Un morceau de la clôture lâchait à côté d’eux et faisait apparaître deux hommes quelques éméchés face à eux. Légèrement surprit au départ Aki savait qu’il devait maintenant agir rapidement s’il voulait rester discret et bien que le choix fût compliqué il décidait de choisir celui qui faisait passer le bien de la mission en priorité. Le bras rougeoyant il lançait le premier civil contre Pan avant de venir planter son poing de magma dans la gorge du second sans la moindre hésitation. Il restait d’un silence de marbre alors qu’il pouvait secrètement sentir le sang et les os de sa victime se dissoudre au contact de son poing. Une sensation horrible qui lui rappelait de mauvais souvenirs, mais qu’il savait inévitable. En effet, s’il ne voulait pas lui laisser l’occasion de prévenir d’autres personnes en hurlant de douleur, le Marine n’avait eu d’autre choix que de viser les cordes vocales en premier. Sans se retourner il s’adressait de nouveau à son acolyte.

« Le mien est mort… Et toi ?..... On doit camoufler tout ça et vite…. »


© Asaëlle

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 191
Date d'inscription : 28/12/2016

Feuille de personnage
Unité de Puissance (UP): 3909
Points de Technique (PT): 53
Équipage:
Voir le profil de l'utilisateur




Pan D. Monium
Dit "Le Roi Déchu" | Colonel de la Marine
Mer 8 Fév - 7:57
Pan avait oublié de préciser à son supérieur que les effets du sérum n’étaient pas mortels, cela excitait les victimes à tel point qu’elles ne pourraient s’empêcher de déballer tout ce qu’elles ont sur le cœur. Donc en soi, ce n’était pas forcément une alternative si mauvaise que ça mais il n’y avait rien d’intéressant là dedans. Ils se retrouveraient rapidement débordés par la masse d’information à digérer, ce n’était pas très optimal au final. Ça, le Contre-amiral le savait probablement déjà. Il n’y avait donc pas eu de confusion.

Ce dernier le félicita pour son analyse et son esprit d’anticipation. Ce n’était pas tous les jours que cela arrivait. Ses chefs étaient plutôt du genre orgueilleux qui lui aboyaient dessus tout le temps et qui ne voulaient jamais reconnaître leurs tords même quand c’était évident pour tout le monde. Cela faisait plaisir d’être sous les ordres d’un homme humble et reconnaissant qui, en plus, possédait de bonnes valeurs morales. S’en était même rafraîchissant. Pendant quelques instants, il se crut dans un monde de Bisounours et il oubliait tous ses mauvais souvenirs.

Mais cette sensation fut de courte durée. Parce qu’ils furent interrompu par deux énergumènes bourrés qui venaient de faire tomber la clôture juste à coté d’eux, les prenant par surprise pendant leur complot. Bien sur, ils étaient tellement pompettes qu’ils ne comprenaient surement rien à la situation mais évidemment, il y avait tout de même des chances qu’ils compromettent leur couverture. Et c'était sans aucun doute pour éviter cela que son supérieur usa de son pouvoir pour frapper l’un des deux individus à la gorge.

Pan savait tout cela mais lui qui avait été traumatisé par la mort d’êtres proches, il ne voyait pas une telle violence d’un bon œil, même si elle était justifiée au final. Résultat, il fut choqué et se bloqua complètement. L’autre abruti qui s’était vautré avec son ami et dont l'albinos devait logiquement s’occuper, il regardait la scène avec les mêmes yeux que le Colonel. Mais quand ce dernier se rendit compte que l’alcoolique commençait à fuir en poussant des petits cris de terreur qui s’intensifiaient, Pan reprit ses esprits et le frappa d’un coup net dans le dos pour le faire tomber dans les pommes.

Malheureusement, il ne pouvait pas se permettre de le laisser ainsi. Parce que dès qu’il se réveillerait, il irait les dénoncer. Au final, l’albinos n’avait fait que repousser le problème. Seulement, il n’allait clairement pas le tuer, c’était hors de question. Il était possible qu’il s’agisse en vérité de deux Marines en civil qui profitaient de cette ile du Gouvernement pour passer du bon temps pendant leurs jours de congé ! Ils auraient pu être des collègues !

— Je… Je ne peux pas le tuer. Je n’aime pas ça. Désolé mais ce n'est pas parce que j’ai une tête qui fait peur que je suis obligatoirement un méchant ou un homme sans cœur… Mais c’est ma responsabilité alors je vais m’en occuper…

Positionnant sa main droite devant son visage dans une pose aidant à la concentration, il invoqua son pouvoir.

— CHESHIRE !

Il n’eut pas à attendre longtemps avant que le chat avec son sourire malicieux et son haut de forme apparaisse sur son épaule.

— Oui mon roi ? Que puis-je faire pour votre bon plaisir ? Une petite tasse de thé ?


L’heure n’était pas à la plaisanterie et aux sarcasmes, ça l’exaspérait déjà assez de devoir compter sur lui qui, d’habitude, n’en faisait qu’à sa tête, alors il n’allait pas relever ses provocations douteuses.

— J’ai trouvé un nouveau jouet pour toi. Regarde donc ce beau jeune homme endormi par terre. J’aurais besoin que tu l’envoies au Pays des Merveilles pour la journée.

En choisissant bien ses mots, il savait qu’il pouvait le manipuler légèrement. Il fallait toujours la jouer fine avec lui parce que c’était le genre à avoir du flair pour déceler les coups fourrés. Mais là, en l’occurrence, même s’il était évident qu’il se jouait de lui, ça n’allait pas le gêner de faire comme son maître lui suggérait, vu que c’était l’occasion de s’amuser. Sautant à terre, Cheshire se dirigea vers la tête de l’individu évanoui. S’asseyant à coté de son crane, il se frottait les coussinets. Puis, après avoir poussé un rire d’excitation dément apparemment impossible à retenir, il plongea ses pattes de fantômes dans la tête du bonhomme, au niveau de son cerveau. Cheshire s’amusait à faire le chirurgien qui cherche un organe bien précis, alors que la partie du cerveau qu’il visait n’était vraiment pas dure à trouver. Le lobe frontal, qui sert de mémoire tampon pour stocker toutes nos informations à court terme se situe derrière notre front. Il prenait juste son pied à faire patienter Pan alors que sa mission était importante !

— Ah voilà, j’ai trouvé ! Nyahahahaha. C’est pas très beau ce qui se passe là dedans. Mais bon, ce n’est pas non plus comme s’il y avait eu mort d’homme ! …Ah si, il y en a bien eu une. Oups ? Nyahaha.
— Bon c’est bon tu as terminé ? On doit poursuivre notre mission, on n’a pas que ça à faire !
— Ouhlala, le petit prince s’énerve ! Il faut se calmer dans la vie… Et dessiner des moutons au lieu de s’exciter pour rien. Dessiner des moutons c’est bien.
— Oui d’accord, alors ça y est ? Tu l’as envoyé dans ton pays de fous ?
— Oui maitre héhéhé, je l’ai rendu tellement confus que même s’il se réveillait, il ne se souviendrait plus des deux derniers jours de sa vie.
— Très bien, merci. Tu peux t’en aller maintenant.
— Ohlalaaa, quelle gratitude dis donc. On veut bien faire et c’est tout ce qu’on récolte ? Même pas une petite folie pour pimenter son existence éphémère ?
— Il y a déjà trop de folies dans ma vie…

La dernière phrase il l’avait à peine murmuré, si bien que lui seul l’avait entendu. Mais Cheshire n’avait pas besoin d’écouter pour savoir, après tout il faisait partie de lui.

Revenant à ses… (moutons ?) affaires avec le Contre-amiral, Pan espérait qu’il n’avait pas vu ce spectacle navrant. Pour se changer les idées, ils camouflèrent les corps un peu en dehors du village dans un endroit isolé. Ensuite, l’albinos se laissa guider par son supérieur. Il n’osait pas parler de l’incident mais il était mal à l’aise maintenant. Pour le brun, ce n’était peut être rien mais pour le Marine aux cheveux immaculés, c’était tout de même quelque chose de… mal. Il ne pouvait s’empêcher de ressentir les choses ainsi alors que d’un autre coté, s’il s’était retrouvé face à un sbire de Barbe Noire, il n’aurait même pas hésité à le tuer. Comme quoi, la logique n’avait plus de sens parfois...

C’était décidé, il allait se bourrer la gueule pour oublier !!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 62
Date d'inscription : 19/12/2016

Feuille de personnage
Unité de Puissance (UP): 4319
Points de Technique (PT): 40
Équipage:
Voir le profil de l'utilisateur




Aki D. Soul
Dit "l'éclair noir"
Jeu 9 Mar - 10:14

« Infiltration, Alcool et Carnage »





En route !
— Je… Je ne peux pas le tuer. Je n’aime pas ça. Désolé mais ce n'est pas parce que j’ai une tête qui fait peur que je suis obligatoirement un méchant ou un homme sans cœur… Mais c’est ma responsabilité alors je vais m’en occuper…

La réponse de Pan intriguait Aki qui finissait par se retourner pour voir où il en était de son côté et l’expression de son visage. À sa grande surprise il ne plaisantait pas, le civil ivre était toujours en vie, frustré et apeuré, mais envie. Heureusement pour eux le Colonel avait tout de même réussi à l’assommer avant qu’il ne signale leur position, ce geste suffisait à rassurer le Contre-Amiral qui allait alors lui proposer de le laisser agir à sa place. Après tout il ne pouvait pas lui en vouloir, contrairement à lui Aki se fichait bien de se salir les mains. Le besoin de réussir, de mener à bien sa mission passait avant tout depuis toujours. Son passé était différent de celui de Pan et sans savoir pourquoi il lui rappelait son défunt père qui tout comme lui prônait la paix et le repenti plutôt qu’à la violence gratuite.

Malheureusement pour le Colonel, Aki n’avait pas eu le temps de lui proposer de le faire à sa place. Celui-ci venait en effet de faire appel à son pouvoir pour faire apparaître un chat plutôt étrange limite ectoplasme que vivant. Apparition que le Marine observait d’un œil plutôt curieux, il n’avait jamais vu une telle chose auparavant. Étrangement le caractère de la bête et celui de son propriétaire étaient bien différents l’un de l’autre, le chat semblait sadique et attiré par le sang. Son langage, son humour et sa façon d’exécuter les ordres suffisaient à le prouver, scène que Aki observait sans rien dire tout en gardant un œil sur les alentours. Tant que les corps seraient dans les parages, il ne pourrait être totalement rassuré. Finalement le chat se mettait au travail en fouillant l’esprit de sa proie avant de signaler à son maître que celui-ci ne se souviendrait plus de rien à son réveil, des paroles rassurantes qui relançait désormais la mission.

« Parfait… Désolé pour la scène, j’ai parfois un peu de mal à me retenir… »

Suite à cette simple remarque qui servait plus d’excuse pour renouer la discussion que de sincères excuses liées à son acte primaire et barbare, Aki espérait réussir à lui délier un peu la langue avant la suite de la mission. Portant les corps un peu plus loin, il se disait ainsi que si quelqu’un tombait sur les deux corps les gens penseraient forcément que celui toujours en vie est l’auteur du crime de l’autre. Un alibi parfait qui permettrait d’éviter à la Marine déjà assez salie comme ça de ternir son image une fois encore. Le Contre-Amiral se doutait bien que ce n’était sûrement pas l’idée première de son partenaire, mais c’était ainsi que lui voyait les choses pour le moment. Se lavant ainsi les mains de cet acte limite, les deux soldats reprenaient la route en direction du petit village.

Malgré les efforts du Marine le reste de la route était des plus silencieux entre les deux hommes qui continuaient d’avancer jusqu’à parvenir à la rue principale du village. Il y avait là de nombreux bars plus bruyants les uns que les autres, les rues étaient remplies d’hommes ivres et de filles de joies cherchant à attirer les plus riches et les ivres jusqu’à l’hôtel le plus proche. Un lieu de débauche digne de la piraterie et que Aki méprisait au plus haut point, il avait hâte d’en finir avec tout cela et décamper de cet endroit qu’il s’empresserait de détruire à la première occasion.  Bien entendu il ne pouvait montrer cela à son compagnon de route, ni aux gens qui les entouraient. Se contentant de sourire et d’observer les alentours, Aki finissait par retrouver un endroit lui semblant des plus corrects pour commencer les investigations. Donnant alors un coup de coude à Pan tout en désignant le bar d’un hochement de tête, le Contre-Amiral tentait d’ouvrir la discussion une nouvelle fois.

« Qu’en dis-tu ? Celui-ci me semble bien pour démarrer et rassure-toi tu n’auras plus à être le témoin d’un meurtre aujourd’hui… On va se faire ça à ta manière pour changer »



© Asaëlle

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 191
Date d'inscription : 28/12/2016

Feuille de personnage
Unité de Puissance (UP): 3909
Points de Technique (PT): 53
Équipage:
Voir le profil de l'utilisateur




Pan D. Monium
Dit "Le Roi Déchu" | Colonel de la Marine
Mar 21 Mar - 11:44
Il avait même eut le droit à des excuses de la part de son supérieur, vraiment, cet homme n’était pas comme tout le monde. Il n’avait pas réellement besoin de se justifier vu son rang. Mais le fait qu’il le fasse malgré tout prouvait qu’il était quelqu’un de bon. Même s’il ne s’était pas excusé, Pan ne se serait jamais permis de le juger mais là, il montait dans son estime. Il était maintenant un peu plus à l’aise avec le Contre-Amiral.

— Ce n’est pas grave, vous n’avez pas à vous excuser, chef. Si ça avait été un membre de l’équipage de Barbe Noire, j’aurais probablement réagi de la même manière que vous.

Suite à ce cours échange, l’albinos cacha les corps avec son supérieur. Ils pouvaient dorénavant passer à autre chose. Ils n’étaient pas à l’aise à cause de cet incident même s’ils s’étaient en quelque sorte réconciliés. Il fallait boire !! Boire pour apporter un peu de gaieté à leur binôme un peu trop morose.

En arrivant au cœur du village, difficile de ne pas remarquer la dépravation qui régnait. Pour une ile du Gouvernement, ce n’était vraiment pas digne de leur réputation. Même si beaucoup savait que leurs membres n’étaient pas dignes de confiance, la majorité des civils voyaient toujours en leur autorité un symbole de justice et de dignité. Heureusement, ils n’étaient jamais venus sur cette ile, la désillusion serait immense sinon. Difficile de les différencier des pirates pour le coup. L’innocence de Pan fut grandement choquée. Même si son cœur s’était noirci depuis le tragique incident qu’il a vécu par le passé, il restait tout de même une âme assez naïve. Jamais il n’aurait pensé que ce décor existe au sein de la Marine. Alors, même s’il ressentit l’imminent besoin d’envoyer toutes ces ordures dans un cachot, il ne le pouvait nullement.

Au contraire, il avait une mission à mener, et le Contre Amiral Soul comptait sur lui. D’ailleurs, il lui proposa de commencer leur infiltration par un bar en particulier. Désireux d’oublier toute cette déchéance, il acquiesça de la tête et s’empressa d’aller voir le barman.

— Hey Patron, un double bourbon sans glace s’il te plait… Et pour toi partenaire ?

Il se permettait de le tutoyer pour ne pas attirer les soupçons. Ils étaient supposés être de simples soldats du gouvernement dorénavant. Et au lieu de choisir la bonne bière de l’île, l’albinos avait préféré commencer fort, pour se mettre bien plus rapidement. D’autant plus qu’il allait descendre son verre cul sec.

Il avait beau prendre des bières à partir de la deuxième tournée pour ne pas se prendre une trop grosse claque par l’alcool, il était déjà en train de sourire pour rien. Lui qui ne souriait jamais, c’était bien la preuve qu’il commençait à être bien.

— Alors Aki, tu dis qu’on va pas tuer des gens mais moi j’dis, si on se bat pas au moins une fois ou deux, ça ne sera pas une bonne soirée. Il faut au moins ça pour s’amuser !

Les gens d’à coté entendirent ces mots. Ils rigolèrent en chœur, comme s’il avait raconté une blague.

— Quoi ? Vous n’êtes pas d’accord ?
— Sisi, gringalet, mais on doute un peu de tes talents tu vois.
— Oooh, vous pensez que je ne fais pas le poids face à vous ? Ben venez, je vous prends tous ensemble ! Vous avez beau être du Gouvernement, ça ne va pas m’empêcher de vous mettre une petite correction !
— HAHAHAHA, si tu savais petit. Et laisse tomber, on ne répond pas aux provocations futiles. Va donc te bagarrer avec le tabouret au bar, tu pourras continuer à te bourrer la gueule en même temps.


Déçu, le Colonel bouda ces petits joueurs et retourna auprès d’Aki… Avant de faire une pirouette acrobatique en s’appuyant sur un des tabourets. En volant dans les airs, il tendit sa jambe pour frapper l’homme le plus près de lui, au niveau de son épaule. Celui-ci était assis tranquille et lui tournait le dos. Sous le choc, sa chaise craqua et la victime tomba à la renverse, en plus de la douleur du coup qui le faisait hurler.

— Oups, désolé j’ai glissé… Il faut croire que même sans le faire exprès, je vous démonte facilement.
Revenir en haut Aller en bas
« Infiltration, Alcool et Carnage » feat. Aki
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» « Infiltration, Alcool et Carnage » feat. Aki
» Tu noies tes chagrins dans l'alcool ? Méfie-toi, ils savent nager. [PV Jennyfer Shepard]
» SUJET TERMINE - L'alcool, les bêtises, toi et moi. [Allie]
» Unité d'infiltration en formation !!!
» infiltration a midi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: The Story :: Calm Belt & Red Line-
Sauter vers: