AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

 :: The Story :: Four Blues :: East Blue :: Polestar Island - Logue Town Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Respecter les codes [PV : Haylen Goldchild]

avatar
Messages : 28
Date d'inscription : 22/11/2016
Age : 25

Feuille de personnage
Unité de Puissance (UP): 2200
Points de Technique (PT): 100
Équipage:
Voir le profil de l'utilisateur




Setsuji Senta
Dit "Setsu" | Non primé
Mer 23 Nov - 23:07
Logue Town, son échafaud, ses rues commerçantes, ses climats intenses, sa tranquillité. Mais ce n'était pour aucune de ces raisons que Setsuji avait fait le déplacement jusque cette ville, même si c'était le lieu de tourisme idéal car le roi des pirates était né et mort dans cette même ville, annonçant son trésor de vive voix devant les pirates du monde entier. Il avait une fois de plus une mission à accomplir, un homme à tuer qui avait brisé de nombreuses vies. Selon sa source, il s'agissait d'un escroc qui vendait des maisons pour un prix exorbitant alors qu'il ne prenait même pas la peine d'effectuer les rénovations afin d'éviter les nombreux problèmes. Parfois on ne voyait presque pas la différence entre dehors et dedans, car l'isolation générale était désastreuse. Les habitants qui se faisaient pigeonner par ce petit fantôme ambulant étaient souvent forcés d'effectuer les travaux de leur poche et personne ne retrouvait sa trace après chaque arnaque.

C'était la raison qui avait poussé le jeune homme à s'occuper de lui pour de bon. Bien sûr beaucoup se diraient que tuer n'allait pas leur redonner leur argent, mais en réalité il comptait lui forcer la main pour obtenir un testament qui léguait tout son argent aux familles arnaquées afin qu'elles retrouvent non seulement tout leur argent, mais puissent se payer une maison avec le meilleur équipement possible afin de loger enfin de façon optimale. Ainsi il se rendit directement à l'adresse, là où il logeait, dans sa chambre d'hôtel. Par chance il n'était pas assez rusé pour changer d'apparence, seulement de nom et de société, ce qui le rendait facilement reconnaissable. Setsu eut tôt fait de faire croire au réceptionniste qu'il était un client venu se plaindre à lui, plutôt que de prendre le risque de jouer un membre de sa famille.

La première chose à faire dans ce genre de cas était avant tout d'apprendre les habitudes de l'individu afin de pouvoir devancer les ouvertures dans son emploi du temps, ainsi que les imprévus éventuels que l'escroc pouvait rencontrer. Ainsi il put déterminer que le gaillard partait pratiquement toute la journée afin de trouver de nouveaux pigeons, comme il n'avait pas encore "frappé" à Logue Town. Il avait l'occasion de vendre un ancien magasin désaffecté en faisant simplement les poussières et en se débarrassant des meubles endommagés. Comme il l'avait prévu, l'homme restait souvent dans des endroits publics, il ne se cachait même pas des gens qui lui en voulaient, sans doute avait-il de bons arguments pour se tirer d'éventuelles plaintes adressées à la marine. C'était un problème pour Setsuji, il ne pouvait pas se charger de lui en public, il allait devoir attendre la nuit comme d'habitude.

Ce n'est que des heures plus tard, alors que l'escroc finissait d'embarquer les meubles qui ne servaient plus et de faire les poussières partout. Il se donnait beaucoup de mal gratuitement pour vendre une bâtisse aux nombreux défauts. À cause de ça, si une famille ouvrait un commerce comme l'ancien installé à cet emplacement, elle allait rendre malade les clients les plus sensibles, avec la moisissure qui allait s'y installer rapidement. Il était vraiment temps de l'arrêter avant qu'il ne devienne méfiant, ce criminel ne pouvait pas se permettre de prendre l'argent d'honnêtes citoyens et de se payer une suite de luxe dans un hôtel chaque jour. Setsuji avait justement tout son temps pour se charger de son cas, la nuit était tombée et l'arnaqueur était en train de feuilleter un carnet sur son lit, avec ses petites lunettes.

Sans plus attendre, le jeune homme frappa doucement à la porte afin qu'il aille lui ouvrir, mais avant qu'il ait pu terminer sa phrase, Setsuji sortit son sabre de son fourreau pour le placer au niveau de sa gorge. L'homme recula alors en levant les mains, suant beaucoup du danger qui le guettait. Le jeune homme lui dicta alors rapidement ce qu'il attendait de lui, à savoir où se trouvait son argent ainsi que toutes les familles qu'il avait arnaquées. Il avait justement noté les noms de famille et la somme demandée afin de regarder l'état de ses finances, ce qui allait lui faciliter les choses. Setsuji l'obligea alors à prendre de quoi écrire afin de rédiger rapidement un bref testament d'adieu qui léguait tout aux familles brisées qui ne méritaient pas d'être pratiquement mises à la rues dans des maisons pitoyables. Une fois le testament résumé écrit sous la menace, le jeune homme lui transperça le coeur, le tuant dans les quelques secondes qui suivirent. Il mit alors un couteau de cuisine à peu près de la même taille que la lame de son sabre, avant de le placer dans la main de l'escroc. La marine n'allait pas chercher loin le motif du meurtre, un couteau ensanglanté dans la main, une blessure pénétrante, un testament, c'était un suicide. L'ennui était que sans le savoir, Setsu avait raté un élément alors qu'il s'apprêtait à frapper à sa porte. L'individu avait appelé un médecin local pour le débarrasser de sa vilaine toux, chose qu'il avait ratée, l'espace d'une minute. Il ne restait plus qu'à voir si le médecin arriverait avant ou après la fuite du tueur nocturne.
Revenir en haut Aller en bas





Invité
Invité
Jeu 24 Nov - 10:59

Logue Town... ENFIN ! Haylen était enfin à la frontière de Grand Line. Un grand pas qui lui permettrait d'avancer dans son métier et dans ses recherches qu'elle gardait toujours secrètes pour le moment. Dès qu'elle posa un pied sur cette terre chargée d'histoire, la jeune femme ne put s'empêcher de regarder un médaillon qu'elle portait depuis très longtemps. Celui de la famille Goldchild, un aigle gravé dans de l'or pur, afin que tous les jours, elle se souvienne de sa fratrie portée disparue depuis l'arrestation musclée de ses parents. La blonde craignait un peu son arrivée dans cette ville. Elle avait bien pris en compte les dires de Kyû, un capitaine de la marine qui autrefois lui donna un coup de main. C'est d'ailleurs grâce à lui qu'elle pouvait facilement retrouver son chemin en suivant simplement sa trace. Tout en restant discrète, Haylen se lança pour une visite de la ville. Seule... Tout simplement parce qu'elle laissait Alexander faire ce qu'il avait à faire. Elle n'avait pas à interférer dans sa vie. Lors de sa visite, elle découvrit une annonce d'un médecin qui cherchait un coup de main. Son enfant venait de naître et il avait besoin de quelqu'un pour le remplacer la nuit. C'était parfait pour Haylen ! Dans une telle ville, tout pouvait arriver. C'est avec beaucoup de sérieux qu'elle se présenta et qu'elle fut nommée remplaçante de nuit. Grâce à cela, la grande dame trouva un petit logement pour dormir.

Avant la tombée de la nuit, Haylen se posa banalement près d'une fontaine pour étudier quelque chose qui la passionnait depuis peu. Un mémoire d'un grand chirurgien qui réussit à implanter des organes mécaniques. Qui créait en quelque sorte des cyborgs. C'était fascinant puisqu'il s'agissait d'un travail extrêmement minutieux et la blonde rêvait d'atteindre un tel niveau. Elle comptait donc s'y mettre à fond et au plus vite. La nuit finit par tomber et le trésor vivant partit en direction du cabinet du docteur qu'elle remplaçait. Il était bien équipé et elle entendit ainsi le Den Den Mushi sonner. Un homme était malade, d'habitude, Haylen lui aurait dit d'attendre le lendemain. Une toux ce n'est pas grave mais ici, elle agissait autrement. Elle voulait se faire un nom et même s'il fallait commencer par de petites choses, elle le ferait. Elle attrapa tout son matériel, enfila sa très longue veste et prit quelques médicaments. Pas très rassurée mais courageuse, la jeune femme s'aventura dans les rues sombres de Logue Town jusqu'à  hôtel de luxe. Un riche homme valait la peine de se déplacer s'il pouvait lui faire un nom.

A son arrivée, tout n'allait pas se passer comme prévu. Arrivant devant la porte, Haylen repéra des petites tâches de sang sur le sol. L'homme toussait-il du sang ? En tant que médecin, la grande dame entra dans la chambre directement après avoir tapé. Ne laissant ainsi pas le temps au meurtrier de s'en aller. En entrant, ce fut le choc. Un homme masquait totalement son meurtre en plaçant un couteau de cuisine dans les main de l'homme malade. Par réflexe, la blonde referma la porte derrière elle et regardait cette scène de crime. Puis, son visage se décomposa, elle était vraiment en colère. Cet homme aux cheveux longs venaient carrément de lui ruiner son business.  En plus de ça, c'était elle qu'on allait directement soupçonner puisqu'on l'avait appelé pile avant le meurtre. D'un ton froid et très désagréable, elle s'adressa au meurtrier. Visiblement, elle était arrivée trop tard pour sauver la vie de son client.

- Je ne vous dérange pas j'espère ?  Ce que vous avez fait, c'est ignoble. Je n'ai aucune envie de porter le chapeau.

Très en colère, Haylen posa sa mallette sur le sol et croisa les bras. Qu'Est-ce qu'elle pourrait bien faire pour punir cette sale vermine ? La marine ? C'était un peu stupide vu l'endroit. Non, il y avait mieux. La grande dame en avait bien plus dans la tête que ça. Et ses intentions envers le meurtrier allait être dévoilée.

- Faire sa loi sur un tel territoire c'est très dangereux. Je me demande ce que penseraient les grands patrons de la ville.  Je n'ai vraiment pas envie de vous trainer par la peau des fesses jusqu'à un poste de garde. Je vais faire mieux, je vais tout simplement déclarer la mort de mon client et témoigner de son meurtre. Vu votre look, ils n'auront aucun mal à vous retrouver. Les sbires de Barbe Noire risquent de vous donner une meilleure leçon que la Marine.

Un sourire sadique s'affichait sur les lèvres de cette grande dame. Un regard noir et une profonde envie de se venger pour avoir faire foirer son business. Il aurait pu attendre qu'elle le soigne au moins ! De toute manière, elle devait faire quelque chose. Ne serait-ce que pour sa réputation de médecin. Ne pas se faire passer pour une meurtrière. La jeune femme recula alors de quelques centimètres et se dirigeait tout simplement vers la porte de sortie histoire de mettre la pression à son interlocuteur. Elle avait bien envie d'emmerder quelqu'un ce soir histoire de se défouler. Et le meurtre... C'est bien quelque chose qu'elle ne supportait pas. Haylen était également prête à lui mettre une bonne raclée. Elle s'attendait à une réaction violente de la part d'un tel rustre.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 28
Date d'inscription : 22/11/2016
Age : 25

Feuille de personnage
Unité de Puissance (UP): 2200
Points de Technique (PT): 100
Équipage:
Voir le profil de l'utilisateur




Setsuji Senta
Dit "Setsu" | Non primé
Dim 27 Nov - 16:57
Tout se passait bien pour le moment, l'homme était mort à peine quelques secondes après avoir été transpercé par ce qui sera censé être un couteau de cuisine aspergé de son sang. Il avait eu une mort bien peu douloureuse, ce qui correspondait à un suicide, un coup fatal porté à un endroit clé et qui donnait la mort rapidement. Dommage que cet homme ne se soit pas repenti plus tôt en donnant de meilleurs foyers soignés aux gens, en donnant de sa personne au lieu de prendre aux autres. C'était peut-être extrême comme méthode, pour une personne normale, mais pour Setsuji c'était le seul moyen de l'empêcher d'agir à nouveau. Maintenant au moins il avait mis fin à la souffrance des habitants dormant dans le froid et l'humidité, en plus de leur avoir assuré un budget réparations des plus décents, car il s'agissait encore plus de leur argent dépensé dans la maison.

Cependant un détail ne tarda pas à faire une tache sur le tableau si propre de Setsuji, une femme venait d'entrer. Par chance elle n'eut pas le réflexe de crier de frayeur en voyant le cadavre et le tueur dans la même pièce, elle semblait plutôt en colère qu'effrayée. Quelque part c'était bien, mais dans un autre sens quelqu'un qui avait peur se montrait souvent plus coopératif qu'une personne qui prend ça de façon aussi calme et posée. Néanmoins le fait qu'elle serrait les poings lui indiquait qu'elle ne se contrôlait pas non plus totalement comme il l'aurait imaginé d'une personne plus habituée à la mort que le commun des mortels. Le jeune homme n'attendit pas pour dégainer son sabre, le pointant en direction de la demoiselle, s'apprêtant déjà à lui bondir dessus pour la neutraliser voire la tuer. Cependant il ne faisait pas encore un seul pas dans sa direction, voulant surtout attendre d'entendre si elle allait le dénoncer, le remercier, ou faire comme si elle n'avait rien vu.


-Tu crois que Barbe Noire n'a que ça à faire de résoudre des crimes alors que lui-même est un criminel endurci ? Mais dans le doute, je préfère te tuer sur-le-champ, deux prudences valent mieux qu'une. N'y vois rien de personnel, tu étais juste au mauvais endroit au mauvais moment, une minute plus tard tu aurais conclu à un suicide comme tout le monde.

Sur ces mots, il bondit sans prévenir vers la cible, de la poussière s'échappant de chacun de ses pas à peine visibles pour un humain ordinaire. Il avait pour simple but de lui planter son sabre entre les deux yeux en pointant son sabre vers l'ouverture de la porte pour éviter de trouer les murs de façon suspecte. Si elle était normale, elle aurait tôt fait de mourir empalée par sa lame, et Setsuji espérait bien que ce soit le cas, comme ça l'affaire serait vite réglée. Il n'aurait plus qu'à se débarrasser du corps dans la mer, et personne ne la retrouverait. L'ennui était que la demoiselle était inconnue au bataillon pour lui, il ne savait même pas pourquoi elle était venue. Cependant chaque témoin pouvait compromettre sa discrétion et surtout son acte de bienveillance envers les familles. Avec un meurtre, personne ne prendrait la lettre d'adieu au sérieux et il l'aurait tué pour rien, si ce n'est qu'il n'aura plus personne à arnaquer désormais.
Revenir en haut Aller en bas





Invité
Invité
Lun 28 Nov - 15:07


Haylen avait toujours ce visage de garce. Elle n’appréciait que rarement les gens et l’homme qu’elle avait en face d’elle était à son goût répugnant. Il le devint encore plus lorsqu’il braqua son sabre en direction de la grande dame. Elle pouvait tolérer le meurtre, elle ne cautionnait pas certes mais elle avait l’esprit assez ouvert pour comprendre qu’un Homme était parfois amené à tuer. Selon elle, la personne en face était pire qu’un meurtrier, il était un monstre. Pourquoi s’en prendre  à une simple médecin qui n’a jamais ôté la vie de qui que ce soit, qui au contraire à passer sa triste vie à sauver celle des autres en négligeant même la sienne. Il ne lui inspirait rien de bon et encore moins ce sabre en sa direction. Il comptait attaquer et cela, la blonde l’avait bien comprit, prête alors à esquiver le moindre. Elle entendit au moins la voix de son ravisseur avant de se faire concrètement agresser par celui-ci. Son discours la fit tout simplement explosé de rire. En même temps, le trésor vivant esquiva de justesse l’attaque de son adversaire. Il était visiblement un bon combattant et son attaque avait même coupé une mèche de cheveu du médecin. Il était visiblement un très bon sabreur et il ne fallait pas le négliger.

- Qui que tu sois, tu es ridicule. Je méprise les gens de ton espèce. Ceux qui sont prêt à tuer une femme, une femme qui a sacrifié sa vie pour sauver celle des autres. En te voyant je me sens fière d’avoir les mains propres. Et ne me fait pas rigoler, je suis médecin, j'aurais vraiment fait la différence entre un meurtre et un suicide. La lame d'un couteau de cuisine et celle d'un sabre sur la chaire humaine ne fait pas la même entaille. Bien sûr, les autorités n'y auraient vu que du feu. Mais pas moi je te rassure. Si tu veux un bon conseil, ne confond pas un ustensile de cuisine avec une arme. La prochaine fois, mets lui un poignard dans les mains, la lame est plus similaire et tranche la chaire de la même manière. Le couteau de cuisine n'a pas la même précision. Le corps parle bien plus qu'une arme.

Puis tu sais ce qu'on dit, il n'y a pas de suicides, il n'y a que des meurtres. Parce que le suicide est engendré par la cruauté des autres.


C’est également dans son esquive qu’elle repéra une longue lettre. Sa curiosité la mena à l’attraper et commencer à la lire à haute voix. Haylen jouait là un jeu. Elle narguait carrément son adversaire avec son attitude désagréable et froide. Loin d’elle celle qu’elle est en réalité avec d’autres. Une femme au visage insensible qui n’a pas peur de dire ce qu’elle pense et se foutre littéralement de la gueule des gens sous leur nez.  En la lecture des premières lignes, elle comprit immédiatement qu’il s’agissait là d’un testament. Quel était le but précis de cet assassin ? Peu importe, elle ne comprendrait pas puisqu’il tenta de la tuer. Il n’est donc pas un bon samaritain comme il pourrait le faire croire.


- Un testament, BLABLABLA, que c’est émouvant. J’ai presque envie de pleurer. Tu t’appelles Robin des bois ? Où peut-être es-tu un bon samaritain, envoyé de Dieu pour faire régner la paix. Tu comptais offrir de l’argent sale à des gens assez bêtes pour se laisser avoir. Des gens assez niais pour ne pas agir eux-mêmes. Si tu veux mon humble avis, je t’aurais craché à la gueule cet argent ensanglanté. La vie d’un homme compte bien plus que l’argent. Comme quoi, l’or est vraiment le cancer de l’humanité. Tu me dégoûtes, surtout depuis que tu as tenté de m’attaquer. Tu sais quoi ? Finalement je vais m’occuper moi-même de ton cas. Ensuite je te traînerai pas la peau du cul dans une prison.


Haylen était tout sauf peureuse. Elle était même audacieuse et n’avait pas froid aux yeux. La mort de l’effrayait pas tant que ça. Les gens qui agissaient pour l’argent la répugnaient plus que tout et à présent, elle éprouvait une haine envers cet inconnu. Il l’avait sous-estimé, il n’aurait pas dû effectuer une simple attaque. Rapidement, la blonde jeta par terre le testament et le piétinant afin de provoquer son adversaire. En même temps, elle allait lui dévoiler un grand secret. Sa jambe se transforma en or – Golden Partial – Tel était le nom de cette technique. Elle bondit ensuite sur son adversaire et la grande taille de la dame lui procurait l’avantage d’aller vite et haut. N’oublions pas cependant que l’homme était plus petit et donc, plus difficile à atteindre. Son coup de pied se dirigea immédiatement dans les côtes de l’assassin. A lui d’esquiver ce puissant coup qui n’avait certainement pas pour but de le tuer. Juste de lui donner un petit aperçu et surtout, permettre à Haylen d’observer le combattant qu’il était.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 28
Date d'inscription : 22/11/2016
Age : 25

Feuille de personnage
Unité de Puissance (UP): 2200
Points de Technique (PT): 100
Équipage:
Voir le profil de l'utilisateur




Setsuji Senta
Dit "Setsu" | Non primé
Mar 29 Nov - 21:25
Malgré les efforts de Setsuji, il n'avait pas réussi à empaler la dame avec son sabre, alors que pourtant sa vitesse était largement supérieure à celle d'un humain ordinaire. L'ennui c'était que se battre dans un espace confiné sans laisser de marque sur les murs ou les meubles était une difficulté supplémentaire. Il ne pouvait pas lancer de lame d'air ni de coups trop amples, sinon il y aurait traces de lutte, il fallait que les gens, les marines plus précisément, croient en un suicide.

Mais tout cela ne semblait pas plaire à la demoiselle, sans doute ne pouvait-elle pas comprendre ce qui le motivait et ce que les gens arnaqués pouvaient ressentir en voyant leur maison en trou à rat pour la somme qu'ils ont payée. Non, elle devait vivre dans son petit palace ou sa chambre d'hôtel de luxe, elle devait mener une vie sans encombre ni difficulté en-dehors de son métier. Au moins elle était douée pour soigner les gens, vu qu'elle disait ne pas avoir les mains sales, elle ne devait avoir subi aucune perte du côté de ses patients. Après ça ne voulait pas dire grand chose, elle aurait pu avoir eu cinq patients faciles et les avoir soignés de leur foulure banale. En revanche Setsuji n'avait pas le temps de répondre à ses paroles, non seulement parce que ça ne l'affectait pas le moins du monde, mais aussi parce qu'on allait bientôt se rendre compte du combat. En effet, le jeune homme s'était invité dans la chambre de l'escroc durant un moment de calme, mais quelqu'un allait forcément vouloir aller au petit coin et remarquer le combat, ce qui allait forcément lui poser problème. Il était déjà sur le coup depuis quinze bonnes minutes, une ou deux de plus rendrait les risques trop grands. Il allait devoir régler ça en une minute sinon il allait passer au plan B.


-J'ai l'impression que tu ne vas pas me faciliter la tâche, je vais devoir y aller un peu plus fort, sinon le délai sera dépassé.

Pendant ce temps, la demoiselle le critiquait encore et encore, que ce soit sa façon de penser, d'agir, ou simplement l'acte irréparable qu'il avait commis. Il soupira longuement en entendant ce qu'elle lui disait, parlant beaucoup trop pour être crédible. Ce genre de personnes qui aboyait était bien incapable de mordre, à peine mordiller tout au plus, sans grand succès. Setsu était bien son opposé sur ce coup-là, beaucoup de morsure pour presque aucun aboiement, il agissait et ne réfléchissait à rien du tout. Les réflexions, c'était avant de décider de sa prochaine cible, une fois l'opération commencée il vidait sa tête pour ne pas être distrait. Ainsi il était facilement capable d'exécuter dans l'ordre ses étapes sans faire d'erreur de timing. Malgré son manque de rigueur quant à la mise en place de la scène de crime, le jeune homme était assez méticuleux dans la réalisation globale, il ne pensait pas aux détails insignifiants comme prendre un poignard plutôt qu'un couteau de cuisine. Est-ce qu'il avait vraiment une tête à transporter des armes sur lui ? Il avait sûrement plus de chéquiers que de couteaux sur lui, la seule arme était son stylo, mais elle faisait bien d'autres dégâts qu'un couteau.

Sans attendre plus longtemps, la demoiselle jeta le testament sur le sol avant de marcher dessus comme pour montrer plus clairement sa provocation et son envie de ruiner son petit plan. De toute façon, mort il ne pouvait plus faire de mal à personne, et si le meurtre était découvert, Setsuji prendrait quand même son argent pour le remettre aux familles dans le besoin. En réalité il ne se préoccupait pas vraiment de cet escroc ni des familles avec un toit troué sur la tête, il s'en fichait même complètement. Cependant il avait été exilé de sa communauté natale pour s'améliorer. C'était en quelques sortes un entraînement pour savoir si il était capable de tuer chaque sorte de crapule. Pas seulement les tueurs en série que n'importe qui remercierait d'un plomb entre les deux yeux à la première occasion, c'était bien trop facile. Il devait avant tout apprendre à perdre intérêt en la vie de ceux qu'il estimait mériter la mort pour leurs actes crapuleux.

Cependant, même si cette exécution n'était qu'un test, Setsuji ne pouvait pas tolérer d'échouer à cause d'une bonne femme qui était là au mauvais moment au mauvais endroit. Il avait bien l'intention de la tuer aussi et de faire disparaître son corps pour que personne ne se doute qu'il y ait eu une seule autre personne dans la pièce au moment du suicide. Il avait même prévu une petite ruse pour faire croire qu'il s'était enfermé tout seul dans sa chambre, mais avec elle dans les pattes tout était désormais compromis. Le jeune homme serrait les poings, retenant sa colère de monter en lui, alors qu'il la voyait volontairement piétiner le testament ainsi que ses chances de faire passer son exécution pour un suicide banal. Le but n'était pas de payer les familles trompées par l'escroc, c'était de réussir sa mission personnelle malgré les imprévus.

Suite à cette provocation ouverte et intolérable, elle changea sa jambe en ce qui semblait être de l'or. Le médecin fonça alors vers Setsuji dans le but de l'envoyer bouler contre un mur, ce qui ferait assez de vacarme pour alerter les autres résidents de l'hôtel. Il ne comptait pas permettre ça. Le jeune homme interposa alors son sabre pour faire opposition avec son coup de pied, entendant un tintement métallique comme attendu. C'était bel et bien de l'or, mais ça n'allait pas l'arrêter, il avait déjà affronté pire comme adversaire. Il la repoussa alors pour se remettre hors de sa portée, voyant qu'il allait avoir du mal à la tuer en une minute, surtout si elle avait un pouvoir. Il devait finalement passer au plan B pour éviter de se faire prendre, de toute façon tous les moyens étaient bons pour gagner, même ravaler sa fierté.


-Puisque je ne peux pas t'éliminer du premier coup, ou même t'écorcher au deuxième, je n'ai aucune chance de te tuer avec le peu qu'il me reste de temps. Vu que tu ne veux aucun argent quelconque, que voudrais-tu pour garder le silence dans cette affaire ? L'argent ne m'intéresse pas non plus, tout ce que je désire c'est de tester mes capacités en matière d'assassinat. J'ai encore un long chemin à faire avant d'être capable de tuer mon propre frère comme le pire des tueurs sans que personne ne puisse remonter jusqu'à moi. Garde le silence suffisamment longtemps, et je t'accorderai ce que tu désires.
Revenir en haut Aller en bas





Invité
Invité
Mer 30 Nov - 15:21


Il n’y avait rien de plus pénible pour Haylen qu’un tueur qui tuait pour sa propre gloire. Vu l’âge de l’assassin, Haylen avait certainement accompagné bien plus de gens dans la mort que lui. Ne pas avoir les mains sales n’a rien à voir avec le fait de ne jamais avoir subit de perte.  La saleté est un mot qui ne trompe guère. En tant que médecin chirurgienne, elle en avait vu des morts et elle en avait perdu des patients. Mais contrairement à son adversaire du jour, elle n’a rien fait pour leur faire perdre la vie. Bien au contraire, l’acharnement pour les garder en vie a toujours été présent. Si le bluet ne comprenait même pas ça alors il n’avait même pas le mérite de se prétendre assassin ne serait-ce que pour la faiblesse de ses réflexions. Cependant, il n’avait pas tort sur un point, elle n’a jamais été pauvre mais la valeur d’une vie ne s’exprime pas en argent. Elle n’a pas d’équivalent et ne peut être échangé contre de l’or. C’est pour cette raison qu’elle ne cherchait même pas à connaître les intentions de ce bougre et qu’Haylen avait juste envie de lui mettre une bonne raclée.

Elle ne l’écoutait pas toujours, son discours sûrement trop inintéressant pour elle. La blonde observait seulement. Elle examinait minutieusement sa technique de combat. Il était sabreur, bon sabreur mais pas excellent et peut-être même d’un niveau légèrement inférieur du sien. La jambe et le sabre s’étaient cognés. Si le niveau de l’ennemi était bien plus élevé, il aurait  avec une très grande facilité la capacité de couper l’or comme du beurre mais ce n’était pas le cas ici. Un sourire farceur s’afficha sur le visage d’Haylen. Elle comprit qu’il n’allait pas lui causer énormément de problème. Comme si de rien n’était, la blonde se laissa repousser effectuant ainsi un saut en arrière. Elle était désormais à l’autre bout de la pièce, près de la fenêtre menant sur une ruelle très sombre du quartier. La grande dame s’attendit alors à une riposte et se mit en position de défense. Contre toute attente, le bluet monologua avec des mots qui ont vraiment déplu la jeune femme. Des mots qui sonnaient comme de la lâcheté et qui n’assumait en rien tous les actes impardonnables commis un peu plus tôt. Le regard du trésor vivant devint noir, il fallait bien plus que ça pour convaincre cette hargneuse jeune femme.

- Tu te fous de moi là ? Tu assassines des êtres vivants sans scrupule, tu tentes ensuite de m’assassiner moi puis finalement tu fais ton sale gosse en me demandant de ne rien dire ? Tu me dis clairement que tu tues pour ta propre satisfaction émotionnelle et psychologique et fuir ton espèce de sentiment d’infériorité… ET TU CROIS ! TU CROIS ! QUE JE VAIS FERMER MA GUEULE ?! JE M’EN BATS LES STEACK DE TA PUTAIN DE VIE.TU VEUX PAS QUE JE TE PREPARE DES PETITS GATEAUX ET QU'ON AILLE SE BOIRE UN PETIT VERRE POUR DISCUTER DE TOUT CA AUSSI ? Ou alors tu veux peut-être t'allonger, sur le lit et que je te fasse une petite psychanalyse.

Et l’heureux gagnant qui avait bien mit en colère Haylen était : le jeune inconnu. Je vous l’accorde, ce n’était pas du tout difficile de le faire. Au contraire, elle avait tendance à très vite s’énerver et autant vous dire que ses cris et sa voix stridente étaient mémorables.  Ce type… il embrouillait au maximum la jeune femme et cela la mettait hors d’elle. D’abord il se prétend assassin pour aider autrui, ensuite pour surpasser sa fratrie et après pour le « test ». En plus de ça il cherchait la discrétion et ne pas se faire repérer mais il avait une prime. La marine ne le recherchait certainement pas pour avoir volé des oranges. Y’avait strictement aucune logique dans tout ça. S’il avait pour but d’être un bon assassin discret, sa mission était foirée depuis fort longtemps. Pendant ce temps-là, la grande perche continuait de gueuler alertant bientôt tout le quartier.

- Qu’est-ce que t’en as à foutre de la discrétion crétiiin ! DES MECS ! AUX CHEVEUX BLEUS NOM DE DIEU ! SUR DES AVIS DE RECHEEEEEEEEEERCHE ! Y’EN N’A PAS DIX MILLES ! J’AI QU’UNE ENVIE C’EST DE TE FOUTRE DES BAFFES POUR AU MOINS RENDRE TON DISCOURS PLAUSIBLE !

Haylen détestait ce genre de personnage. Elle est bien connue pour ça, ne pas supporter les indécis, les incompétents, les trop gentils, les trop méchants, bref elle n’aime personne sauf une ou deux personnes ok. Ce gars la mettait juste hors de elle, non pas parce que c’était un assassin mais seulement parce qu’il s’embrouillait dans tout ce qu’il faisait. Son travail n’était pas propre car désordonné. Si lui-même ne savait pas quel chemin prendre il ne risquait pas d’atteindre son but. C’est avec beaucoup de férocité qu’elle ouvrit la porte, regardant toujours son adversaire avec beaucoup de colère. Elle croisa ensuite les bras. La marine, les pirates et tutti frutti, elle en avait rien à faire. Sinon, elle serait déjà dans un camp. La seule chose qu’elle voulait, c’était ne pas se donner un mal de crâne intense à cause de toutes ses conneries. Et c’est toujours agressive qu’elle répondit à son interlocuteur.

- Je ne vais pas perdre mon temps dans un bureau de petits cons de soldats pour témoigner des conneries. J’aurai l’air trop idiote à raconter tes versions différentes du pourquoi et du comment. Je n’ai pas non plus envie de faire la pimbèche auprès des forces Kurohige. Mais ce que je désire vraiment là, c’est que tu te barres le plus loin possible et par cette fenêtre parce que crois moi, tant que je te verrai, je te botterai le cul jusqu’à que tu n’arrives plus à marcher. Mais bouge toi, je cours vite et j’ai de l’endurance.

Je ne sais pas si l'intention y était, mais à force d'embrouiller de trop la grande, il avait au moins gagné son silence. La blonde pointa du doigt la fenêtre. Elle ne faisait là que montrer la voie de sortit à cet homme qu’elle n’appréciait guère pour le moment. Pourtant, il avait un bon fond quelque part caché dans son petit cœur de pierre. Mais Haylen était aveuglée par tout ce sang et surtout par ses simples défauts à elle.  La grande dame laissait plus ou moins une chance à cet assassin. Non pas une chance de rédemption loin de là, mais une chance de ne pas l’avoir sur le dos. Et surtout, Haylen épargnait les innocents d’un combat qui pourrait leur porter préjudice. Tout casser ici, ce serait faire du mal aux autres. Maintenant, il fallait attendre la décision de l’ennemi.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 28
Date d'inscription : 22/11/2016
Age : 25

Feuille de personnage
Unité de Puissance (UP): 2200
Points de Technique (PT): 100
Équipage:
Voir le profil de l'utilisateur




Setsuji Senta
Dit "Setsu" | Non primé
Mer 30 Nov - 15:57
-Manquait plus que ça, une donneuse de leçon chiante à tuer et qui gueule pour un rien, dans la famille "imprévus" j'ai pioché l'as des as on dirait. Je comprends pas comment tu peux prétendre soigner les maux des gens alors que tu leur donnes déjà mal aux oreilles dès ton entrée. On t'a jamais dit que le silence est d'or ?

Cette fois-ci le délai était dépassé depuis quelques secondes, Setsuji ne pouvait plus rien faire pour sauver cette mission, elle était définitivement échouée. De plus la demoiselle à qui il avait proposé un compromis à l'amiable semblait faire la sourde oreille à tout ce qu'il disait. Tout ce qu'elle faisait était crier son indignation et réveiller tout le monde, surtout qu'elle ne se privait pas d'employer les mots-clés qui allaient forcément éveiller les soupçons quant à une possibilité de meurtre dans l'hôtel. Le jeune homme ne pouvait plus rester là, déjà qu'il avait eu la malchance de tomber sur la marine lors d'un précédent meurtre, cette fois encore il tombait sur un imprévu de taille. Par chance elle semblait trop hystérique pour être crédible, ce qui allait sûrement l'arranger, même si il aurait pu être plus prudent encore. Ce genre de témoins gênants était vraiment une plaie, soit c'était le cri perçant qui réveillait tout le quartier, soit c'était le sale gosse qui allait rapporter à ses parents, soit la marine, soit les pseudo-justiciers qui essayaient de l'empêcher de commettre son crime alors que c'était déjà fait. Voyant qu'il ne pourrait pas se débarrasser d'elle dans tous les cas, en la tuant ou en la faisant taire à l'amiable, il prit le testament de l'escroc et le déchira en quatre avant de le fourrer dans sa poche.

-T'es contente j'espère, t'as foiré mon suicide organisé. Mais de toute façon il est déjà mort, c'est toujours ça de réussi. Sur ce, je te laisse, la folle-dingue, j'ai mieux à faire que de t'écouter.

Malgré tout il allait encore s'en aller comme un voleur, pareil que pour cette fois où la marine avait débarqué car il avait dépassé le délai sans le savoir. Heureusement il avait déjà commis pas mal de meurtres sans le moindre imprévu, ce n'était pas celui-là qui allait faire descendre son taux d'efficacité, loin de là. Mais tout de même, cette folle furieuse avait un sacré grain pour se mettre dans des états pareils, ce n'était pas son petit ami, si ? Pourquoi se sentait-elle obligée de faire une scène à chaque fois que quelqu'un ne faisait pas ce qu'elle aimait ? Setsuji ne risquait pas d'avoir sa réponse, la demoiselle était bien le cadet de ses soucis et la dernière personne avec qui il voudrait traîner. Heureusement qu'il était doué pour s'échapper, il aurait bientôt de nouveau le silence dans sa tête au lieu de subir des acouphènes a répétition avec sa voix surélevée. Il ne comprenait même pas pourquoi elle se mettait dans un tel état alors que l'argent ne l'intéressait même pas. Cet escroc l'aurait probablement traitée comme une chienne à coups de critiques sur son efficacité, sur l'endroit où elle a obtenu son diplôme, ou sur son sexe. Il lui enlevait une sacrée épine du pied si ça se trouvait, elle devrait au contraire le remercier. Mais au lieu de s'attarder pour parfaire sa mission en prenant l'argent de l'arnaqueur, il s'en alla par la fenêtre, ne voulant pas croiser tout l'hôtel dans le couloir principal. C'était bien le seul endroit par lequel sortir de l'hôtel sans être vu. Il n'oublia bien sûr pas de fermer la fenêtre derrière lui afin de faire croire que la médecin est la seule responsable de ce meurtre.

Un long soupir s'échappa de sa bouche alors qu'il atterrissait comme une fleur sur le sol, d'un son à peine audible, avant de simplement marcher comme à son habitude. Après tout Setsuji avait appris à se rendre discret, si le coupable courait, on aurait vite tôt fait de le suspecter. Bien sûr il avait une prime sur sa tête, c'était moins discret, mais c'était seulement si on avait vu l'avis de recherche, sinon personne ne le soupçonnerait dans les rues, surtout en pleine nuit. C'était peut-être la pleine lune, ce pourquoi il y avait des gens qui agissaient bizarrement comme elle. En tout cas il espérait ne plus l'avoir dans les pattes, surtout si d'autres patients -en vie eux- attendaient ses soins. Après tout c'était un métier très prenant, elle n'avait pas le temps de s'occuper de criminels à la place de la marine, et encore moins à la place de Barbe Noire. C'était toujours ça de gagné, il avait désormais tout le loisir d'apprendre de cette erreur pour ne plus la commettre.
Revenir en haut Aller en bas





Invité
Invité
Jeu 1 Déc - 14:31

Malgré toute la haine, la colère, Haylen ravala sa fierté afin de ne pas mettre en danger d’autres civils. La prudence valait mieux que l’insouciance. Elle ne connaissait aucune cet homme. Il se proclamait assassin, il n’était peut-être pas l’homme le plus fort du monde mais la blonde avait tendance à réfléchir et se méfier des apparences. Qui sait ce qu’il aurait fait aux autres témoins ? La grande dame ne le quitta pas des yeux durant toute sa chute. Elle remarqua qu’il retombait sur ses pattes comme un chat démontrant alors une grande expérience dans ce sombre domaine. Si ça avait été elle, elle serait certainement tombée comme un gros sac de pomme de terre et aucune discrétion probable. Elle retint également la direction dans laquelle il allait. Il marchait, sûrement pour ne pas éveiller des soupçons mais peut-être s’attendait-il à ce qu’elle ne le poursuive pas. Une chose à ne pas oublier, Haylen lui avait juste donné une longueur d’avance. Il devait surveiller ses arrières, ou plutôt, son derrière car le médecin est une botteuse de cul et l’assumait complètement.

La femme allait même lui laisser un peu plus de temps que prévu. Refermant délicatement la fenêtre derrière elle, Haylen ramassa sa mèche de cheveux afin de ne pas être accusé d’un meurtre qu’elle n’avait certainement pas commis. Elle sortit ensuite tout simplement par l’entrée de la chambre et descendit à la réception. C’est à partir de là qu’elle prévint du décès de son client. Par chance, c’était un employé qui avait téléphoné au médecin. Ils savaient tous qu’elle était là en simple visite médicale.


- Le client de la chambre 106 est décédé. Non pas de sa maladie mais après analyse du corps il s’est suicidé en se plantant un poignard dans le cœur. Je suis visiblement arrivée trop tard. Je vous laisse vous occuper du reste et ne pas le laisser pourrir dans cette si jolie chambre. Si les autorités demandent plus d’information, envoyez-moi le corps. Je ferai une autopsie et des papiers officiels.


La grande dame n’avait même pas prit des pincettes. Elle ne perdait tout simplement par de temps qui lui était précieux. Les hôteliers eux étaient tout simplement choqués et s’occupa du mort banalement. Un médecin avait déclaré un suicide, les explications n’iraient pas plus loin. Haylen n’avait aucune envie de blablater des heures et des heures avec une quelconque milice. De plus, le bleuet avait déchiré le testament. Il avait donc prit une vie encore plus inutilement et ça, la jeune femme comptait bien lui faire payer. Elle n’allait pas le tuer, ce n’était pas son genre. Elle n’allait pas non plus l’obliger à se rendre puisque de toute manière, la blonde avait déjà déclaré le suicide. Se contredire ensuite serait se déclarer dans le coup. Tenant fermement sa mallette, la jeune femme gambadait dans les rues sombres de Logue Town. Suivant ainsi la route que le tueur avait prit. Est-ce qu’il avait prit d’autres rues ? Telle était la question. Les chances de le retrouver étaient aussi minimes que celle de l’avoir perdu. Elle ne pouvait compter que sur sa chance. Elle ne comprenait aucun des gestes de l’homme.

C’est après quelques minutes qu’elle repéra une longue chevelure bleue. Un bleue sombre dans le noir mais l’éclairage de la lune lui permettait de se repérer. La ruelle était large, il n’y avait personne sauf peut-être un simple clochard endormi sur le sol près d’une poubelle. La vue de l’homme de dos fit monter la pression en elle. Haylen ressentait encore de l’énervement, une vie de perdue pour finalement rien. Au final, elle s’en voulait même un peu de ça. Faire souffrir un tas de gens alors que les dégâts auraient pu être limités. C’est donc sans réfléchir qu’elle agit, son caractère impulsif reprenait le dessus très souvent. L’homme devant entendit encore sa merveilleuse voix. Et d’ailleurs, il avait été un génie sur le coup. C’est sûr que c’est le comble pour un médecin de donner mal au crâne comme ça. Mais très de bavardage.

- POURQUOI T’AS FAIT CA !

Sans se transformer en or afin de ne pas s’attirer des ennuis sur le territoire de Kurohige, la jeune femme fonça sur son adversaire une nouvelle fois. L’attaquant cette fois-ci de dos. Elle n’était pas assez lâche pour ne pas prévenir de son arrivée. Elle tendit le pied en avant afin de lui décrocher un magnifique coup de pied visant les vertèbres afin de donner une immense douleur dans toute la colonne vertébrale. Voyons maintenant ce que vaut vraiment cet assassin !

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 28
Date d'inscription : 22/11/2016
Age : 25

Feuille de personnage
Unité de Puissance (UP): 2200
Points de Technique (PT): 100
Équipage:
Voir le profil de l'utilisateur




Setsuji Senta
Dit "Setsu" | Non primé
Dim 4 Déc - 15:45
Pour le moment Setsuji avait réussi à sortir de la chambre sans sa faire voir, car personne ne le suivait, personne comme la marine ou les sbires de Barbe Noire. C'était bon signe que la fille n'ait pas déclenché l'alerte générale pour un petit crime comme ça. Dans le monde des pirates il y avait peu de place pour la paix, surtout depuis que le gros barbu avait défait le gouvernement. Elle aurait bientôt l'occasion de se vanter de faire partie des survivants de la race "pure" des humains, ceux qui n'avaient tué personne et qui n'avaient jamais rien volé. En effet ça correspondait bien à cette médecin, même si derrière son métier noble elle avait un sale caractère et s'énervait pour un rien. Parfois il lui arrivait de l'entendre encore crier tellement elle était hystérique il n'y a même pas cinq minutes.

Sauf que c'était vraiment le cas, il l'entendait bien crier, encore, et c'était sur lui, et non sur le mendiant plus tôt qu'il avait dépassé et qui dormait en plus de ça. Le jeune homme se retourna après avoir adopté une expression faciale des plus neutres, espérant pouvoir feindre l'innocence comme il était recommandé en cas d'échec, et même parfois en cas de victoire. En effet elle avait tout l'air d'être la demoiselle de la chambre, même si l'obscurité lui mettait le doute. Mais en y réfléchissant, combien d'excitées hystériques collantes avait-il rencontré dans sa vie, ou même, dans les derniers mois ?


-Mmh ? C'est à moi que vous vous adressez ? Est-ce qu'on se connait ? Je crois qu'il doit s'agir d'une méprise, je n'ai rien à voir avec vous, je me balade seulement la nuit, c'est plus calme.

Bien sûr cette attitude qui niait en bloc tout ce qui venait de se passer allait encore l'énerver, on ne change pas une habitude qui gagne, mais Sestuji avait surtout envie de laisser cet échec derrière lui. Si c'était le premier pirate qu'elle voyait commettre un (ou plusieurs) meurtre(s) en direct, elle risquait d'être vraiment surprise par la vie. Elle risquait aussi d'avoir la voix cassée au bout d'une seule journée tellement elle crierait sans être écoutée. Cela dit Setsuji pensait aussi le contraire, qu'elle était bien habituée, car elle ne réagissait pas comme une personne traumatisée qui vivait chez les bisounours il y a deux minutes encore. La question était : pourquoi s'exciter si elle avait vu des tas de pirates s'entretuer ou exécuter les civils qui les contradisaient ? Tout ça n'avait aucun sens, mais par chance il s'en fichait bien, tout ce qui importait était de la semer pour ne plus l'avoir sur le dos lors de son prochain meurtre.

Malheureusement elle ne donnait pas l'impression de vouloir le lâcher, sans doute comptait-elle encore le livrer à la marine ou à Barbe Noire d'une quelconque façon. C'était pourtant ce qu'elle semblait vouloir, car elle recommençait à l'attaquer malgré que Setsuji connaisse son pouvoir doré depuis sa première attaque. Il n'en connaissait pas assez pour prétendre le cerner entièrement avec les subtilités et dérivés, mais ça ne l'empêchait pas de se battre tout de même. Il ne savait peut-être pas encore trancher le métal comme du beurre, mais il en avait déjà tranché. Le jeune homme s'empressa de placer ses bras en crois devant lui pour se protéger de son assaut rapide et brutal, alors qu'elle ne semblait même pas l'écouter. Le choc le fit reculer en glissant sur le sol, une trace d'impact s'affichant sur la manche du manteau qui se trouvait là. Néanmoins il ne semblait pas avoir quoi que ce soit de cassé, ce n'était sans doute que les "présentations" et non son coup ultime.


-C'est tout de même dommage que tu aies montré ton pouvoir aussi tôt, dire que je n'ai même pas besoin de montrer le mien. Le fruit que j'ai mangé devrait m'assurer la victoire, mais je ne le dévoile qu'aux personnes qui me posent problème.

Évidemment Setsuji avait toujours eu un talent pour le bluff, il n'avait évidemment aucun pouvoir issu de fruit du démon, juste un bon maniement du sabre. Cependant la demoiselle n'en savait rien, et beaucoup de ses adversaires l'avaient traité de monstre pendant qu'ils agonisaient. Pourtant il n'avait rien de démoniaque dans ses veines, mais le simple fait d'avoir semé le doute dans son esprit avait changé son avis. Ils pensait avoir perdu face à un détenteur de fruit du démon qui se retenait, mais ils avaient simplement perdu face à un humain tout comme eux. C'était toujours amusant de voir la réaction des gens quand il prétendait avoir un pouvoir mais ne l'utiliser qu'en dernier recours, leur cerveau fonctionnait à plein tube pour déterminer ce qu'il pouvait faire. Ils ne savaient même pas si c'était un zoan dont il parlait, un paramecia ou un logia, mais le simple fait d'imaginer qu'il se retient rend les possibilités énormes car ils ne peuvent rien établir tant qu'il n'est pas en difficulté.

Le tout était de savoir si la demoiselle allait se faire avoir, mais pour le moment Setsuji devait continuer de feindre l'innocence en encaissant ses coups à sens unique. Même si il n'y avait personne pour les voir se battre, il voulait donner l'impression à ceux qui pourraient être témoin depuis le début de voir qu'il se battait uniquement par légitime défense. En effet il avait bien un sabré à la taille, mais il ne l'utilisait que pour ses missions, il évitait de s'en servir dans les rues et contre n'importe qui. Après tout il était censé être innocent, il n'avait pas de raison de se battre. À moins de pouvoir prouver qu'il avait tué l'escroc, elle n'avait rien contre lui concrètement, car il n'y avait aucun témoin pour confirmer ce qu'elle avait vu. Ce serait même encore plus amusant qu'elle ait annoncé un suicide, il serait forcément innocent dans tous les cas.
Revenir en haut Aller en bas





Invité
Invité
Mer 7 Déc - 12:14

Cette saleté de pirate n’hésitait décidément pas à narguer Haylen qui sentait la colère lui monter de plus en plus au nez. Elle faisait de son mieux pour garder le plus son calme possible, car oui oui, elle est limite calme en ce moment même. Il faisait semblant de ne tout simplement pas la connaître mais il fallait plus que ça pour la jeune femme lâche l’affaire. Après son coup de pied de salutation, le jeune homme se retrouva un peu plus loin, glissant ainsi sur le sol face à l’attaque lourde du médecin. Il finit sûrement lui aussi par perdre patience puisqu’il arrêta son petit jeu et tenta de feinter la grande dame. Dommage pour lui, il n’était pas tombé sur une stupide blonde. Ce n’est pas qu’elle ne croyait pas en un fruit du démon, bien au contraire, cela était largement possible et elle lui laissait le bénéfice du doute sur ce point là. Cependant, affirmer qu’il allait gagner était une autre histoire. Il fallait se méfier certes mais s’il était si puissant qu’il le disait, il n’aurait tout simplement pas besoin d’utiliser sa botte secrète. Il fallait faire un choix dangereux. Risquer de se faire battre ou fuir mais Haylen n’était pas lâche. Loin de là, elle est femme courageuse et surtout emmerdeuse. Rien que le fait d’insinuer une once de lâcheté en elle était un crime.

- Alors, tu attends quoi pour me vaincre ?

La grande dame esquissa un sourire, elle avait finalement une petite idée en tête. Si elle se faisait vaincre, il allait sûrement la tuer. C’était l’essence même de son travail à lui alors ce petit jeu devenait peut-être un peu trop risqué. Pas bête mais pas trop folle non plus la bête ! Si elle lui en voulait autant, c’est qu’il avait tout simplement saccagé son business et surtout de grandes chances d’avoir des clients richissimes aux informations en or. Des gens qui fréquentaient les hauts placés voire des rois et des reines. Haylen croisa les bras et s’adressa à lui tout en restant froide.

- Mais tu sais quoi, j’ai bien réfléchis je veux bien te ficher la paix si tu me files un coup de main. Tu viens de saccager lourdement ma clientèle de haut rang. Ce type pouvait m’apporter énormément d’informateurs. Sinon, on se bat jusqu’à ce que je sois soulagée de cette perte et peut-être même mourir. Alors tu en penses quoi ?


Le trésor vivant ne quittait pas des yeux son interlocuteur. Bien entendu, elle ne cautionnait toujours pas son meurtre. Mais l’homme semblait doué dans ce domaine et pour arriver à ses fins, il fallait parfois pencher du côté obscur. Haylen avait besoin de quelqu’un de discret, qui n’éveillerait strictement aucun doute concernant sa propre survie. Quelqu’un qui serait capable de tout nettoyer sur son passage et se procurer des informations d’une énorme importance pour le médecin sans se faire prendre. Sans même qu’on sache que ces informations là ont été recueillie. Un travail qui demandait un énorme savoir-faire et qui n’était certainement pas celui de la jeune femme, un peu trop hystérique pour ça. Elle lui laissa donc le temps de réfléchir et de lui répondre tout en restant sur ses gardes. Après tout, il pouvait aussi décider de l’envoyer bouler et l’achever à l’instant dans cette ruelle mais la blonde avait comme l’impression que cela allait les arranger tous les deux. Après quelques secondes de silence, elle décida de lui donner des petits détails.

- J’ai besoin d’une personne qui puisse récupérer des informations très importantes concernant un prisonnier mais si on apprend que quelqu’un se renseigne sur lui, c’est foutu. Il faut énormément de discrétion et tout nettoyer sur son passage. Il va même falloir à mon avis interroger quelques personnes qui ne se tairont jamais de leur agression. L’une d’entre elle se trouve en ce moment sur Loguetown et était proche de cet abruti que tu as tué. Si tu acceptes, tu auras ce que tu veux et je te donnerais plus de détails. Je crains devoir passer mes nerfs sur toi si tu refuses. J'attendais ce genre d'informations depuis un très long moment.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 28
Date d'inscription : 22/11/2016
Age : 25

Feuille de personnage
Unité de Puissance (UP): 2200
Points de Technique (PT): 100
Équipage:
Voir le profil de l'utilisateur




Setsuji Senta
Dit "Setsu" | Non primé
Sam 10 Déc - 23:57
Vu que la blonde au caractère impulsif et hystérique n'avait pas l'intention de le lâcher, même si Setsuji avait essayé de l'éloigner en feignant l'absence de connaissance à son sujet. Elle était vraiment tenace, il devait lui accorder cette qualité, bien qu'elle puisse être un défaut quand ça virait à l'acharnement obsessionnel comme ici. Pourtant si elle n'avait pas appelé la marine ou les sbires de Barbe Noire, vu que personne n'était venu en renfort, le jeune homme n'avait aucune raison de continuer. Ce n'était même pas comme si il était en danger ou qu'elle menaçait sa liberté, le pouvoir de l'or ce n'était pas le plus impossible à vaincre, et même avec une défense aussi solide, ça ne lui garantissait pas pour autant une offensive capable de le mettre en difficulté. La demoiselle préférait certainement se battre à coups de paroles plutôt que d'en venir aux mains, ce pourquoi elle lui parlait plus qu'elle ne le frappait. Curieusement elle s'étonnait de ne pas être morte, alors que pourtant elle avait pu mourir deux ou trois fois rien que dans la chambre si elle avait été un peu plus faible.

-Je voulais te tuer pour espérer préserver ma mission accomplie, mais tu l'as fait rater pour de bon, alors je n'ai plus aucune raison de t'en vouloir. En plus je ne tiens pas à m'éterniser dans les parages, je ne tiens pas à ce qu'on me tienne responsable de cette lamentable débâcle de ce soir.

En effet il n'avait plus rien à faire dans cette rue et dans les environs, cette mission échouée l'avait fortement contrarié et il voulait se calmer en marchant un peu. Seulement cette médecin lui rappelait encore et toujours son échec, et il commençait de plus en plus à perdre son sang-froid habituel. Il y avait peu de gens qui l'agaçaient autant qu'elle sur le coup, non seulement elle avait failli le faire repérer par les voisins de chambre de l'escroc en s'excitant sur l'assassin, mais en plus elle le suivait comme pour le narguer de son échec.

Cependant au lieu de faire ça, elle montra un peu plus de maturité qu'avant, renonçant pour de bon à ses provocations verbales et physiques. Elle se mit à parler plutôt de négociation, que Setsuji pourrait lui rendre un service au lieu de perdre son temps à combattre jusqu'à ce qu'il vienne à bout de son adversaire. Seulement, si Setsuji la vainquait, il ne la tuerait pas forcément, il avait des codes à respecter tout de même, il ne jouait pas simplement au petit tueur en herbe pour le plaisir et pour se distraire. Finalement il envisageait de plus en plus d'opter pour la solution la plus confortable, à savoir accepter son petit service en espérant que l'affaire du suicide se tasse. Au moins comme ça elle lui servirait d'alibi, comme elle est médecin et qu'elle sauve des vies, elle n'aurait aucun mal à le faire passer pour son assistant d'un jour.


-Des informateurs ? Je pensais que t'étais civile, pas marine. Mais si j'accepte ton service, tu seras ma complice et tu prends le risque de plonger avec moi si jamais on m'arrête. Je ne suis pas forcément formé pour résister aux tortures.

Il allait de soi que ce n'était pas quelque chose à prendre à la légère. Setsuji avait envisagé d'accepter son marché, ce qui était déjà un indice sur la solution qu'il préférait. La blonde semblait beaucoup se soucier de sa clientèle, même si il y avait bien plus glorieux comme client. Si jamais sa carrière de médecin devait s'arrêter à cause du témoignage du criminel arrêté, elle pourrait dire adieu à ses clients "de haut rang" comme elle disait. Plus que les soins, la demoiselle donnait l'impression d'être friande d'informations croustillantes. C'était le genre de discours que pourrait tenir une journaliste ou une marine, mais pas un médecin qui avait une réputation à défendre. Elle ne pouvait pas se permettre de jouer les James Bond casse-cou, car personne ne dirait non à éliminer un témoin gênant.

Elle poursuivit en donnant plus de détails sur cette fameuse mission qu'elle voulait qu'il réalise à sa place. Enfin Setsuji voyait ça comme une mission, il n'avait aucune idée de l'appellation exacte, mais il s'en fichait. Ainsi la demoiselle voulait en réalité récolter des informations en volant des documents et en torturant des gens. C'était parfaitement dans ses cordes, néanmoins il commençait à se demander ce qu'elle pouvait bien faire de ses journées avec de telles habitudes. Quelque chose lui disait qu'elle provoquait plus de blessures qu'elle n'en guérissait, en réalité. Setsuji croisa les bras en lui tournant le dos un instant, l'air dubitatif et contrarié à la fois. Il n'allait pas se laisser embobiner par elle sans au moins demander une contrepartie de poids sur ce coup.


-Pourquoi aurais-tu confiance en moi et ma coiffure bleue qui n'est soi-disant pas du tout discrète ? Toi qui doutes de mes compétences depuis le début, qui te moques de moi, et qui fais la peste en plus de m'attaquer sans raison. Sans compter que toutes les solutions te desservent, si je refuse je t'envoie à l'hôpital dans le meilleur des cas; si j'accepte et que je réussis, je pourrai te doubler sans que tu me dénonces pour te venger; si je me fais prendre et interroger, tu risques de partager ma cellule et de dire adieu à tes précieuses informations.
Revenir en haut Aller en bas





Invité
Invité
Lun 12 Déc - 15:21

Le tueur posait énormément de question concernant la proposition d’Haylen. Elle comprenait cela puisque leur rencontre n’a pas été de tout repos. Ils se détestaient presque mutuellement mais chacun pouvait rendre service à l’autre. La femme laissa apparaître un léger rictus sur son visage lorsque le bluet évoqua la marine. Il comprendra bien vite qu’il n’y a dans cette histoire, aucun des camps qu’il a l’habitude de fréquenter ou de croiser dans sa vie quotidienne. Non, les demandes d’information de la blonde provenaient d’une population pour le moment autonome de toute grande autorité. Elle comprenait également les risques et chaque parole de l’assassin prouvait d’un minimum de professionnalisme de sa part. Mais pour le coup, elle ne serait pas vraiment complice mais tout simplement celle qui a passé commande, c’est pire. Mais cela ne lui faisait pas peur, surtout si c’était pour quelque chose d’extrêmement important. Après avoir attentivement écouté les paroles censées de son interlocuteur, Haylen prit confiance et décida de lui en dire plus.

- C’est vrai, on est partit sur de mauvaises bases et si tu acceptes, je ne compte plus te revoir une fois cette mission achevée. Mais j’ai besoin de quelqu’un de discret et surtout, de quelqu’un qui ne pose aucune question. Sinon, j’aurai demandé à une personne digne de confiance. Je te promets de ne plus jamais me moquer de ta couleur de cheveux après ça. Mais je dois t’avouer une chose, les informations que je veux récupérer ne proviennent d’aucune grande faction. Il s’agit d’un petit royaume dont le roi est vraiment fou. Si je demande la discrétion, ce n’est pas tant pour ma vie, moi je suis libre et j’ai le temps de m’échapper. En revanche, c’est pour la vie de ce prisonnier que je crains.

En réalité, Haylen n’avait strictement aucune idée de si ledit prisonnier était encore en vie ou non. Ce qui tombait bien, c’est que le tueur ne chercherait pas plus à en savoir. Elle était même prête à lui donner une petite récompense s’il n’échouait pas.

- La personne que je te demande d’aller voir a bien plus peur du roi que de la mort que tu peux lui infliger. Je veux juste que tu lui demandes de te donner toutes les photocopies de tous les papiers qu’il détient à propos du prisonnier « Davis ». C’est un pseudonyme mais il comprendra. Une fois que tu as tout, apporte les moi. Ce ne sera pas compliqué, il n’est pas du genre à savoir se défendre et il est surtout trouillard. Si je m’approche de lui, je suis grillée alors ça doit être quelqu’un qu’il ne connaisse pas. Si tu prends les originaux, ce sera foutu. Le roi se doutera de quelque chose. Et même si c’est un article de journal, je m’en fiche, prends tout.

La grande dame sortit un stylo de sa poche ainsi qu’un bloc vide. Elle y écrivit quelque chose. Une simple adresse. C’est là où se trouvait l’homme en question. Pour quelqu’un comme Setsuji dont elle ne connaissait pas le prénom ni même le nom, cela devrait être très facile. Seulement quelques minutes. Il était encore plus faiblard que la personne qu’il venait de tuer il y a peu de temps. Un jeu d’enfant. Le plus compliqué allait être de pénétrer les lieux sans se faire voir. L’homme, petit, brun et surtout très obèse créchait dans un hôtel luxueux de la ville. Passer par la porte d’entrée serait plus que griller avec tous les vigils.

- Tiens, voilà l’adresse. Je peux t’y accompagner mais je ne m’approcherais pas trop près de l’hôtel. Je t’attendrai dans une rue juste à côté. Je n’ai aucun intérêt à me venger ici. C’est la première fois que je rencontre un gars de son genre et je dois dire que c’est une opportunité pour moi. De ton côté, tu n’as également aucun intérêt de me voler les preuves. Déjà parce que sinon, je cracherai tout le morceau en jouant la femme agressée et menacée, et ensuite parce que tu n’en tireras rien. C’est juste dans mes intérêts personnels. Il n’y a ni la marine, ni les pirates, ni la révolution de concerné là-dedans. Juste un roi fou. Je te donnerai aussi de quoi te payer ta prochaine embarcation, de la nourriture et un bon hôtel ou ce que tu veux peu m’importe. L’argent ne me manque pas. Après ça, tu n’existeras plus à mes yeux.


Haylen croisa alors les bras. Elle attendait tout simplement une réponse positive de la part de son interlocuteur. Il avait là de quoi avoir la paix pour un long moment. Il avait même de quoi prouver qu’il était fort dans son domaine et impressionnée Goldchild qui n’aura plus qu’à retirer ce qu’elle a dit. Si vraiment l’infiltration du bleuet foirait, Haylen serait à proximité pour tenter de le tirer d’affaire car s’il se faisait choper, elle serait encore plus que lui dans la merde. Surtout qu'en réalité, et s'il acceptait, l'homme n'allait trouvé que deux articles dans un vulgaire journal. Mais des articles au prix d'or pour la femme médecin. Des articles qui allaient lui donner des réponses qu'elle cherchait depuis tant de temps.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 28
Date d'inscription : 22/11/2016
Age : 25

Feuille de personnage
Unité de Puissance (UP): 2200
Points de Technique (PT): 100
Équipage:
Voir le profil de l'utilisateur




Setsuji Senta
Dit "Setsu" | Non primé
Lun 12 Déc - 17:14
Curieusement la demoiselle ne tarda pas à lui donner une réponse foncièrement positive malgré qu'il ait exposé les doutes dès le début pour être certain qu'elle sache dans quoi elle s'embarquerait en s'engageant. Selon ses dires, il devait infiltrer un royaume apparemment important et y délivrer un prisonnier particulier. Il ne pouvait s'empêcher de sourire en coin en l'entendant parler, il trouvait ça aussi amusant que sérieux. Il était tenté de justifier son sourire en lui demandant si il y avait quelque chose entre elle et le prisonnier, justifiant à son tour justifier sa manoeuvre. Engager un mercenaire qu'elle ne connaissait pas depuis plus de dix minutes, c'était vraiment désespéré. Ce n'était pas quelque chose à faire en vain, d'autant plus si il serait dans un royaume gouverné par ses propres lois et sa propre autorité individuelle. Aucun risque que la marine vienne s'en mêler, donc aucun souci pour Setsuji, c'était le mieux qu'il puisse espérer.

-C'est une idée qui me plait, si c'est pour ne plus t'avoir dans mes pattes à l'avenir et à partir de maintenant. Le but est donc de délivrer un prisonnier en toute discrétion, ça risque d'être difficile mais je prends le risque. De toute façon, j'ai toujours été masochiste dans mes missions, plus il y a de difficulté, mieux je me sens.

En effet c'était plus stimulant d'effectuer des missions compliquées, car la rigueur était à son apogée dans ce genre de cas. Setsuji avait tendance à se relâcher dans les missions simples comme tuer un escroc dans sa chambre après lui avoir fait écrire son propre testament. C'était sans doute pour ça qu'il n'avait pas fait attention aux bruits de pas vers la chambre, sinon il n'aurait pas attendu pour embrocher la personne d'entrée de jeu. Cette fois en revanche, la difficulté doublait, car ce n'était plus une question de tuer mais de sauver. La demoiselle lui avait demandé quelque chose de vraiment très compliqué, la discrétion n'allait pas être la plus optimale. Si il devait se balader avec un prisonnier dans les couloirs de la royauté, rien ne lui garantissait que l'alerte ne serait pas déclenchée. Il avait tendance à toujours compter sur lui-même dans n'importe quelle mission, il n'était jamais mieux servi que par sa propre personne après tout. Mais là, se trimbaler un prisonnier et le garder en vie, c'était d'une difficulté bien différente.

Sans transition, la médecin lui parla plus en détails de la mission qu'il devait effectuer pour délivrer ce prisonnier. Il devait avant tout prendre contact avec un de ses fameux informateurs afin de connaître toutes les informations concernant le prisonnier Davis. Un pseudonyme, comme elle ne se cachait pas de le dire tout haut, une bonne façon de ne pas connaître l'identité de sa cible. C'était mieux comme ça, quelque part, au moins il n'avait pas besoin de faire des liens là où il n'y en avait pas besoin. Réfléchir était son pire ennemi dans ce genre de situations délicates, il devait simplement réfléchir avant de commencer, et c'était tout. Elle poursuivit ensuite en parlant plus en détail de l'informateur, même si Setsuji aurait aimé connaître aussi son apparence histoire de le reconnaître, par exemple si il avait une cicatrice ou des grains de beauté, quelque chose à quoi il pourrait le reconnaître.


-Je suis pas sûr de tout avoir compris dans l'histoire, mais si ce type doit me fournir toutes les informations pour infiltrer la prison, mieux vaut y aller tout de suite. En revanche, j'imagine que tu n'as pas vu "Davis" depuis un moment, vu que tu dis qu'on risque de te griller si tu y vas. J'espère que ton contact sait si ma cible est toujours vivante mieux que toi, je ne voudrais pas faire tout ça pour rien.

Un nouveau petit sourire en coin s'afficha sur son visage alors qu'elle parlait de la récompense, c'était toujours agréable d'entendre ça à l'avance. Qui plus est, la demoiselle avait parlé de n'avoir aucun problème avec l'argent, vu son pouvoir, elle pourrait bien lui filer quelques lingots d'or ou peut-être quelque chose de plus discret plutôt. Il avait accepté comme il se devait, et n'avait pas posé de question comme demandé. Le jeune homme prit alors le bout de papier sur lequel était inscrite l'adresse, attendant qu'elle ouvre la marche vers cet hôtel. Le voyage ne serait pas forcément court, c'était sans doute sur une autre île, peut-être même sur une autre mer, mais Setsuji saurait patienter. Après tout le jeu en valait la chandelle, la médecin achetait son prisonnier et sa vie à prix d'or en lui offrant ces cadeaux. Bien sûr il espérait que le prisonnier soit encore en vie pour éviter de voir sa mission échouée avant d'avoir commencé. Il pouvait peut-être lui ramener son corps pour un enterrement décent, mais il n'était pas capable de ressuciter les gens, seulement de les tuer.
Revenir en haut Aller en bas





Invité
Invité
Mer 14 Déc - 13:39
Cet homme était parfait, il ne posait pas de questions fâcheuses. Il voulait la paix et il l’aura comme convenu une fois qu’Haylen détiendra les papiers tant convoités. Elle n’aurait pas à se salir les mains d’une quelconque manière. Bien entendu, faire tuer quelqu’un n’était pas son genre mais quand il s’agissait de personnes auxquelles elle tenait, c’était une autre histoire. La blonde était prête à tout pour obtenir ce dont elle avait besoin. Cependant, l’assassin n’avait peut-être pas tout comprit. Haylen allait donc éclairer sa lanterne avant de partir. Il était important qu’il comprenne entièrement sa mission et ne fasse rien de travers. Infiltrer la prison serait du suicide, surtout à deux et aussi rapidement, sans aucun plan. Cela allait prendre des années et comme il l’avait si bien souligné, le prisonnier n’était peut-être plus de ce monde.

- Eh bien, il s’agit surtout de savoir dans quelle prison il se trouve ou s’est trouvé hélas. Comme tu l’as très bien remarqué, je n’ai aucune idée de s’il est en vie ou pas. Pour ce qui est de sa potentielle évasion, je verrai ça pour plus tard. Chaque chose en son temps. L’important est de ne pas semer le doute et surtout, il ne faut pas qu’ils sachent que des preuves sur le prisonnier en question ont disparu. Ce dernier point est vraiment important. Tout doit être parfait, ni preuve, ni trace, ni soupçon.

Le médecin mit alors les mains dans ses poches. Comme elle l’avait dit plus tôt, l’informateur se trouvait à Loguetown. Il avait en réalité effectué un long voyage et retournait tout simplement sur son île. C’était donc un simple arrêt pour lui et il ne fallait surtout pas le louper. S’il prenait le bateau ce soir, c’était largement foutu. Il serait impossible de le revoir un jour. Haylen n’avait qu’un but en tête ces derniers temps, savoir où se trouvait ce prisonnier mort ou vivant. Elle exécuta ainsi les premiers pas ne se pressant pas afin de ne pas éveiller les soupçons des personnes nocturnes. Son cœur battait assez fort, elle avait prit une décision très rapidement. Une décision qui mettait en jeu la vie d’une personne et surtout, sa propre liberté. La grande Dame n’avait aucune envie de mêler Alexander dans cette histoire. Il était très puissant certes, mais il ne méritait pas les foudres d’un roi fou. Et surtout, elle ne voulait pas rester avec lui pour lui demander ce genre de service. Il était bien plus qu’un homme fort pour elle, son potentiel n’avait pas à lui servir pour de sombres activités. D’autant plus qu’il était sur la voie de la rédemption.

Haylen n’entama aucune conversation. Elle se contenta d’indiquer un chemin puis elle s’arrêta près d’un mur après une dizaine de minute de marche. A l’entrée d’une ruelle où se trouvait une pharmacie de garde. Cela tombait bien, elle pourrait faire quelques emplettes. L’homme en question devait certainement dormir. La grande dame jeta un coup d’œil au bâtiment qu’elle pouvait tout de même entrevoir de là où elle se trouvait. Beaucoup de lumières étaient éteintes en particulier à l’étage de la cible. L’assassin n’avait plus qu’à se faufiler sans se faire voir de qui que ce soit et surtout, ne rien laisser derrière lui.

- Bien, je t’attends ici. L’immeuble concerné est juste à côté. Je me répète mais je ne veux rien d’autres que des papiers et surtout, les doubles. Pas les originaux. Il n’est pas ici pour rien. Si tu es doué, cela ne devrait pas te prendre énormément de temps. Je viendrais à toi si je vois que tu mets trop de temps ou s’il semble y avoir un changement de plan.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 28
Date d'inscription : 22/11/2016
Age : 25

Feuille de personnage
Unité de Puissance (UP): 2200
Points de Technique (PT): 100
Équipage:
Voir le profil de l'utilisateur




Setsuji Senta
Dit "Setsu" | Non primé
Sam 17 Déc - 17:15
De plus en plus, Setsuji récoltait les informations sur sa prochaine mission qui concernait à sortir un prisonnier de sa cellule et à l'escorter dehors. Comme son interlocutrice le disait, il fallait savoir dans quelle prison il se trouvait, sinon ça risquait de rendre la tâche impossible, et pour de vrai cette fois. Certes il était bon comédien et pouvait peut-être s'infiltrer au sein des gardes afin de jouer les relations avant la libération de l'individu. Le seul hic une fois cela atteint, c'était qu'il ne connaissait même pas son nom complet, alors comment espérer le sortir si il ne le connait même pas de visage ni de nom ? C'était tout bonnement impossible, à moins de provoquer une évasion générale en espérant que le bougre se dirige vers le seul garde qui comme par hasard s'avérera être le faux. Non c'était vraiment trop compliqué, l'informateur allait forcément devoir tout lui dire sur lui, que ce soit son identité, son plat préféré, ou même son type de femmes.

Sur ces mots, il accompagna la demoiselle vers l'hôtel où se trouvait l'individu. Il espérait grandement trouver toutes les informations nécessaires pour reconnaître ce prisonnier, autre chose qu'un stupide surnom que les gardes ne devaient probablement même pas connaître. Il n'avait rien eu à ajouter à ses dernières paroles, la demoiselle avait simplement mis en avant ses doutes, et Setsuji n'en avait plus aucun, maintenant que l'informateur avait rejoint la partie. Grâce à lui il allait pouvoir tout connaître et réaliser sa mission sans trop de difficulté. Après tout c'était lui qui devait tout lui apprendre, il comptait entièrement sur ses dossiers confidentiels fraîchement volés dans les papiers des prisonniers. Quelque part lui aussi devait être un virtuose de l'infiltration, si la demoiselle mettait en avant le danger qu'on s'aperçoive de la disparition des papiers. Il les avait pris sans aucune difficulté et à l'insu du personnel, à moins d'en faire justement partie.

Un peu plus tard, alors qu'un crachin humidifiait l'air dans les rues de Logue Town, le duo arriva à l'hôtel où Setsuji devait rencontrer ce fameux informateur. Il allait de soi que ce serait difficile d'être ami-ami avec lui, mais il comptait bien tout tenter pour arriver à ses fins. Ainsi donc il devait récolter le double des papiers officiels afin de les donner à la médecin, des fois qu'elle aurait envie d'en savoir un peu plus sur la personne qu'elle était censée connaître.


-Ne t'en fais pas, je ne devrais pas en avoir pour plus d'une heure. Il me faut aussi lire ces papiers avant de te les donner, m'imprégner de ces données sur le prisonnier "Davis" pour mener à bien mon infiltration. Je te les donnerai une fois que j'aurai tout lu, alors ne te tracasse pas du temps, tout se passera bien.

Une fois cela dit, il entra dans l'hôtel sans plus tarder, d'un air naturel comme toujours. Le réceptionniste de nuit le salua en lui demandant si il pouvait l'aider, mais Setsuji lui donna une réponse absurde dont il avait toujours eu le secret, ce qui eut pour effet naturel de lui répondre en quelque sorte "c'est pas tes affaires". Il n'avait pas envie de chercher une vraie excuse, surtout une qui justifiait sa présence dans les couloirs en pleine nuit. Il aurait pu rigoler un bon coup en lui disant qu'il était là pour un assassinat, rien de bien particulier, mais le réceptionniste aurait bien été capable de le croire et d'appeler la marine. Comme il ne connaissait pas la chambre de l'informateur, il allait devoir parcourir chaque chambre pour le découvrir. Bien sûr il ne comptait pas entrer, simplement frapper à la porte tellement doucement que si quelqu'un se tenait éveillé malgré la lumière éteinte, il répondrait automatiquement.

Ainsi il entreprit sa petite recherche furtive, laissant ses phalanges heurter doucement le bois des portes plusieurs fois pour attirer l'attention d'une éventuelle personne éveillée. Les premières portes ne donnaient rien que du silence, comme attendu, ce qui poussa le jeune homme à chercher dans un étage plus élevé, et encore un autre, et encore un jusqu'à tomber sur la bonne chambre. Il n'avait pas l'intention de brusquer l'informateur en s'introduisant par effraction comme à son habitude, vu qu'il ne devait pas tuer mais sympathiser pour avoir les papiers confidentiels. C'est alors qu'en explorant à pas de velours le quatrième étage, il finit par entendre une réponse malgré la lumière éteinte, aussi douce que la frappe de ses doigts sur la porte.


-Qui va là ?

-Je recherche un M. Davis, est-il ici ?

-Oui, c'est moi, entrez donc, je vous en prie.

Sans plus attendre, l'homme lui ouvrit doucement sa porte, Setsuji ayant prononcé le "mot de passe" qui avait attiré son attention. Bien sûr qu'il n'était pas ce "Davis", mais le fait d'avoir donné ce nom d'entrée de jeu l'avait fait réagir, et ça semblait prometteur si il connaissait au minimum le sujet sur le prisonnier. En revanche si il l'avait laissé entrer, l'informateur n'était pas forcément déterminé à lui donner les informations, n'importe qui aurait pu entendre ce pseudo d'une discussion entre eux deux et les devancer. Setsuji s'approcha alors de la fenêtre et l'entrouvrit pour qu'il puisse apercevoir la demoiselle qui attendait le jeune homme dehors, regardant le rideau dévoiler le visage de l'informateur. De son côté à elle, la médecin avait certainement compris par ce geste qu'il avait réussi à entrer et qu'en plus il commençait à prendre contact sans hostilité aucune. Ainsi tous les deux purent se voir l'un l'autre, l'informateur souriant un peu en voyant la silhouette bien familière malgré l'obscurité. Setsuji referma alors les rideaux, l'individu alluma une lampe de chevet pour que ce soit plus discret que la grande lampe.

-Alors finalement elle a réussi à trouver quelqu'un d'assez courageux pour accepter cette mission suicide.

-Je n'irais pas jusqu'à dire suicide, mais c'est vrai que c'est une mission de taille de sauver quelqu'un.

-J'espère que vous serez de taille, je mets beaucoup en jeu pour lui permettre de délivrer "Davis", rien qu'avoir subtilisé ces documents confidentiels pourrait me valoir la peine de mort.

-Ne vous en faites pas, j'en prends la responsabilité, vous allez pouvoir remettre les documents à leur place maintenant. Moi aussi j'espère être de taille, cette mission est d'un autre niveau que mes précédentes.

À présent qu'il avait les documents copiés à l'avance, il pouvait les lire sans attendre. Après tout comme il l'avait dit, il risquait gros à préserver ces documents hors de leur emplacement d'origine, il ne pouvait pas s'en aller comme ça sans s'assurer que la demoiselle ait trouvé une personne capable de réussir. Le voyage devait être long si il n'était pas encore parti les retourner dans son royaume, heureusement Setsuji essayait de se montrer aussi déterminé que jamais. Ce qu'il allait apprendre dans ces documents l'aiderait certainement pour la suite, mais il n'avait aucune idée de ce qui l'attendait dans cet ensemble de pages.

IRP:
 
Revenir en haut Aller en bas





Invité
Invité
Lun 19 Déc - 10:24

Le meurtrier avait confiance en lui, c’était bon signe. Il affirma à la jeune femme qu’il n’en n’aurait pas pour très longtemps. Haylen se contenta alors d’un hochement de tête et entra dans la pharmacie alors que lui se dirigeait vers sa mission. Elle prépara en même temps que ses achats la récompense du bleuet parce qu’elle était digne de confiance. De la vitrine, elle aperçu Setsuji à une fenêtre mais pas seulement. Voilà une tête qu’elle n’avait pas vue depuis bien des années. La grande dame serra les dents. La colère lui montait au nez mais elle devait se contenir. Elle ne savait pas qu’en réalité, il était plutôt de son côté. La blonde acheta tout ce dont elle avait besoin, il fallait faire le plein de médicaments, de bandages, désinfectants et j’en passe. Les rideaux se fermèrent et son regard n’avait plus à se focaliser sur la cible. Haylen ne devait pas craquer mais elle brulait d’impatience.

Les documents qu’allait recevoir Setsuji n’étaient pas nombreux. Cependant, ils en disaient long. Le premier était un document officiel de cession de bien. Le roi de l’île avait vendu à un commissaire priseur pour une coquette somme quelque chose de très précieux depuis des décennies. Selon les papiers, le trésor se trouvait désormais entre les mains d’un professionnel des enchères de Whiskey Peak. Une date bien précise était prévue : dans deux mois. De quoi donner largement le temps à Haylen de rejoindre cette île. Ce qu’il y avait à vendre ? C’était terrifiant, une paire d’yeux. Les yeux de « Davis » aussi précieux soient-ils mais ce n’était pas le pire.

Les derniers documents étaient des articles de journaux. Le premier parlait de la future exécution du prisonnier « Davis ». Le second était plus actuel, la mort dudit homme. Le roi exigea que l’on raconte avec précision comment il avait puni ce prisonnier afin que personne ne soit tenté de s’opposer à lui de nouveau un jour. Il avait d’abord exigé à ce qu’on lui arrache les yeux, des yeux qui valent une fortune et qui sont extrêmement rares. Il fallait ensuite à tout prix garder en vie l’homme. Le roi organisa ce jour là un énorme festin, tout le monde y était convié. Quiconque serait absent subirait un sort similaire. On ne pouvait pas refuser un diner offert par le roi, cet homme si tyrannique. Barbe Noire était presque un petit joueur à côté, et cela, Haylen allait vite s’en rendre compte. Setsuji lui allait certainement comprendre ce qu'était la cruauté. Un simple arnaqueur n'était rien à côté de ce monstre de dictateur.

Le dirigeant de l’île en question accrocha ensuite le prisonnier à sa calèche pour le trainer jusqu’à l’endroit du festin. Par la suite, il alluma tout simplement le feu du barbecue avec le corps du prisonnier, brûlé vivant à ce moment-là. Une terrible histoire qui pouvait en faire frissonner plus d’un. Voilà pourquoi tout le monde préférait mourir de la main d’un assassin plutôt que de celle du roi de Blue Mountain, petite île perdue au beau milieu d’East Blue qui n’a pas encore subit l’influence de qui que ce soit. Le seul espoir de délivrer « Davis » était donc de récupérer la seule chose qu’il restait de lui, ses yeux.

Pendant ce temps-là, Haylen termina ses achats et attendit dehors l’arrivée de l’assassin. Le soleil allait se lever d’ici une heure. Les marins se préparaient à partir travailler, les rues n’allaient pas tarder à s’agiter. La grande dame jeta un œil à sa montre puis un bijou qui lui était précieux. Elle se perdit dans ses souvenirs en attendant toujours et encore. L’heure semblait être des jours entiers pour elle. La blonde espérait beaucoup de cette mission suicidaire. La mort du prisonnier allait certainement beaucoup l’attrister mais elle sera bien plus déterminée à récupérer les seuls souvenirs présents dans ce monde. La vengeance allait peut-être envahir l’esprit si pur de la dame la poussant alors à suivre une voie qu’elle n’aurait jamais pensé rejoindre.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 28
Date d'inscription : 22/11/2016
Age : 25

Feuille de personnage
Unité de Puissance (UP): 2200
Points de Technique (PT): 100
Équipage:
Voir le profil de l'utilisateur




Setsuji Senta
Dit "Setsu" | Non primé
Ven 23 Déc - 17:38
Maintenant que Setsuji avait capté l'attention de l'informateur, celui-ci pouvait d'ores et déjà lui donner ce qu'il voulait. Il avait certainement de la lecture devant lui, car le dossier ne faisait pas qu'une page. Bien sûr il ne comptait pas tout lire, mais au moins les grandes lignes afin de connaître la situation, si on avait exécuté "Davis" ou si il était toujours enfermé. Le dossier que l'homme lui avait donné allait faire mention de tout ça, et Setsuji se réjouissait déjà de réaliser sa future mission compliquée à souhait. Il commença donc par la première page, s'installant dans un fauteuil pour être plus à l'aise, et surtout pour se trouver dans la lumière de la lampe de chevet. Il n'y avait pas de doute quant au sort qui avait frappé "Davis" désormais, il n'avait pas eu beaucoup de chance sur ce coup.

En effet le prisonnier était mort depuis longtemps et tout ce qu'il restait de lui était ses yeux, gardés par le roi comme trésor de valeur. Le regard de Setsuji se durcit en lisant le papier, demeurant silencieux même si il avait envie de gronder l'informateur sur la vraie nature de sa mission. Il ne s'agissait plus de récupérer un civil fait prisonnier, mais de voler le roi et rapporter le restes de ce prisonnier à la médecin. Il valait mieux qu'un voleur, dans l'absolu, il avait mieux à faire que de voler un bête objet de valeur sentimentale pour faire plaisir à la demoiselle vengeresse. Cependant il avait promis qu'il accomplirait cette mission, et qu'il reviendrait avec ce prisonnier, sous quelle forme que ce soit, vivant ou pas. C'était dans son intérêt également, il faisait ça pour que plus jamais la demoiselle ne se retrouve sur son chemin. Après, le "nouveau" civil à récupérer s'avérait au moins plus facile à transporter, et dans le doute il suffisait d'arracher les yeux du premier garde royal venu pour que ça fasse l'affaire. Mais dans un souci de perfection il ne voulait pas se rabaisser à user de méthodes de facilité.

Tout cela sonnait comme une mauvaise histoire d'horreur, d'abord parler du trésor le plus glauque qui soit, et ensuite en venir aux faits. Dans ces fameux faits, il s'agissait de la manière dont "Davis" avait été exécuté, le roi n'avait pas lésiné sur les moyens pour qu'il souffre énormément dans sa mort. Le roi était vraiment d'une invraisemblable ignominie, même Setsuji ne ferait pas ça à son pire ennemi si jamais il le capturait un jour. Même si il ne se sentait pas du tout concerné par l'affaire, le simple fait de voir de telles atrocités lui donnait envie de s'impliquer et de se vanter d'avoir volé ce roi si confiant. En revanche si apprendre ça mort ne l'affectait pas plus que cela, d'un point de vue sentimental, après tout il ne le connaissait même pas, pour la blonde ça risquait d'être une autre affaire.

Malgré tout, cette histoire sanglante à souhait ne racontait pas pourquoi "Davis" était aussi détesté par son roi, à moins que ce soit le roi qui soit barge en réalité. C'était commage, Setsuji aurait pourtant voulu connaître ses antécédents, savoir ce qu'il avait fait au bon dieu pour être traité comme la pire des racailles. Même Barbe Noire ne méritait pas d'être aussi maltraité, enfin peut-être. Heureusement ça facilitait grandement les choses que le prisonnier soit réduit à une paire d'yeux, mais tout de même, c'était une mission bien glauque qui attendait l'assassin. Il ne savait pas si la blonde allait accepter de lire cette copie du dossier de la mort du prisonnier, mais il n'avait pas besoin de ça pour commencer déjà. En revanche il avait aussi besoin d'une carte pour se rendre là-bas, ainsi que la localisation du "trésor" pour qu'il sache où s'infiltrer. Ce n'était pas la première fois qu'il voyait des gens redoubler de méchanceté qui torturaient leurs ennemis même après qu'ils aient parlé assez, mais c'était la première fois que cet individu était quelqu'un de haut placé. L'idée de rendre aveugle ce roi et de rapporter à la demoiselle une deuxième paire gratuite comme si c'était des lunettes le démangeait beaucoup. Il n'avait qu'un ordre à recevoir pour passer à l'action à son sujet, mais ça c'était à la fille de décider.

Ainsi tout lu, le jeune homme se leva, pinçant la copie du dossier entre ses doigts. Sans un mot il se dirigea vers la sortie, lire ces documents avait rendu sa mission bien plus limpide. Il n'avait pourtant pas l'habitude de s'émouvoir des atrocités des autres, il était un pirate après tout, lui-même était capable de tortures physiquement. Pourtant cette affaire le mettait dans tous ses états, le fait qu'un roi puisse à ce point jouer avec la vie de son peuple le répugnait si bien qu'il craignait d'être empoisonné au contact de sa peau si il venait à le toucher. De son côté, l'informateur avait bien compris que Setsuji avait reçu ce feu immense qui le brûlait de l'intérieur, se côté vengeur qui faisait ou refaisait surface. Par chance il n'avait pas d'insigne à déposer dans le tiroir en disant "je suis pas un marine aujourd'hui", mais cette affaire ne restait pas moins personnelle pour autant. En plus d'apprendre sa mort, Setsuji apprenait indirectement qu'il n'était désormais plus nécessaire de s'infiltrer dans la garde pour récupérer un colis vivant. Il ramena alors le dossier à la demoiselle, curieusement silencieux au début, avant de se tourner vers elle avec un regard qui lui disait qu'il avait compris son rôle plus que jamais.


-Ton fameux roi a suffisamment décrit le sort de ton prisonnier pour que j'en sache plus sur lui. Ce n'est pas un humain, tout ce qu'il a fait état gratuit, il n'avait aucune raison de s'acharner à ce point sur lui. Pour ma part, moi non plus je ne suis plus humain ce soir, ne t'attends pas à me voir respecter mes codes habituels.
Revenir en haut Aller en bas





Invité
Invité
Lun 26 Déc - 10:16
La jeune femme attendait toujours dehors, observait le soleil de lever. L’air frais et des bruits de pas vinrent la réveiller. Elle avait été de garde toute la nuit et la fatigue commençait peu à peu à l’emporter. L’assassin était enfin de retour, son regard avait une saveur amère. Ce qu’il avait apprit n’était visiblement pas de tout repos. Haylen se montra sérieuse tout le long, elle prit les dossiers dans ses mains et y jeta un premier coup de d’œil. Ce qu’elle pu lire en diagonale lui fit beaucoup de mal. Son cœur se mit à trembler et ses mains serraient très fort les dossiers. Des journaux et encore des journaux mais surtout, une cession de bien. Qu’est-ce qu’avait fait ce psychopathe ? Elle comprit immédiatement ce qu’était devenu un membre de sa famille. En même temps qu’elle bloquait sur les papiers, la blonde écoutait attentivement le meurtrier. Il voulait continuer, il semblait vouloir continuer mais hélas, la suite se trouvait visiblement à Whiskey Peak. Haylen regarda à nouveau son interlocuteur, elle restait humble mais tout cela n’était que du forcé. C’est avec beaucoup de politesse et de respect qu’elle lui répondit tout en lui tendant sa belle récompense.

- Merci à toi. Je t’ai sous-estimé, je te prie de m’excuser. Prends ça, ça t’aidera forcément pour ton long périple. Depuis que ce roi a été couronné, la vie sur l’île est devenue un fardeau mais je vais devoir réunir plus de monde. Ce serait du suicide. Je te remercie pour ton aide. Peut-être à une autre fois. De mon côté, tu peux compter sur moi, je ne dirais strictement rien. Je te laisserai me tuer si un jour un mot m’échappe concernant la mort de cet homme. Prends soin de toi et des tiens.

Elle n’était pas bien non et s’en alla en direction du cabinet. Il n’y avait plus rien à dire mis à part préparer sa vengeance qui serait terrible. Si même un assassin reconnaissait que ce roi était un monstre alors… C’est qu’il ne méritait tout simplement pas de vivre. La femme médecin ne réussit même pas s’endormir, elle lisait et relisait encore et toujours toutes les informations nécessaires. Son premier objectif à présent était de récupérer ce qu’il restait du défunt à Whiskey Peak. Etre invité à une vente aux enchères noires serait vraiment compliquer. La jeune femme allait devoir déborder d’imagination. Pour ce qui est du roi, elle s’occuperait de son cas lorsque ce sera le bon moment. Pour le moment, elle était bien trop faible. D’ici là, peut-être qu’elle aura encore besoin des services de l’assassin mais pour le moment, elle fit ce qu’elle avait promis… Il n’existe plus. Elle n’a rien vu, rien entendu. L’homme qu’il avait tué s’était juste suicidé. Haylen allait garder le secret toute sa vie mais cela ne la pèserait pas.

Les jours suivants, elle végéta tout simplement dans une chambre d’hôtel. Ne donnant aucune nouvelle, ne cherchant même pas à sortir. Elle était tout simplement effondrée, ne supportant pas ce que l’on avait fait subir à cet homme qu’elle connaissait si bien mais qu’elle n’avait pas vu depuis tant d’années. Ce n’est qu’au bout de quelques jours que la blonde se ressaisit. Rependant à la seule raison de vivre qu’elle avait aujourd’hui à savoir son métier mais aussi un homme. Un homme très charmant qu’elle avait rencontré depuis peu. Elle avait beau fuir ses sentiments, ils finissaient toujours pas la rattraper. Il lui manquait et à présent, elle ne se sentait plus bien toute seule. La solitude la rongeait bien trop. Haylen prit alors une décision, suivre Alexander. Peu importe la décision qu’il prendra, elle le suivra. Après tout, cela empêchera de les mettre tous les deux en danger. C’est donc avec un second objectif qu’elle partit de Logue Town, annoncer à Alexander qu’elle ne voulait plus qu’il la suive lui mais qu’elle allait le suivre. Le plus complexe allait peut-être être de retrouver l’homme mais cela lui ferait un bien fou que de ne plus jamais être seule. La vie était bien trop courte pour se mentir à soi-même. Haylen n’avait jamais dit assez à son père qu’elle l’aimait, ni même à sa mère, ses frères et sœurs et aujourd’hui, elle le regrettait parce qu’elle ne le reverrait jamais. Elle ne voulait pas faire la même erreur encore et encore.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 28
Date d'inscription : 22/11/2016
Age : 25

Feuille de personnage
Unité de Puissance (UP): 2200
Points de Technique (PT): 100
Équipage:
Voir le profil de l'utilisateur




Setsuji Senta
Dit "Setsu" | Non primé
Mer 28 Déc - 14:16
Comme Setsuji plus tôt dans la soirée, la demoiselle aussi se crispait à la lecture du dossier. Même si elle lisait clairement en diagonale à moins d'être une lectrice vétéran, elle semblait comprendre tout ce qui était écrit sur les pages. Elle avait certainement compris ce qu'il était advenu de "Davis" le prisonnier si cher à son coeur. Le jeune homme ne pouvait pas lui reprocher ce qu'il avait lui-même ressenti, la colère ne pouvait pas être retenue indéfiniment dans ce genre de situations. Il est vrai que Setsuji était habitué à taire ses émotions, mais là c'était plus fort que lui. Il avait beau avoir l'habitude de tuer, il ne restait pas moins sensible à certaines choses. Il tuait selon ses propres codes, ceux de son clan mêlés aux siens, il jugeait qui ne méritait pas de vivre et qui avait encore droit à une seconde chance, parmi les cibles potentielles. Ce roi lui agissait en dictateur, en plus de réserver une punition ignoble aux moindres résistants, ce qui allait parfaitement dans le sens des codes de Setsuji. Il collait à sa vision de quelqu'un qui n'avait plus le droit de vivre, qui méritait la mort pour le bonheur d'un tas d'autres citoyens.

Malgré tout, la médecin n'avait pas l'intention de continuer de l'embaucher, aussi surprenant que son choix parut sur l'instant. Sestuji était un peu perdu lui qui voyait au contraire sa mission simplifiée, il entendait sa commanditaire renoncer à ses services pour la suite, parlant de manque de personnel pour mener à bien cette expédition. Pourtant le jeune homme n'avait pas la moindre tendance suicidaire, il savait très bien voler un trésor à peine plus grand que son poing et repartir sans laisser de trace. En réalité, la demoiselle avait réagi bien plus violemment que Setsuji dans sa tête au moment de lire le dossier. Elle ne tenait plus à faire exécuter cette mission par l'inconnu qu'il était, un petit vol ni vu ni connu, mais elle voulait en faire une affaire personnel. C'était pour ça qu'elle voulait réunir son petit bataillon, pour non seulement voler les restes de "Davis" mais aussi pour sans doute assassiner le roi en grandes pompes pour en faire un exemple. Si Setsuji avait dû le tuer, il l'aurait évidemment fait discrètement, il n'aurait pas brandi sa tête coupée au peuple en s'autoproclamant sauveur de cette patrie comme la médecin pensait sans doute le faire.


-C'est ton choix, j'espère que tu trouveras des compagnons aussi professionnels que moi. Sache que si jamais tu veux m'engager par la suite dans ta mission périlleuse, je serais ravi de t'aider à descendre ce roi indigne. Je reste encore à Logue Town quelques jours avant de partir, tu peux me trouver à l'hôtel de la rue est, chambre vingt-trois. Sur ce, bonne chance pour la suite, au plaisir de ne plus te revoir me gêner dans mes assassinats.

Même si Setsuji n'était pas du genre à verser dans le sentimental, il devait avouer que ses paroles étaient moins froides que d'habitude. Il avait même proposé son aide sans donner de contrepartie dans la même consigne, ce qui était inhabituel. Peut-être qu'il avait ressenti un moment d'empathie en ressentant tout ce que la demoiselle avait pu ressentir en apprenant la mort de son protégé dans de si effroyables conditions. C'était tout à fait possible, le jeune homme avait beau assassiner de sang froid, il n'était pas pour autant un monstre dénué d'émotions, il ne faisait que les cacher au fond de lui par professionnalisme. Il était évident que n'importe quel mur en acier pouvait être brisé, celui qu'avait érigé Setsuji dans son esprit avait juste été un peu moins épais sur ce coup. Il avait sans doute encore beaucoup de choses à apprendre dans l'art de l'assassinat.

Au moins c'était toujours ça de savoir que la demoiselle n'allait ni le dénoncer, ni se trouver sur son chemin, lui laissant même la possibilité de la tuer sans résister si elle venait à trahir son engagement. Sestuji aurait un peu mal au coeur de devoir la tuer, sachant qu'elle devait avant ça venger la mort cruelle de son fameux prisonnier, mais il n'hésiterait pas à le faire dans son propre intérêt. De toute façon il ne la connaissait pas du tout, il n'allait pas se prendre d'affection pour elle alors que c'était un fardeau très gênant au début.

Mais tout ça, c'était réglé, il n'avait plus rien à faire dans sa vie et pouvait tranquillement reprendre ses occupations. Il ne passait pas sa vie à assassiner, contrairement à ce qu'on pourrait penser de lui, il avait parfois des loisirs ordinaires, pas torturer des animaux, mais simplement profiter du lever de soleil, se baigner dans des sources chaudes, manger au restaurant. Il avait précisément une vie ordinaire quand il n'assassinait pas, ce qui collait à l'image qu'il voulait que les civils aient de lui, à savoir l'un d'entre eux. Même si il avait du mal à "changer de mode" pour montrer ses sentiments, il ne restait pas moins inoffensif quand il ne se baladait pas avec son sabre dans les rues. Pour l'instant, il préférait comme loisir celui de se reposer, car il avait passé toute la nuit à se battre ainsi qu'à parler et à lire, il ne lui restait plus beaucoup d'heures de sommeil. Il avait heureusement tout le temps de méditer sur son échec et de s'arranger pour ne plus refaire ces erreurs.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Respecter les codes [PV : Haylen Goldchild]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» ¤ Formulaire à respecter.
» Tu veux faire ta pub' ? Quelques règles à respecter !
» Codes en libre service ✖ aka J'ai que ça à faire [FERMÉ]
» Codes pour embellir vos RP
» Bonus : Les Codes HTML

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: The Story :: Four Blues :: East Blue :: Polestar Island - Logue Town-
Sauter vers: