AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

 :: The Story :: Four Blues :: East Blue :: Goa Kingdom Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un réseau de traffic de médicaments?

avatar
Messages : 90
Date d'inscription : 10/11/2016

Feuille de personnage
Unité de Puissance (UP): 2430
Points de Technique (PT): 145
Équipage:
Dim 13 Nov - 20:39
Niito était toujours posté à Goa, sous les ordres de la 157e division. Principalement une force d'occupation considérable veillant au bon déroulement du commerce de l'île,cette division comptait un peu plus de 5000 soldats répartis dans les grandes villes de l'île. Agissant principalement comme médiateurs diplomatiques ou comme force de dissuasion, les hommes de la 157e sont principalement des marins de la régulière qui se démarquent de par leur rigueur vis à vis des habitants. Pour ce qui était du futur sergent, il avait reçut la permission de mener son enquête, mais il devait travailler de concert avec la division, et non pour lui-même, ce qui impliquait de faire un rapport au colonel lorsque tout cela sera terminé.

En vérité, Niito travaillait pour des amis de sa famille et non pour la marine sur ce coup. À ce qui parait, les produits manufacturés envoyés par le gouvernement ne sont pas tous acheminés à destination à travers l'île, malgré les listes qui prouvent qu'il en est tout autrement. Nous étions donc face à un détournement de ressources, et plus précisément...de médicaments. Il fallait donc enquêter. Selon les informations, les bateaux contenant les biens se rendent tous à Lavallière, la ville qui possède le seul et unique port de Goa. Très curieux, le caporal décida d'aller voir les amis de sa famille pour avoir des informations sur ceux qui dirigent le port. Étant noble lui-même, il n'eut aucune difficulté à entrer dans le quartier de l'élite, mais celle-ci le regardaient avec mépris. ''Lui, un noble qui avait de l'avenir, n'était plus qu'un vulgaire serviteur du peuple.'' Voilà la phrase qui résonnait le plus en sa présence. Loin de se sentir insulté, il salua tout de même ceux qui parlaient derrière son dos. Lorsqu'il arriva enfin au manoir qu'il cherchait, le cyborg constata les opinions étaient partagés. Les amis de sa famille semblait encore l'apprécier et accueillirent le jeune homme à bras ouvert.

Plusieurs tasses de thé et de biscuits à l'avoine plus tard, le jeune noble put enfin dévoiler la raison de sa présence parmi eux alors qu'il n'était pas en permission. L'explication de Niito sur ses soupçons surprirent un peu les nobles, mais le père de la famille, qui a déjà fait affaire avec les Lavallière pour de l'importation de tabac, raconta alors à Niito que le port a beau être sous la juridiction du gouvernement, ce ne sont pas ses subordonnés qui le dirigent. C'est plutôt une firme de contremaîtres privée qui assure la cohésion de l'ensemble des travaux, ce qui mit une puce à l'oreille de Niito. Bien que tout le monde les connait, personne ne sait qui les dirige vraiment, cependant. Cette histoire étrange fit grimacer le cyborg. Il avait de sérieuses raisons de penser qu'un groupe de contrebandiers, ou du moins l'un de ces membres, avaient corrompu le haut gradé de la marine qui avait la main-mise sur le port, et c'est grâce à ce procédé qu'il pouvait détourner des marchandises. Cependant...il valait mieux de ne pas accuser à tort et à travers sans enquête.

Avant d'aller au port, Niito décida d'aller visiter les hôpitaux et cliniques qui dépendaient de ces cargaisons d'équipements médicaux. La premier, qui était justement dans le quartier des nobles, la seule d'ailleurs, ne semblait pas avoir remarqué quoi que ce soit d'anormal. Toutes les fournitures étaient livrées en bonnes et dues formes et aucune erreur n'avait été commise. D'autant plus qu'aucune activité suspecte n'avait été observée dans l'établissement, ce qui ne surprit pas le caporal, car après tout, il fallait certaines permissions spéciales pour espérer poser le pied dans cet endroit maudit. Enfin bref, puisque tout semblait en ordre, le caporal décida d'aller voir ailleurs et prit le chemin des entrepôts. Il aurait peut-être pu sentir une piste ou quelque chose, mais là aussi, il fit choux blanc. Selon les responsables des inventaires, tout était impeccable. Plus le temps passait et plus le caporal commençait à tourner en rond dans cette en quête. Il ne restait à présent qu'un endroit ou il pourrait avoir des réponses: Le port de Goa.

Décidé, le cyborg quitta le quartier noble et s'embarqua dans un véhicule de transport léger pour faire une longue route vers le port. Cependant, il dû faire un arrêt à une auberge, car il commençait à se faire tard et se rendre directement au port d'un seul coup lui drainerait ses énergies. Bref, après plusieurs heures de route, il atteint finalement sa destination. Le quartier dans lequel il s'était arrêté était plutôt accueillant et dès son arrivée à l'auberge, le sergent eut droit à une bonne coupe vub de bienvenue. Étant quelque peu fatigué, le jeune homme décida de se coucher tôt. Le lendemain matin Niito aurait bien aimé faire la grasse matinée, mais il fut réveillé par des cris. Prudent, il tenta de savoir de quoi il s'agissait, et à sa grande surprise....c'est de lui qu'on parlait. Des hommes le cherchaient et menaçaient la réceptionniste. S'habillant rapidement, le cyborg sortie ensuite de sa chambre pour faire face à ceux qui le cherchaient.

-Bon matin, messieurs. Vous n'avez pas apprécié votre petit déjeuner?

Les huit hommes tournèrent la tête et le chef le pointa du doigt. ''C'est lui!! Attrape-le, on doit le ramener vivant!!'' Ses sept sbires sortirent alors des matraques de fer. Désirant ne pas se battre dans l'auberge, Niito activa alors ses propulseurs et fonça alors à toute vitesse sur celui du milieux pour le percuter de pleins fouet. Les deux foncèrent alors dans la porte qui défonça sous l'impact. Étant maintenant dehors, le cyborg pouvait enfin affronter les hui...ah, non, les sept, plutôt, car celui qui défonça la porte était maintenant inconscient.

-Bon, amenez-vous, je vous attend.

Ça n'a pas tardé. Les sept hommes sautèrent sur le cyborg. Les trois premiers qui s'étaient rapprochés, essayèrent de donner des coups de matraque de fer à leur ennemi qui remarqua leurs armes. Il en bloqua deux, mais la troisième le toucha à l'épaule. Mettant une droite à l'un de ceux qui ne l'a pas touché, il évita ensuite les deux autres de justesse. Il bloqua ensuite leur second coup de ses bras cybernétiques pour ensuite reculer d'un bon.

-...Vous ne réussirez pas à m'attraper de cette manière messieurs.

Maintenant, ils étaient cinq à essayer de le frapper, mais grâce à son entraînement parmi l'élite, aucun n'arrivaient à le toucher, comme s'il esquivait tout par instinct, mais ce ne sont que leur déplacement d'air qui faisait que la technique fonctionnait. Le badinage ne dura cependant pas longtemps, car le cyborg se débarrassa d'eux d'une façon brutale et directe en activant son arme cybernétique: Le lance grenade. Celui-ci émit un sifflement, puis soudain, un puissant projectile fermé sous pression en forme de poire fonça tout droit sur le groupe, les brûlant atrocement en explosant. Les cinq grands brûlés tombèrent au sol pour ne plus se relever. Il en restait deux, maintenant.

-Bordel!!!

Gueulant des gros mots, les deux derniers foncèrent sur leur ennemi avec le courage du désespoir. Leur adversaire soupira, les bras croisés. Lorsqu'ils furent assez près pour l'attaquer, il en pointa un avec sa hache dont la lame se déboîta pour laisser place à un pistolet caché. Il fit feu sur le premier.

-Boom....

Le tir fit mouche. Le coup du deuxième ennemi fut bloqué avec le manche de la hache. À l'aide de son bras cybernétique libre, il sortie sa dague qui était cachée dans sa botte, avec laquelle il termina le combat.

-Pauvres types.

Malgré sa victoire, ces maudites matraques de métal faisaient mal, quand même. Le sergent voulait tout de même savoir qui étaient ces types, c'est pourquoi il commença à fouiller ceux qui étaient encore vivants pour découvrir une quelconque pièce d'identité. Après plusieurs minutes de recherche, le cyborg s'avoua vaincu: Il n'y avait rien sur eux qui puisse les identifier ou les relier à qui que ce soit. Ligotant les survivants et enterrant les cadavres, le vainqueur sentait que son enquête avançait.
Voulant appeler la base, le cyborg s'apprêtait à partir, quand quelque chose le força à se jeter au sol. C'était moins une, car il venait tout juste d'esquiver une bulle explosive. Ses yeux fixèrent le vide, pendant un bref moment. Il connaissait cette technique par coeur, et sentait son cerveau se rembobiner, malgré lui.

-Ouh, je vois que tes réflexes se sont améliorés, depuis ce temps.

Se relevant, le marine fit face à un individu qui était sur le toit de l'auberge. Il se rappelait parfaitement de cette ordure.

-J'ai eut ma leçon.

L'individu sauta du toit et atterri à quelque mètres de son ennemi.

-Hehe, tu n'aurais jamais dû te mêler de tout ça. Tu ne sortira pas vivant de cette ville.

-Ça reste à voir!

Un duel terrible commença donc. Les deux adversaires se jaugèrent avant de se donner des vrais coups qui pourraient faire très mal. Feintes, esquives, blocages et contre-attaques étaient au rendez-vous. Le spectacle dura plusieurs minutes. Cependant, grâce à ses améliorations cybernétiques, Niito commençait à avoir le dessus et réussit à mettre une gauche à son ennemi qui se laissa emporter par le coup pour ensuite se réceptionner d'un salto-arrière.

-Tss..

Pointant alors son canon toxique sur le cyborg, il fit feu, mais sa cible commençait à connaître cette attaque par coeur. Il esquiva tous les projectiles à l'aide de petits pas de danse pour ensuite retourner au corps à corps avec son ennemi pour en finir. Activant le projecteur de sa jambe gauche, il donna alors un coup de pied dévastateur au lanceur de bulles qu'il envoya s'écraser de pleins fouet dans le mur de pierre de l'auberge qu'il détruisit au moment de l'impact. Satisfait, le caporal appela du renfort pour faire arrêter ce criminel pour ensuite reprendre sa route vers le port de Goa.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 90
Date d'inscription : 10/11/2016

Feuille de personnage
Unité de Puissance (UP): 2430
Points de Technique (PT): 145
Équipage:
Dim 13 Nov - 20:49
Lorsque les criminels furent arrêtés et conduits dans des cellules provisoires, Niito quitta l'auberge et continua sa route, en étant plus méfiant, cette fois. Il aurait dû se douter que les murs avaient des oreilles et que ses questions allaient attirer l'attention sur sa personne, mais il ne s'était pas douté qu'on s'en prendrait à lui de cette manière.

Le voyage continua sans altercations. Franchement, le jeune noble commençait à avoir le sentiment qu'il commençait à être une menace pour les scélérats qui empoisonnaient cette partie du royaume. Sinon, qui diable voudrait s'en prendre aussi farouchement à lui? Le soleil était bien haut dans le ciel et le calme lui faisait du bien. Le cyborg savait que les choses allaient sûrement se gâter lorsqu'il sera arrivé à destination. Cependant, pourquoi agir aussi impunément? Si ce serait possible, qui aurait acheté les autorités? En y repensant, il était sûr que ses ravisseurs ne passeraient peut-être même pas la nuit sous les barreaux, tellement ils ont corrompu l'endroit avec leurs pots de vins. Mais vu la raclée qu'il leur a collé, il n'allait certainement pas les revoir de sitôt.

-Ah...les lumières du phare!

Un peu plus loin, on pouvoir voir le phare et sa puissante lumière qui guidait les navires, signe qu'il était bientôt arrivé. D'ailleurs, lorsqu'il fut en vue du bâtiment, quelque chose semblait clocher. L'accès était tout simplement interdit. On lui fit savoir ce détail avant même qu'il ne pose la moindre question. Apparemment, le port était fermé à cause de rénovations, mais aucun papier ni aucune signature officielle n'en témoignait. Le cyborg ne se laissa pas impressionner et exigea la présence d'un contremaître.

-Je veux parler à un contremaître ou un maître du chantier. Vous ne pouvez fermer le port de cette façon, c'est illégal.

-Écoute petit, on t'a pas demandé ton avis. Tu vas rembarquer dans ton véhicule et tu va foutre le c....BANG!!!!

Le gros impoli n'a même pas eut le temps de finir sa phrase qu'un poing cybernétique l'envoya au tapis, lui et son partenaire.

-Vous m'excuserez....J'ai une enquête à terminer.

L'enquêteur entra finalement dans le chantier pour y voir quelque chose qui le fit frémir de dégoût. À peut-être 300 mètres de là, des gens, des femmes pour la plupart, étaient embarquées de force sur un bateau d'esclavagistes. Ne supportant pas ce genre d'individu, le cyborg s'avança vers les docks quand soudain, il fit un bond vers l'arrière pour esquiver une balle explosive.

-Hé, pas mal!!

Le cyborg se retourna pour voir une jeune femme encapuchonnée portant un uniforme de couleur rouge. Elle sauta à terre et dévisagea le cyborg.

-Désolée, nous sommes un peu occupés.

-Vous êtes en état d'arrestation pour esclavagisme et assaut sur un officier de la Marine!

Un tonnerre de rire se fit entendre autour du dit officier.

-Vraiment? Pourtant, tout est légal, dans ce que nous faisons. Tiens, voilà un papier qui le prouve.

Souriante, la donzelle lui tendit un document signé d'un colonel, apparemment, celui qui serait en charge ici. Son interlocuteur n'en revenait pas. Elle enchaîna ensuite:

-Votre présence ici n'est pas nécessaire.

Soudain, elle disparut de la vision du cyborg qui ensuite, reçut un splendide coup de pied de sa part dont la seule force d'impact le projeta hors du chantier, pour l'envoyer s'écraser avec fracas dans la neige. Celle qui l'avait frappé dit alors en refermant les grilles du port:

-À la prochaine!


Le cyborg resta seul parmi la neige et les arbres. Ainsi donc, ils avaient réussit à avoir ce genre de privilèges? Le désemparé ne savait pas quoi faire. Il fallait absolument qu'il parle avec le responsable du port, quelque chose ne tournait pas rond, c'était inadmissible!! Malheureusement, il était limité par son grade et son autorité. Néanmoins, il refusait d'abandonner pour des raisons aussi futiles. Rembarquant dans son véhicule, il se jura de se venger de cette petite effrontée. D'ailleurs, il avait encore la lettre qu'elle lui avait donné: Elle lui sera très certainement utile. Repartant, il se dirigea cette fois vers une caserne. Lorsqu'il atteint la destination, il prit la direction du quartier-général de la division postée à cet endroit.

Sitôt entré, Niito se fit rapidement une idée de l'endroit...car on l'accueillit un peu froidement. Après tout, qu'est-ce qu'un petit caporal comme lui venait faire ici, sous prétexte qu'il enquêtait?
Franchement, le seul moyen d'avoir un entretient avec un officier supérieur pour le caporal fut la lettre qu'il avait sur lui. Le seul fait d'avoir un document portant la signature d'un colonel était suspect en soi. Bref, après plusieurs séances de questionnement, le cyborg fut enfin admis dans le bureau de celui qu'il cherchait. Celui-ci était assit et bien qu'il était masqué, son regard n'en était pas moins intimidant. Silencieux, il fixait le cyborg comme une statue.

-Monsieur, je crois que quelque chose ne tourne pas rond dans le port. J'y suis allé et on m'a présenté ce document, qui m'a tout simplement empêché d'agir contre eux. Apparemment, votre signature y est présente, ce qui m'a parut très suspect, étant donné les circonstances.

Le caporal tendit la lettre au Colonel qui la regarda un bref moment.

-Cette signature est presque parfaite, mais elle est fausse.

-Pardon?

-Je ne sais pas comment, mais ces petits malins ont réussis à forger de faux documents avec ma signature...

-Je le savais...

-Voici un vrai document. C'est un mandat d'arrêt officiel. Je sais que vous n'avez pas d'ordre à recevoir de ma part, mais voici ce que vous allez faire: Retournez là-bas et faites cesser leurs activités. De plus, punissez les taupes qui sévissent dans la Marine !....Des questions?

-Non, monsieur. Je m'en occupe personnellement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 90
Date d'inscription : 10/11/2016

Feuille de personnage
Unité de Puissance (UP): 2430
Points de Technique (PT): 145
Équipage:
Dim 13 Nov - 20:56
Le caporal Niito avait maintenant l'autorité nécessaire pour pouvoir agir à sa guise pendant son enquête. De plus, le caporal reçut un petit coup de main de la part du directeur sous la forme de cinq officiers de la marine, ce qui allait sûrement lui être utile. Pour ce qui est du mandat d'arrêt qu'il possédait, il lui permettrait non seulement de faire des perquisitions, mais aussi de vérifier si ses doutes étaient fondés. Après tout, quand on y réfléchit bien, rien ne semble indiquer un quelconque vol de ressources, n'est-ce pas? Oui bien sûr, le cyborg avait surprit des esclavagistes sur le fait et n'avait pas pu les arrêter, mais en quoi cela les liaient-t-ils avec le faux document? Qui tirait les ficelles?...et surtout, qui était celle qui l'avait envoyé dans le décors? Bien décidé à avoir des réponses, Niito fonça tout droit sur le port.


Évidement, lorsqu'il arriva, les assaillants qu'il avait rencontré n'étaient plus là. Cependant, un autre bateau venait tout juste de décharger sa cargaison. Curieux, le caporal s'informa rapidement du contenu auprès des marins qui déchargeaient et apparemment, c'était du matériel médical de grande valeur qui comportaient des médicaments exotiques, ainsi que certaines composantes rares. Niito demanda alors si le convois qui allait transporter les biens était protégé. Leur réponse le surprit: Aucune escorte n'est nécessaire, car aucun vol ne fut effectué. Lorsque le cyborg demanda à vérifier les caisses, un type mieux habillé que les autres s'approcha du caporal.

-J'aimerais vérifier quelque chose...ouvrez l'une de ces caisses.

-Désolé monsieur, on ne peut pas.

-Ce mandat me permet de vérifier...obtempérez, s'il vous plait.

-Vous posez vraiment trop de questions...

-...?!

Soudain, tous les marins lâchèrent leurs caisses et leur matériel pour sortir leurs armes. Les cinq agents qui étaient avec Niito en firent autant. Loin de se sentir impressionné, il fixa son adversaire, qui avait un sabre dans les mains.

-Vous ne me laissez pas le choix......feu!!!

Une pétarade à alerter tout le royaume se fit bientôt entendre. Les douze pirates prirent position en se cachant derrière tout ce qu'ils pouvaient: Barils, caisses, matériel divers. Les agents eux, se mirent à couvert derrière tout ce qu'ils purent trouver aussi. Quant à Niito, il engagea le corps à corps avec ce qui semblait être le chef du groupe. Les deux groupes tenaient bon et ne semblaient pas vouloir céder ne serait-ce qu'un pouce de terrain à l'ennemi, ce qui amena Niito à se demander ce qui les poussaient à aller si loin dans leur obstination. Les coups de feu aidant, des renforts allaient certainement arriver.

Pour ce qui est de son ennemi l'épéiste, il n'en démord pas et semble bien disposé à se débarrasser de du jeune noble qui essayait de parer ses coups du mieux qu'il pouvait, car il essayait de le garder en vie pour pouvoir l'interroger plus tard. Après plusieurs coups, l'épéiste réussit à filer un coup sur le flanc gauche du cyborg qui se plia presque en deux. Croyant donner le coup de grâce, son ennemi abattit son sabre sur la tête du caporal...qui réussit à dévier le coup vers son épaule de métal pour ensuite lui casser le bras à l'aide d'un swift iron kick directement sur l'avant-bras, le faisant hurler de douleur. Il ne le laissa pas souffrir longtemps, car il l'envoya dans les pommes à l'aide d'un puissant coup de poing métallique.

Pendant ce temps là, les soldats de la Marine et les pirates avaient subit quelque pertes, un mort chez les soldats et trois morts et un blessé chez les pirates. D'ailleurs, ceux-ci choisirent de se rendre, lorsqu'ils ont bien vu leur chef se faire battre. Voyant que le combat était terminé, Niito fit arrêter les survivants et resta en compagnie du chef, car lorsqu'il ouvrit les caisses, le cyborg découvrit qu'elles étaient vides, pour la plupart. Il n'y en avait qu'une seule qui comportait quelque chose: De l'or. Dans l'une des caisses, il y avait énormément d'or. Légèrement surpris,  le caporal réussit à tirer certains informations de son prisonnier. Apparemment, le contenu des caisses était inter changé et l'or servait à faire taire les responsables des inventaires pour leur faire dire que tout est en règle. Les médicaments eux, étaient livrés dans une vieille base navale abandonnée qui était située tout juste à côté du Port lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
Un réseau de traffic de médicaments?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» réseau digicel
» Liste des Médicaments [ Effets, Localisations, Prix ... ]
» Panne réseau Bouygues
» LE RÉSEAU NATIONAL DES ÉTUDIANTS HAITIENS (RENEH) DIT OUI À MIRLANDE MANIGAT
» Réseau Citadelle- Nouvelles du Nord

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: The Story :: Four Blues :: East Blue :: Goa Kingdom-
Sauter vers: